jeudi 27 juin 2019

A Actualité politique

Communiqué du Parti Travailliste

  • Le Parti Travailliste relève que depuis la consultation référendaire du 4 novembre 2018, les partis politiques hostiles à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie multiplient les effets d'annonce pour séduire un électorat potentiel issu de l'immigration massive, majoritairement constitué de métropolitains et d'océaniens installés en Nouvelle-Calédonie et qui ne diposent pas du droit de vote aux élections provinciales et au référendum. 
  •  
  • L'Avenir en confiance demande sans nuance que tous les citoyens français installés en Nouvelle-Calédonie disposent du droit de vote et, Calédonie Ensemble énumère divers critères permettant d'acquérir le droit de vote qui conduisent au même résultat. 
  •  
  • Dans les deux cas, ces annonces remettent clairement en cause le compromis qui a permis au pays de passer les vingt dernières années dans la paix puisque certains indépendantistes pensaient pouvoir remporter la consultation référendaire et accéder à la pleine souveraineté. 
  •  
  • Lors de son congrès extraordinaire du 14 juillet 2018, le Parti Travailliste avait toutefois annoncé que les diverses concessions  faites par le FLNKS aux Comités des Signataires sur le corps électoral rendaient impossible une victoire des indépendantistes. 
  •  
  • La victoire du " NON " a visiblement excité et incité les partis politiques pro-colonialistes à faire pression sur l'Etat et " donner le coup de grâce " afin d'obtenir l'ouverture du corps électoral et poursuivre l'œuvre de colonisation de peuplement sous couvert de destin commun. 
  •  
  • Cela constitue évidemment une remise en cause du statu quo actuel avant la prochaine consultation, dont l'Etat français porterait l'entière responsabilité. 
  •  
  • Le Parti Travailliste, aujourd'hui seul rempart contre les compromissions en tous genres, appelle par conséquent le peuple kanak, les progressistes et toutes les personnes éprises de justice et de liberté à voter massivement pour ses candidats aux prochaines élections provinciales, afin d'empêcher toute remise en cause du gel du corps électoral qui viserait à marginaliser encore davantage le peuple kanak. 
  •  
  • Fidèle aux engagements pris en 1984 et en 1988, le Parti Travailliste reste mobilisé en faveur de l'indépendance kanak socialiste. 
  •  
  •  
  •  
  • Louis Kotra UREGEI
  • Président du Parti Travailliste
  • Membre Fondateur du FLNKS
  • Signataire de l'Accord Oudinot de 1988
  • Président du Collège Honoraire de l'USTKE
  • Président-Fondateur du STKE
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite