mercredi 26 juillet 2017

A Actualité syndicale

Des personnels locaux à des postes à responsabilités réclamés par la section STKE du Méridien à Nouméa

  • Fédération du Transport, Hôtellerie & Tourisme
  •  
  • La section STKE/Méridien de Nouméa  a pris le soin de débrayer le vendredi 23 décembre, histoire de remettre une couche suite au mouvement d’humeur du personnel qui a eu lieu le lundi 19 décembre. « C’est toujours dans l’optique de dénoncer la politique de recrutement de notre direction qui favorise l’embauche de personnels cadres ou agents de maîtrise venant de France ou d’ailleurs et ne permettant pas l’évolution de carrières des personnels locaux », indique Jimmy Hnaxenine, secrétaire général adjoint du secteur hôtelier USTKE. Mais sous sa casquette de délégué du personnel dans cet établissement hôtelier situé à  l’Anse-Vata, Jimmy Hnaxenine apporte des précisions sur la teneur du débrayage de vendredi dernier, « c’est pour une fois de plus interpeller notre direction sur des problèmes évoqués lors des IRP mais qui sont restés sans suites. Notre direction parle de 40 personnes qui ont été recrutées en plus des 150 salariés au Méridien à la fin de 2013. A l’heure actuelle, l’hôtel emploie 190 salariés, si l’on croit les chiffres avancés par notre direction où elle a fait paraître dans une note interne suite au débrayage de nos adhérents. Mais nous doutons fortement que les nouveaux embauchés, notamment les 40 soient en majorité d’origine calédonienne ! ». La section syndicale a également constaté que des stagiaires sont mis à des postes à responsabilités comme délégué commercial, maître d’hôtel, et elle se pose la question du mode de recrutement des personnels hors-locaux. Un pic de plus envers la direction du groupe Marriott gérant trois hôtels (Méridien à l'Iles-des-Pins, Méridien à Nouméa, Shératon Déva à Bourail). La section STKE du Méridien de Nouméa regrette que l’année 2016 soit « une année pas terrible ». Explications. « Des collègues n’ont pas pu être retenus pour les postes de : directeur régional des finances, assistant gouvernante générale, délégué commercial, et une candidature locale au poste de d’assistant RH », affirme le délégué du personnel qui souhaite un projet de diverses formations pour tous les employés et non «  des formations liées à la connaissance du groupe Marriott ». «  Nous ne sommes pas là pour connaître parfaitement le groupe hôtelier, mais pour travailler et évoluer dans chacune de nos carrières », admet-il, même si l’on doit avoir une connaissance de l’environnement professionnel. « Avec notre D.S, nous nous occupons de l’évolution de carrières de trois de nos adhérents. Il y a un qui a 20 ans, le second a 15 ans et le dernier a 8 ans dans la société, et ils sont toujours à la catégorie 1 ! C’est inadmissible ! », s’élève Jimmy Hnaxenine qui espère un projet d’évolution salariale et surtout catégorielle concernant leur niveau d’expérience. 
  • Par rapport à la candidature au poste d’assistant RH que la section STKE  a soutenu, il est prévu une rencontre avec le responsable en restauration, « ses qualifications, ses diplômes se portent plus vers la restauration » d’où ce premier contact avant la mi-janvier 2017. Un autre rendez-vous suivra, et il est prévu début février prochain avec le directeur régional du groupe Marriott.
  •  
  •                                -----------------------------------------------------------------------------------
  •  
  • Fédération des Industries & des Services
  •  
  • Les responsables syndicaux STKE rencontrent la direction de GBNC
  •  
  • Concernant la grève entamée lundi (*) devant la GBNC (Grande Brasserie de Nouvelle-Calédonie), elle n’a duré que 24 heures, laissant la place au dialogue au sein de cette entreprise située au 6ème km. Le travail a repris normalement mardi matin pour le personnel qui était en grève. 
  • Aujourd’hui (**), une rencontre a débuté à 10 h 30 entre la direction de la grande brasserie et les responsables de la section syndicale STKE. « Le PDG est plutôt satisfait et donc moins inquiet...  car nous n’avons pas reconduit notre grève au lendemain », indique Alexis Ucajo, délégué syndical STKE, avant d’entrer en négociation en fin de matinée. (Plus de précisions dans une prochaine édition).
  •  
  • (*) : Lundi 26 décembre 2016
  • (**) : Mercredi 28 décembre 2016

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Le Réseau Sortir du Colonialisme demande l'abondon immédiat des poursuites contre Elie Domota

6 Juil 2017
  • Procès contre Elie Domota : abandon immédiat des poursuites !
  •  
  • Le Réseau Sortir du colonialisme affirme son soutien à Elie Domota, secrétaire général de l’Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe...


> Lire la suite