lundi 15 octobre 2018

A Actualité syndicale

Grève de l'intersyndicale à Géant Sainte-Marie ... Fermeture ce mercredi

  •  L’intersyndicale (USTKE et FLS) a débrayé samedi dernier (*) à Géant Sainte-Marie  et elle a reconduit son mouvement en se mettant en grève ce mercredi (**) devant cet hypermarché situé à la Vallée-des-Colons. Vingt-six postes en CDD ont été supprimés dès lundi et, les syndicalistes dénoncent les décisions arbitraires prises par la direction hors les instances paritaires.
  •  
  • Samedi dernier, l’intersyndicale avait déjà montré ses griffes en marquant son mécontentement «  mais la direction n’a pas essayé de se rapprocher de nous pour pouvoir en discuter », soutient Eric Meite, délégué syndical STKE à Géant Sainte-Marie. Aujourd’hui, c’est un ras-le-bol exprimé par les adhérents de ces deux structures syndicales de cet hypermarché. Force Ouvrière, autre syndicat représentatif, il s’est également associé aux prises de positions de l’intersyndicale mais ses représentants ne sont pas rendus sur le piquet de grève. Une rencontre avec la direction est envisagée ce vendredi, selon nos représentants syndicaux.

  •  « On a l’impression que la direction ne considère pas les employés, ni les instances. Ils (***) mettent en place des choses sans passer par les instances obligatoires. Par exemple, quand ils ont présenté un plan social ou économique, ils ne sont pas rapprochés du CHSCT pour pouvoir en discuter, et si il y a un impact réel sur les employés. Et là, ils nous parlent de mettre en place une commission de suivi sur la TGC mais la première réunion, c’est aujourd’hui, le 3 octobre. Et le 27 septembre, on a eu un C.E (Comité d’Entreprise), ils ont déjà mis en place un plan économique et ils ont parlé de piste de réflexion sur la TGC. On n’était pas d’accord pour qu’ils mettent ce point au C.E car c’est déjà une instance décisionnelle. Ce n’est pas une instance où l’on  peut partager des choses ou discuter », soulève Stella Manyn, élue au C.E et également déléguée suppléante, qui par ailleurs  regrette que la direction n’a pas réuni l’ensemble des élus pour discuter clairement de la suppression des 26 CDD (contrat à durée déterminée). Parmi les CDD supprimés, « pour certains, ils sont sur des postes à restructuration c'est-à-dire qu’ils peuvent déboucher sur des CDI », assure notre représentante Ustke, qui s’inquiète également du surcroit de travail qui sera effectué par les employés et pouvant entraîner la polyvalence voire même des accidents de travail.
  • L’expertise du cabinet Secafi est peut-être crainte par la direction car à la mi-septembre celle-ci avait annoncé une perte de 400 millions dûe au contrôle des marges suite à l’application de la TGC dès le 1er octobre. Les partenaires sociaux (USTKE, FLS et F.O) avaient demandé l’avis d’un expert comptable pour évaluer réellement cet effet d’annonce, mais sauf qu’à la dernière réunion C.E en date du 27 septembre, l’ordre du jour a changé et où il est évoqué un « plan d’économie », une « organisation des services », un «  mouvement du personnel avec arrêt des CDD au 30 septembre non-renouveler ». D’où le mécontentement général des syndicats qui dénoncent la politique managérial du groupe Hayot. « 194 salariés initialement et avec la suppression des CCD, on va vite tomber à 150 salariés d’ici la fin de l’année », déclare Stella Manyn, très déçue de sa direction.
  •  
  •  
  • Cet hypermarché doit réouvrir ses portes dès ce jeudi 4 octobre aux heures habituelles. 
  •  
  • (*) : samedi 29 septembre 2018
  • (**) : mercredi 3 octobre 2018
  • (***) : les cadres de la direction
  • CHSCT : Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Condtions de Travail
  •  TGC : Taxe Générale à la Consommation est une taxe type "TVA" appliquée sur les  prix à la consommation des biens et des services en N-C. Cette taxe a remplacé 7 autres taxes au 1er octobre 2018. 
  • CDI : Contrat à Durée Indéterminée
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

17 octobre 1961 - 17 octobre 2018

15 Oct 2018
  •  57ème Anniversaire - Vérité et Justice
  • Le 17 octobre 1961 , des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de...


> Lire la suite