dimanche 24 septembre 2017

A Actualité syndicale

Notre syndicat arrive en seconde position aux élections professionnelles à Vale NC

  • Les élections professionnelles à Vale NC ont eu lieu du 21 au 25 août et les résultats ont été connus au soir du 25 août. L’USTKE arrive en seconde position avec près de 28 % des voix avec une progression de 5 points, quand à SOENC Nickel engrange 35 % des voix et il se maintient en tête du peloton. A noter, une forte participation des salariés (3/4 sur plus de 1200) à ces élections même si la crise du nickel apporte une incertitude quand à l’avenir de Vale NC en 2018. Pascal Pujapujane, délégué syndical STKE demande aux salariés « de se faire confiance, quelque soit le poste occupé, de la mine au port. Il ne faut pas prendre à la légère la crise mais en même temps, il ne faut pas avoir peur de se lancer dans le défi. » L’effort doit venir de chacun des salariés comme le préconise Pascal Pujapujane.
  •  

  • Entretien avec Pascal Pujapujane, délégué syndical STKE à Vale NC. (photo ci-dessus)
  •  
  • Quand ont eu lieu ces élections professionnelles ?
  • Pascal Pujapujane : « Elles ont eu lieu toute la semaine dernière. Le dépouillement s’est effectué vendredi dernier*. La première conclusion que nous tirons, c’est la progression comparée aux élections de 2015, on a augmenté de 5 points. C’est un résultat important pour nous. On peut s’en satisfaire. »
  • Par rapport aux résultats des élections professionnelles tombés vendredi dernier, quel message voulez-vous transmettre aux salariés qui ont fait confiance au syndicat ?
  • P.P. : « Il faut maintenir le cap, il faut garder confiance, il ne faut pas avoir peur de la situation. La crise qui sévit dans le secteur du « Nickel » en général, et bien cette situation on ne peut pas l’éviter. Maintenant, notre combat par rapport à cette crise, c’est d’interpeller chaque camarade, peu importe où il est, peu importe son degré de responsabilité. Cela veut dire qu’on est face à une réalité, c’est celle de la compétitivité. On nous met une épée Damoclès, c’est qu’on a plus d’argent ! On ne peut pas le cacher.  Nous, la section STKE de Vale NC nous voulons faire passer  ce message auprès des camarades : c’est que l’effort doit venir de tous. Les mesures proposées par la direction concernent nos acquis sociaux entre autres. Ils ne sont pas bafoués, ni bannis, ni balayés comme certains le pensent ou l’ont dit durant la dernière propagande électorale. On n’a pas tronqué ces acquis sociaux mais un effort doit être réalisé de la part de chacun. On a cinq mois pour prouver qu’on peut être à la hauteur des attentes.  On compte sur notre direction pour nous informer de façon régulière sur la situation économique, financière de l’entreprise.»
  • Dans l’attente des résultats définitifs avant qu’ils ne soient envoyer à la DTE. Qu’en-est-il de l’attribution des sièges ?
  • P.P. : « On a déjà une idée de notre représentativité au niveau des instances. Pour les D.P titulaires, on est pratiquement ex aequo avec le Soenc Nickel. 4 élus Ustke, 4 élus Soenc Nickel, 3 élus Cogétra, 1 élu CFE-CGC pour tous les collèges confondus. Alors qu’il y a deux ans, il y a avait 1 élu titulaire pour 2 élus. Pour les C.E titulaires, on revient à un ratio, de 3 Ustke, 2 Soenc Nickel, 1 Cogétra, 1 CFE-CGC. Ceci explique la forte représentativité des cadres au sein du Soenc Nickel ce qui n’est pas encore le cas chez nous. Mais, on a quand même une bonne représentativité dans le collège des employés-ouvriers, le collège des techniciens & agents de maîtrise. Pour les prochaines élections, on s’attaquera au collège des cadres. Ce n’est pas une mince affaire ! Pour les élections des délégués de bords (les gens de mer travaillant à bord des navires), elles vont être reconduites car le quorum n’est pas atteint. Ces résultats viendront s’imbriquer aux résultats définitifs ».
  • Vous parlez des mesures préconisées par la direction pour sauver Vale NC d’ici la fin de l’année ? Quelles sont-elles ?
  • P.P. : « Les mesures évoquées concernent les différentes primes, notamment les primes de continuité. La direction va s’attaquer en premier lieu à l’absentéisme. Suivant l’évolution de la crise, on renégociera ces primes. Avant d’en arriver à la masse salariale, ce sont les premières mesures sur lesquelles il fallait faire des efforts et des économies. »
  • Des mesures sont également préconisées par la direction et les partenaires sociaux pour arriver à une nette amélioration de l’activité nickel à Vale NC d’ici cinq mois donc d’ici la fin de l’année. Quelles sont-elles ?
  • P.P. : « Avec les partenaires sociaux et notre direction, nous travaillons sur trois grands axes, notamment sur ce qui est réalisable. Le premier : le rythme de travail passe de 4 –1 concernant toute la réorganisation du travail en interne (atteindre une performance permettant d’augmenter la production tout en réduisant les coûts). Le second axe : la direction doit trouver un investisseur ou deux. Il y a des potentiels candidats, à l’exemple des chinois. Ils sont prêts à investir d’ici 2019 sur une usine de type comme celle de Vale NC implantée dans le Sud.  Le troisième point, c’est l’appui total des institutions locales compétentes en la matière, notamment de la province Sud pour les accords de permis.  Le gouvernement et de l’Etat sont fortement sollicités. Indirectement, l’investissement sur le « projet Lucy * » a toute son importance. Il est plus que capital ».
  •  (*) : Vendredi 25 août 2017 
  •  
  •  
  • Antonio Néwédou, délégué syndical STKE/Vale NC, Hélène Mauga, délégué du personnel titulaire (photo de g. à d.) qui est à son 4ème mandat, ainsi qu'Alain Huliwa, délégué STKE/Vale NC et Patrick Qapitro, représentant syndical USTKE ont participé activement à la propagande électorale, aidé de leur camarade, Pascal Pujapujane. 
  •  
  • Remerciement et message de confiance en l’avenir
  • « Au nom du bureau de  la section STKE de Vale NC, je remercie le bureau confédéral, les camarades qui ont porté leur voix sur nos listes. On avait dit lors du dépouillement que c’était une petite victoire mais celle-ci représente le début d’un nouveau jour. La partie n’est pas gagnée, on a encore du chemin à faire. Si on reste souder par rapport à la crise d’une part, et d’autre part au combat que l’on mène, il ne faut pas avoir peur ! Parce que si on a peur, on va manquer de confiance ! Il faut rester souder durant les cinq mois. Il faut croire en notre avenir », délivre Pascal Pujapujane à ses camarades de Vale NC.
  •  
  • Précisions sur le Projet Lucy
  • « L’année dernière, le C.I.C.S.( Comité d’Information, de Concertation, de Surveillance de l’usine du Sud) nous a accordé l’autorisation d’exploiter. Dans la demande d’autorisation d’exploitation minière (DAEM), il y a le permis d’exploration, le permis de défrichage et si ces phases-là représentent des difficultés d’avancement au niveau des travaux. En aval, cela engendre un retard dans les délais d’exécution des travaux, notamment pour le « projet Lucy ». L’investissement sur ce projet est plus que capital. Concernant la durée du barrage, les experts lui ont donné jusqu’en 2021. Le barrage a été conçu pour seulement réceptionner le résidu solide. A l’heure actuelle, le design qui s’est rajouté dans le processus de l’hydrométallurgie, notamment le rejet par l’émissaire marin,  on récupère une partie du rejet liquide. Au lieu de rejeter complètement le taux qui a été préconisé, on en récupère une partie. On a encore baissé le taux dans l’émissaire marin (dans le canal). Et cette eau, on le récupère et elle vient se mélanger dans le résidu sec au barrage. Le  résidu sec en plus du liquide présente un danger par rapport au barrage. Le barrage n’a pas été étudié au départ pour résister à la pression du liquide (boue). D’où l’importance du projet Lucy de pouvoir le traiter. C’est-à-dire de séparer le liquide avec le filtre presse ainsi pour ne présenter que du solide,  et récupérer ainsi l’eau pour le circuit interne. Ce projet doit être en marche en 2021. La construction a son importance mais il y a aussi la phase test comme cela a été fait pour l’usine du Sud. », indique Pascal Pujapujane. 
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Solidarité avec les travailleurs et les peuples touchés par le cyclone Irma

11 Sept 2017
  • Les Organisations CGTG, FO,UNSA, SUDPTT GWA, UGTG, KDLO, DLONOWBASTE, TRAVAYE E PEYIZAN, SPEG, MOUVMAN NONM, LKP, DOUBOUT POU DLO AN NOU, SPA :
  •  
  • - Apportent leur pleine et entière solidarité aux Travailleurs et aux Peuples de l’ensemble des
  • îles...


> Lire la suite