dimanche 8 dcembre 2019

A Actualité syndicale

En bref ... Conflit à Carrefour et à Colas ...

  • La section STKE s’est à nouveau mobilisée devant Carrefour Kenu In
  •  
  • Un mouvement de grève a eu lieu samedi dernier (*) devant l’entrée de l’hypermarché de Koutio. La section syndicale STKE a une nouvelle fois réuni ses membres pour dénoncer la politique managériale et salariale menée par la direction de Carrefour.
  •  
  • (Photos : archives C.O USTKE - janvier 2019)
  •  

  • La première mobilisation a eu lieu le samedi 19 janvier, et à cette date-là, la déléguée syndicale STKE, Marie-Chanel Mataila exprimait déjà le ras-le-bol des employés, « on dénonce la politique sociale de notre direction. Ça fait plus d’un an qu’on le soulève et là ça suffit. Trop de harcèlements et de sanctions discriminatoires. Les salariés n’en peuvent plus ! ». La deuxième grève remonte au vendredi 25 janvier, et la semaine suivante, soit le mardi 29 janvier une rencontre se tenait avec le PDG du groupe Carrefour. Mais il n’y a pas d’avancée selon les responsables syndicaux STKE. « La direction prévoit la modification de l’accord de l’entreprise, et aussi la modification de l’accord d’intéressement. Tout est revu à la baisse ! La direction s’appuie sur le contexte économique, les marges, la mise en place de la TGC depuis octobre 2018 », déplore la déléguée syndicale STKE.  Pour ces deux accords, une seule signature suffit et en l’occurrence l’USOENC a apposé sa griffe.
  • Seule, l’USTKE dénonce ces agissements et pourtant, l’USOENC est le deuxième syndicat représentatif de cet hypermarché n’entend pas soulever ces problématiques alors que bon nombre de ces adhérents sont également en souffrance, « leur délégué syndical ne se rend pas compte de la situation, il y a d’autres intérêts en jeu », soulève-t-on. « Nous dénonçons la manipulation de la direction d’avoir gardé le DS de l’USOENC alors qu’il devrait être déjà à la retraite. Beaucoup de nos salariés ont été invités à partir à la retraite, voire mis au tribunal alors que le PDG l’a dit clairement « Le DS USOENC c’est moi qui décide ». Et derrière tout ça, il y a la négociation de retraite de ce DS qui se prépare de toute évidence », ajoute-t-on.  Le conflit se poursuit, et des actions sont à prévoir dans les prochains jours.
  •  
  • (*) : samedi 9 février 2019
  •  
  •  Un cas de harcèlement dénoncé à Colas
  •  

  • Du 06 au 08 février, la section STKE de Colas a débrayé durant trois jours d’affilés, entre 06 h 30 à 07 h 15 afin de signifier leur mécontentement sur le cas d'un harcèlement qu’avait subi la déléguée syndicale STKE, une jeune employée de Colas. « On dénonce les agressions physiques et verbales commis par le chef d’équipe des enrobés (secteur route) envers certains personnels. C’est aussi un élu de l’USOENC. Avant de s’en prendre à notre déléguée syndicale, il a agresssé d’autres collègues, et même envers moi-même », dénonce fermement,  Kelly Avila, délégué du personnel. La déléguée STKE de Colas a été largement soutenue par ses collègues affiliés à notre centrale syndicale la semaine dernière. La fédération du BTP USTKE s’accorde à suivre de près ce dossier et se réfère à la direction du travail pour dénoncer ce type de comportement inaproprié en milieu professionnel. 
  •  
  • (Photos DR - R.S.) 
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite