mercredi 21 aot 2019

A Actualité syndicale

L'emploi local réclamé par les sections syndicales STKE de Carrefour Market

  • Hier matin (1) dès 7 heures, les sections syndicales STKE des cinq enseignes de «  Carrefour Market » se  sont mobilisés devant le supermarché de Magenta. La défense de l'emploi local était au cœur de ce mouvement social. L'embauche d'un chef-boucher extérieur au pays est contestée par l'USTKE. Lors du C.E de jeudi dernier, les représentants syndicaux USTKE ont appris cette nouvelle nomination dans le secteur  «  boucherie » mais aucun appel à candidature n'a été fait sur ce poste. «  Soit disant qu'il vient pour former nos gens dans la boucherie traditionnelle alors que les bouchers d'ici sont suffisamment formés dans ce domaine », a indiqué Gisèle Wimbé, déléguée syndicale STKE à Carrefour Market.
  •  

Le personnel réclame des mesures concrètes sur l'application de la loi sur l'emploi local dans leur entreprise.

  • L'USTKE étant majoritaire (ligne de caisse, étalagiste ...), les cinq supermarchés (Alma, N'Géa, Orphelinat, Magenta & Robinson) sont donc restés fermer par rapport aux mesures de sécurité.
  • A la mi-journée, réunis en assemblée générale les contestataires ont décidé de poursuivre leur mouvement jusqu'en fin de journée. A 14 heures, une délégation conduite par la déléguée syndicale STKE s’est rendue au siège du groupe Carrefour à Ducos où elle a pu discuter avec les membres de la direction. A la sortie de cette réunion, il a été décidé une seconde rencontre ce mercredi (2) où ils devront voir les modalités du renouvellement du contrat si elles doivent être reconduites ou pas. Pour l’heure, les adhérents STKE s’opposent fermement à cette nomination venant de France. « Nous avons des bouchers confirmés que ce soit ici à Magenta ou à Robinson », a lancé l’un des employés en colère. «  Qu’est-ce qu’il vient faire ici alors qu’il y a des c .v en interne  qui ont été déposés, et  que fait-on de la promotion interne ! », a-t-on réclamé. Mais, les délégués syndicaux STKE s’accordent à dire « qu’il faudra être davantage vigilant sur ces pratiques » où notamment la CPEL (Commission Paritaire pour l’Emploi Local) a son rôle à jouer, et la DTE doit être alerter à ce sujet.
  • La reprise du travail s'est fait sans encombre ce matin (3), et les discussions seront à nouveau engagées dès demain (2) entre les différents interlocuteurs. 
  •  
  •  
  • (1) : Lundi 3 juin 2019
  • (2 : Mercredi 5 juin 2019
  • (3) : Mardi 4 juin 2019
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite