lundi 15 octobre 2018

A Actualité syndicale

A la rencontre des nouveaux et des anciens délégués

  • Qu'il soit délégué syndical ou délégué du personnel, nous sommes allés à la rencontre de trois nouveaux d'entre-eux : Jean-Robert, Sylvanna et Kendji. Ils livrent leurs impressions sur la tenue du XVIème Congrès qui s'est passé le week-end dernier.
  •  

  • Jean-Robert Ouka est le délégué syndical, et délégué du personnel  à la SEM (Société Eau du Mont Dore). Il est affilié à la Fédération des Industries et des Services. Il assiste  pour la première fois à un congrès de l’Ustke. « C’est une découverte pour moi », indique le jeune syndicaliste. « J’ai été attentif aux bilans des fédérations du syndicat » , ajoute-t-il. « Ce congrès me permet de rencontrer des camarades, d’autres secteurs, car je ne connais que les adhérents de la fédération des industries. Ça permet aussi de voir comment fonctionnent les autres fédérations » , renchérit le délégué syndical à la SEM.
  •  

  • Première fois qu'il y a une déléguée syndicale STKE à l'hôtel Shératon Déva …
  • C’est également le premier congrès pour Sylvanna  Kaoupa , déléguée syndicale à l’hôtel Shératon Déva.  « C’est une découverte pour moi », lance la jeune femme. Pour elle, ce qui est intéressant, c’est l’histoire de l’USTKE, et comment le syndicat a débuté dans les années 80 et les débats. «  Je m’inscris totalement dans le combat, pour avoir plus de kanak à des postes à responsabilités et plus de cadres kanak », souligne la jeune déléguée syndicale.
  •  

  • Première fois que Kendji assiste à un congrès de cette ampleur …
  • Kendji  Wiwane, est déléguée du personnel de radio Djiido. Elle a été élue en février 2018.  C’est une première pour la radio indépendantiste, d’avoir des délégués élus. Elle assiste pour la première fois à un congrès de l’USTKE. « Après 33 ans de vie de la radio, c’est seulement cette année qu’on a pu y faire rentrer un syndicat, en plus c’est  une année fatidique. On participe à notre premier congrès, et là je vois l’ampleur d’un combat syndical, qui va au-delà de notre pays, au niveau international », affirme Kendji Wiwane. Ses attentes, « c’est après l’Accord de Nouméa, que deviendront les radios privées ? Que deviendra Radio Djiido ? »
  •  
  • Parmis les anciens délégués syndicaux ou les délégués du personnel, nous avons croisé Jean-Yves et Gisèle. Comme ceux ou celles qui viennent d'avoir un mandat, ils nous livrent leurs regards sur la tenue de ce XVIème Congrès. 
  •  

  • Jean-Yves Nawa est délégué du personnel de l’établissement scolaire de Do Néva, depuis 1990. Il a souvent assisté à des congrès de l’USTKE. « Mais cette rencontre est d’une importance particulière vue la situation politique du pays liée au référendum du 4 novembre », indique t-il. Au fil des rassemblements du syndicat auxquels il a assisté, il a constaté des changements, notamment avec l’implication des jeunes dans le mouvement syndical. « On sent que la relève est là. Beaucoup de jeunes s’investissent dans les entreprises, dans les sections,  dans les fédérations, et ça c’est très encourageant », se réjouit le syndicaliste de Ponérihouen. « C’est comme nous à une époque. Mais si on ne le fait pas, personne ne le fera à notre place afin que le syndicat puisse continuer à vivre », conclut Jean Yves Nawa.
  •  

  • Gisèle Wimbe est déléguée syndicale aux magasins Champion, depuis 2016. Elle a déjà assisté à des congrès de l’USTKE. Ce XVIème congrès est un peu plus politique, indique t-elle. Gisèle Wimbe fait référence au référendum du 4 novembre prochain.  Pour la déléguée syndicale, chaque rassemblement de l’Organisation syndicale ne se ressemble pas, même si l’ordre du jour est pratiquement le même.  Gisèle Wimbe s’inscrit dans le combat pour le rééquilibrage. C’est ce que fait sa section dans le groupe Champion, pour lequel elle travaille. « Nous sommes majoritaires dans le groupe, nous avons 4 sièges sur 5 », la déléguée syndicale USTKE. On se bat pour l’embauche de kanak d’abord », lance- t-elle. « On est satisfait de l’évolution des kanak et des locaux, à des postes importants, au sein des magasins. On n’a pas trop à se plaindre », ajoute-elle. « Mais on veille à ce que la priorité soit toujours donnée aux locaux », conclut-elle.
  •  
  •  
  • (Textes & Photos : M.P. - I.C.)
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

17 octobre 1961 - 17 octobre 2018

15 Oct 2018
  •  57ème Anniversaire - Vérité et Justice
  • Le 17 octobre 1961 , des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de...


> Lire la suite