dimanche 19 novembre 2017

A Actualité politique

Edition 2017 au stand Kanaky à la grande Fête de l'Huma

  • Comme chaque année depuis 2009 à la Fête de l’Humanité,  le drapeau Kanaky et celui de l’USTKE flottent sur le parc de la Courneuve,  parmi les 450 stands des pays, des organisations, des mouvements de lutte de part le monde. L’édition des 15-16-17 septembre 2017 se voulait marquante pour notre Organisation syndicale et le Parti Travailliste, à la veille du référendum d’autodétermination de 2018. Une forte délégation de nos représentants syndicaux et politiques a fait le déplacement pour cet évènement annuel, et profitant de l’occasion pour renouer des contacts à Paris.
  •  

  • La traversée entre les stands
  • Parmi les membres de la délégation, Eric Meite appelé communément par ses camarades « Pupush », met la seconde fois les pieds en France, soit 31 ans plus tard après avoir effectué son service militaire en 1986 ! Et quelle surprise pour ce membre de la Fédération des Commerces de l’USTKE ! Pour parvenir sur le site de la fête, c’est presque une expédition. Depuis leurs petites chambres du 19e arrondissement à Montreuil à quelques pas de la centrale de la CGT (Confédération Générale du Travail), Eric et trois autres de ses camarades prennent un minibus dont le chauffeur, J-B dévoué pour l’occasion les mènera tant bien que mal au stand. Prendre l’autoroute intérieure et le périphérique extérieur, « ne vous trompez pas de Porte pour rejoindre La Courneuve », aime à redire Mina durant le séjour.   Et les voilà embarqués dans le flux  non  seulement de la circulation parisienne, mais aussi dans une marée humaine de plus 500 000 personnes à l’entrée de La Courneuve ! Selon les médias nationaux, « 500 à 700 000 visiteurs par jour ». Le jour d’affluence, c’est le samedi, là où les  milliers de personnes traversent çà et là, entre les grandes avenues, se faufilent, se frayent un chemin, entre les odeurs de barbecue, des cuisines orientales, africaines, amérindiennes et les spectacles de rue.  Et même le nôtre du stand, plus grand cette fois-ci par rapport aux éditions précédentes, il s’échappe une odeur attractive, des bonnes brochettes succulentes au poulet bien préparées et assaisonnées par nos bénévoles assidus. Le bougna, aussi, attire les papilles  gustatives à la (re)découverte du goût même si cela est préparé dans une grande marmite en fonte. Il en sera de même avec le bami « qui a pris une panse » comme dirait certains d’entre-nous ! A l’angle du stand, on ne s’y trompe pas avec le « punch kanak » confectionné par Malik et Salim, les membres de la famille à Mina. Le punch fait également un bond dans la recette durant ce week-end festif, en même temps le « petit Malik » âgé de 8 ans, attire du beau monde en faisant de la vente à la criée, « Achetez des brochettes Kanaky à 3 euros, 2 payantes et 1 offerte ! » Le tout vendu en seulement une heure.
  •  
  • Wakasu,  Pétcho et ses parents, Sly et bien d’autres étudiants ou travailleurs répondent à chaque fois présents à l’appel de l’USTKE, les membres de l’association MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France) et bien entendu notre représentante sur place, Mina. C’est la cheville ouvrière de toute cette organisation avec le soutien du secrétariat confédéral de notre Organisation, et sans oublier l’aide précieuse de Bernard et Sylvie Alleton pour l’impression des affiches, mais  aussi celle de René Renaudin, représentant le Parti Travailliste en France, qui pour l’occasion est à la caisse centrale.
  • Comment se retrouver dans cette grande fête où les avenues portent le nom des grandes personnalités ? Avenue Che Guevara, Avenue Martin Luther King, Avenue Charlie Chaplin, Place Gandhi ... Il y a partout des spectacles, des concerts, des débats, des préparations culinaires. Ils avancent à travers les centaines de stands : ne pas se perdre, prendre des repères à l’aide des pancartes ! Durant trois jours, ils feront ce trajet matin et soir doucement mais sûrement ! Et sans compter que le premier jour, soit la veille de la grande fête donc le jeudi 14 septembre, il est consacré à la mise en place du stand. En somme, quatre jours bien remplis où les camarades de Pupush découvrent aussi l’ampleur de l’organisation : plus de 250 débats, sur la paix, le travail, les luttes sociales, l’avenir des jeunes, les quartiers populaires, l’école, la Palestine, la liberté et la démocratie  partout dans  le monde, les peuples touchés par les crises. Ou encore, ils sont allés à la rencontre des  bénévoles luttant pour la libération d’un des leurs ... Les exemples ne manquent pas et à ce titre, deux choix nous semblent intéressants mais non-exhaustifs : l’affaire de Mumia  Abu-Jamal, journaliste noir américain et prisonnier, et où la justice américaine est ardemment dénoncée dans ses dérives ; la lutte pour l’eau et contre des projets miniers dévastateurs en Amérique Latine. Le méga projet de l’entreprise minière Yanacocha dont les propriétaires majoritaires sont Newmont Minining et Buenaventura, prévoit la destruction de cinq lacs de la zone alto-andine de Conga située à plus de 3500 mètres d’altitude, dans le département de Camajarca, au nord du Pérou. Deux lacs seront vidés pour extraire l’or et deux autres pour être utilisés comme réservoir des déchets miniers. Ceci va affecter l’écosystème fragile, on s’en doute ! Et leurs représentants sont là pour les dénoncer, sensibiliser les visiteurs d’un jour à cette catastrophe inéluctable ... « Des zones de pâturages humides absorbent l’eau, nourrissent les nappes phréatiques et sont sources de dizaines de rivières qui irriguent les vallées de Cajamarca », nous dit-on pour nous sensibiliser à cette question environnementale péruvienne.

  • Chaque année, le Collectif Unitaire National est présent à la Fête de l’Huma. Journaliste noir-américain, Mumia Abu-Jamal a été condamné à mort en 1982. Accusé du meurtre d’un policier, il a toujours crié son innocence. Il est aujourd’hui une figure emblématique du combat contre la peine de mort.
  •  
  • Au-dessus du stand flotte le drapeau de l’USTKE et celui de Kanaky, un repère pour tous nos sympathisants. Cette année, le stand ne désemplit pas car il est situé au carrefour de l’avenue Che Guevara et l’avenue Dolores Ibarruri, contrairement aux années précédentes où il était confiné dans un petit espace. C’est devenu un passage obligé pour nombre de badauds. Situé à côté du Parti Communiste de la Colombie et du Front Populaire Ivoirien, et à l’autre bout de l’avenue D. Ibarruri, on trouve le grand stand avec du parquet en bois des camarades réunionnais où le ti-punch arrangé attire aussi un bon nombre de connaisseurs. La fête peut commencer avec le Maloya entre autres, le Kanéka de chez nous, la guitare basse assourdissant des frères ivoiriens, le rythme endiablé des haïtiens, les sonorités des tropiques se mêlant aux saveurs du stand des peuples du Moyen Orient, notamment celui des Iraniens ... C’est à cela que ressemble le « Village du Monde » où tous les regards du globe se mêlent et s’entrecroisent en quelques jours.
  •  

  • Temps fort aussi  de cette rencontre, le débat ouvert au public avec comme thème majeur : «  2018 le rendez-vous de la Kanaky avec son histoire : créons les conditions pour gagner le référendum ». A la table des discussions, André Forest, président de l’USTKE, Louis Kotra Uregei, président du Parti Travailliste en Kanaky, élu au Congrès de la N-C et à la province des Iles Loyauté, et Marie-Pierre Goyetche, élue du  Parti Travailliste à la province Sud et siégeant au Congrès de la N-C sous l’étiquette «  UC-FLNKS et Nationalistes ». Dès 16 heures le samedi 16 septembre, le public aguerri et intéressé est là. Objectif de la délégation venue de Kanaky : « Sensibiliser l’opinion publique métropolitaine et les étudiants sur la sortie de l’Accord de Nouméa  dont les modalités doivent être définies au prochain Comité des Signataires », annonce André Forest en débutant les échanges. Le rééquilibrage, la problématique du corps électoral de 2018, la revendication du RIN sur l’inscription automatique des kanak sur la liste référendaire, la jeunesse, la formation, les relations avec les autres Etats de la région Pacifique ... Plusieurs sujets centrés et à la fois ouverts sur l’avenir du pays. Les questions fusent du public et nos intervenants  répondent une à une aux questionnements. Pas de place au doute même si certains n’osent pas prendre le micro durant le débat, iront interpeller nos élus autour d’une bonne brochette ou d’un verre de punch.  
  •  
  • Des personnalités à la rencontre de nos représentants
  •  

  • Après ce débat, des personnalités du monde syndical, politique, associatif viennent saluer nos représentants. A l’image de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste (PC), et d’Olivier Besancenot et Philippe Poutou, ancien  et actuel porte-parole du Nouveau Parti Anti-Capitaliste (NPA). L’ancien leader de NPA était venu au pays à l’occasion du 30ème anniversaire de l’USTKE.
  • Non loin, face à l’avenue Marguerite Youcenar et l’avenue Marwan Barghouti sur la grande scène au moment où le débat prend fin dans notre stand, c’est Dub Inc qui débute son show. Une heure plus tard, au programme du Forum Social, l’invité tant attendu par les cégétistes, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT discutera avec d’autres invités sur le «  Code du travail : les droits collectifs sont-ils un frein à l’emploi », un thème bien chargé durant cette rentrée où il est essentiel « de le rappeler que le Code du travail n’est pas un frein à l’emploi, et qu’au contraire une meilleure protection  des travailleurs s’impose à travers une sécurité sociale professionnelle », le rappelle-t-on.
  • Et le tour des avenues n’est pas fini tant il est à dire et à re-décrire, mais une fois mis les pieds dans ce festival de trois jours, on a qu’une seule pensée, c’est de revenir l’an prochain pour faire de nouvelles rencontres et s’arrêter au détour d’un stand pour en savoir davantage sur les luttes de chacun, de chacune. A toutes, à tous, à l’année prochaine pour de nouvelles rencontres, de nouveaux débats, de nouvelles expositions ...
  •  
  • Trois rendez-vous après la Fête de l’Humanité
  •  

  • Rencontre avec la direction du Bureau Confédéral de la CGT (Confédération Générale du Travail)
  • Lundi 18 septembre 2017 à 18 heures à quelques mètres de la Porte de Montreuil - Paris, nos représentants syndicaux et du Parti Travailliste rencontrent la direction du Bureau Confédéral de la CGT, notamment son secrétaire général, Philippe Martinez.  Ils exposent la situation institutionnelle et politique de notre pays. La solidarité et le soutien sont réaffirmés à cette rencontre entre nos deux Organisations. 
  •  
  •  
  • Les membres des deux organisations syndicales (USTKE - CGT) après le geste coutumier d'usage de nos responsables politiques et syndicaux envers l'exécutif de la CGT. 
  •  

  • Louis Kotra Uregei, président du Parti Travailliste en Kanaky, invité de l’émission Dôobôot à FPP
  • Mardi 19 septembre 2017 à 15 h 30, Louis Kotra Uregei, le président du Parti Travailliste est l’invité de l'émission " Dôobôot " sur la fréquence 106.3 FM dans la dernière radio associative " Fréquence Paris Plurielle" émettant en région parisienne qui cette année fête ses 25 ans de présence sur les ondes radiophoniques. Une occasion exceptionnelle de communiquer sur les enjeux du référendum d'autodétermination de 2018, et de rappeler l'histoire de la lutte du peuple kanak.
  •  

  • Moment d’échange avec les étudiants
  • Mardi 19 septembre 2017 à 19 heures. Quelques étudiants calédoniens installés à la Cité Universitaire Internationale de Paris situé à cinq minutes du Stade Charléty, et des membres du Mouvement des Jeunes Kanak en France (MJKF) ont partagé en commun un repas libanais avec nos représentants syndicaux et politiques. Des travailleurs et des amis épousant la cause indépendantiste des kanak ont rejoint la délégation en début de soirée. Une aubaine également pour évoquer la situation politique du pays et d’encourager les étudiants dans leurs cursus universitaires et/ou professionnels.
  •  
  •  
  • Liens des deux interviews d'André Forest réalisées par la CGT :
  • http://ustke.org/videos/manifestations/Andre-Forest,-president-de-lUSTKE,-lindependance-de-la-Kanaky-at_895.html
  • http://ustke.org/videos/manifestations/Andre-Forest,-president-de-lUSTKE,-la-defense-du-reequilibrage-at_896.html
  •  
  • Lien de l'album photos :
  • http://ustke.org/galerie.php?galerie=30

 

 

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Catalogne : courage et détermination face au pouvoir centralisateur de Madrid

8 Nov 2017
  • Depuis le 1er octobre, la Catalogne, a « gagné le droit d'avoir un Etat indépendant sous la forme d'une République », a déclaré Carles Puigdemont, le chef du gouvernement catalan.
  • Donc depuis plus d’un mois, le peuple catalan est...


> Lire la suite