jeudi 14 décembre 2017

A Actualité syndicale

Le THT et le BTP en conseil syndical

  • Conseil syndical de la Fédération THT 
  • Mardi 18 juillet, il s’est tenu le conseil syndical de la Fédération T.H.T (Transport Hôtellerie et Tourisme). Une dizaine de délégués étaient présents à cette réunion au siège de notre Organisation. Denis Dounezek et Rodolphe Wede ont animé cette  séance de travail. Le point sur les secteurs d’activité de cette fédération.

  • Le secteur de l’hôtellerie
  • « Un problème de communication entre la direction et la section syndicale », soulève Chanel Wautreno, le délégué syndical STKE à l’hôtel l’Escapade situé à l’îlot Maître. Au niveau de l’instance du C.E, on constate aussi un problème relationnel entre les élus. Le poste de l’aide économe doit être renouvelé dans cette société. A l’hôtel Beaurivage, des listes se préparent pour les élections professionnelles qui se dérouleront en septembre prochain. A l’hôtel Shératon à Bourail, « le relationnel s’est amélioré avec la direction depuis le déplacement des secrétaires fédéraux adjoints » dans cet établissement hôtelier de la côte Ouest. « On attend la convocation à la première réunion NAO prévue pour juillet », indique Sylvanna Kaoupa, la déléguée syndicale STKE. L’hôtel Kanua implanté à l’extrême sud du pays rencontre actuellement un problème de fréquentation de la clientèle. Son taux de remplissage est au plus bas d’où des réunions régulières avec la direction. « Il y a une réduction des horaires d’une partie du staff durant trois mois (août/septembre/octobre). 120 heures au lieu de 169 heures », déclare Prisca Néwédou, déléguée syndicale STKE. «  Un  contrat doit être signé ce 26 juillet afin de tout mettre par écrit car la réduction du temps de travail ne doit pas excéder trois mois », ajoute-t-elle. A la Casa del Sol, « La commerciale remplace l’ancienne direction et elle occupe actuellement le poste de responsable de direction », signale Taya Enoka, déléguée syndicale STKE. La NAO mise en place en début d’année vient de se finir », indique-t-elle. A l’hôtel Le Méridien, « l’intersyndicale CSNCT/USTKE/FO n’existe plus depuis le dernier mouvement », informe Donatien Wangane, délégué syndical STKE. « Le bureau confédéral prendra un rendez-vous avec la direction pour revoir la politique salariale. Le GPEC* est toujours en attente », ajoute-t-il. La prime d’ancienneté a été supprimée en début d’année durant trois mois. Ce dossier doit passer au tribunal du travail. A Touskifo, « une adhérente ayant 20 ans de service n’a pas été payée depuis janvier dernier. Elle vient de reprendre le service la semaine précédente après avoir été en longue maladie. Et les gestionnaires de cette société de restauration ne veulent pas lui remettre ses fiches de salaire », indique-t-on, et selon le responsable en charge du suivi de ce dossier, « l’affaire passera au tribunal du travail ».
  • Le secteur aérien
  • L’aérien comprend les secteurs d’Aircal, d’Aircalin et la société Cofelis qui officie à l’aéroport international de La Tontouta. Dans cette dernière, « de nouveaux adhérents sont signalés. Ce secteur compte 32 adhérents », annonce-t-on.
  • Le secteur routier
  • Le secteur routier, quand à lui comprend Carsud, Karuïa Bus, Transcar, Arc-en-ciel Service (AECS). Concernant la société de transport des enfants dans le milieu scolaire, la section STKE de Transcar conteste l’organisation du temps de travail car « car l’amplitude horaire est au-dessus de la limite légale (12 heures par jours) et le temps effectif journalier est de 10 heures maximum ». A la dernière grève des camarades, un protocole d’accord a été signé entre les parties engagées et l’Ustke a demandé une réparation du préjudice », indique-t-on.(Lire article paru le 26 juin 2017) Ce dossier est également porté au tribunal du travail.  Pour ce qui concerne l’AESC, cette société est en redressement judiciaire depuis six mois et une défection des adhérents se fait ressentir.
  •  
  • (*) GPEC : Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences
  •  
  •                                              -------------------------------------------------------------------------------------
  • Conseil syndical de la Fédération BTP 
  •  

  • La Fédération BTP (Bâtiment & Travaux Publics) tient une fois par mois un conseil syndical. A retenir principalement des deux derniers conseils syndicaux, soit celui de juin et du mois en cours  : Dans cette branche d’activité, « c’est le secteur du bâtiment qui est touché par la crise. La société ARBE a connu une période de réduction de son personnel où plus d’une centaine d’employés ont été licenciés et certains avaient été reclassés, il y a quatre ans. La relance de l’activité reprend avec le secteur routier dans cette boîte. Le délégué syndical STKE d’Arbe, Eric Macken est parti se former six mois en France et en attendant son retour, c’est une jeune femme qui a été nommée déléguée syndicale. Elle s’appelle Laurie Goffrida », indique Ernest Poeta, secrétaire fédéral de la Fédération BTP. Concernant les dernières élections professionnelles dans quelques unes des sociétés de la place : « A OCR, la majorité des sièges revient à l’USTKE, aussi bien dans les instances du D.P, C.E et CHSCT. Dans les entreprises Zuccato et Socalmo, les élections professionnelles ont eu lieu le vendredi 21 juillet et dans la société Jean Lefebvre Pacifique, elles se dérouleront au mois de novembre », ajoute-t-il. Un nouveau secteur, « à la CMI Services (Cockerill Maintenance Ingénierie) où 95 employés y travaillent, on compte six nouveaux adhérents », se félicite le secrétaire fédéral qui compte sur le nouveau délégué syndical pour le suivi de leur dossier.
  •  
  • Le 9 octobre 2017, le conseil syndical sera décentralisé à Koné mais le lieu précis de la réunion sera à définir avec les membres de la coordination Nord. 
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Communiqué de l'USTKE-P.T lu au meeting de soutien au peuple catalan

21 Nov 2017
  • Le peuple kanak en lutte contre le colonialisme français pour sa liberté salut le peuple catalan en luttre contre le joug colonial madrilène et l'assure de toute sa solidarité indéfectible et active. 
  •  
  • EN KANAKY COMME EN CATALOGNE, les...


> Lire la suite