samedi 25 mai 2019

A Actualité syndicale

Trois conflits engagés sur trois centres miniers de la SLN

  • Trois conflits sont menés par les sections syndicales, STKE de Tiébaghi, STKE de Kouaoua et STKE de Thio, ils touchent actuellement ces trois centres miniers de la SLN.
  • Un licenciement abusif dénoncé par la section syndicale STKE/Tiébaghi
  • Concernant le centre minier de l’extrême Nord, Tiébaghi connaît un mouvement de grève depuis le 14 novembre. Pourquoi un tel mouvement de mécontentement des adhérents STKE du Nord. « La section syndicale STKE dénonce en priorité un licenciement considéré comme abusif car la direction n’a pas respecté la procédure. La personne ciblée est un salarié protégé, Alick Gagne qui était un candidat au poste de délégué du personnel au moment des reproches », indique Léonard Wahmetu, secrétaire général de la Fédération des Mines, de la Métallurgies & des Carrières USTKE. Le syndicat ne va pas en rester là car il compte porter ce dossier au tribunal (*) sur lequel la direction a été déboutée une première fois lors d’un premier entretien disciplinaire. A chaque fois, « l’adhérent STKE est ciblé quelque soit les faits qui lui sont reprochés, et la section STKE/SLN de Tiébaghi a apporté son soutien au camarade », ajoute-t-il. Mise à part ce fait de licenciement, les grévistes ont repris le travail aujourd’hui (1).  Les discussions doivent se poursuivre entre la direction du centre minier de Tiébaghi et les représentants syndicaux STKE. Un projet de protocole de fin de conflit est sur les rails et d’ici 48 heures, espérons-le, une signature devrait intervenir entre les deux parties prenantes.
  • Mais en attendant, Constant Tiavouane, délégué syndical STKE regrette qu’il faille passer par une grève pour se faire entendre. « Ce n’est jamais simple pour notre syndicat car on n’est pas pris en considération contrairement aux autres syndicats ». Plusieurs points d’achoppement ont été soulevés, et les parties concernées doivent discuter sur : l’évolution de carrière des agents de maîtrise, les tensions existantes dans l’atelier de maintenance des engins mobiles,  le rééquilibrage des formations des chauffeurs et le respect du planning de formation, et la mise en place des nouveaux horaires (147 heures) au 1er janvier 2019. (**) 
  •  
  • Statut
  • (*) Les délégués du personnel (titulaires et suppléants) sont des salariés protégés. Leur licenciement ne peut intervenir qu'après avis obligatoire du comité d'entreprise et de l'autorisation expresse de l'inspecteur du travail.
  • Il en est de même pour les anciens délégués du personnel durant les 6 mois suivant l'expiration de leur mandat et les candidats non élus durant 3 mois.
  • Le salarié qui demande à l'entreprise d'organiser les élections de délégué du personnel, bénéficie d'une protection de 6 mois.
  •  
  • Réorganisation des horaires
  • (**) « Ces horaires ont pour objectif de réduire la pénibilité en adaptant des rythmes horaires qui respectent au mieux l’horloge biologique des salariés et de favoriser l’intervention de la maintenance préventive durant un jour donné »  selon la direction de la SLN, mais la section STKE de Tiébaghi mentionne le fait que  « ces horaires favorisent plutôt l'augmentation de la productivité au détriment de la pennibilité au rythme de travail journalier de 9 h 50 à 10 h 30 ». Il a été convenu que ces derniers ne seront adoptés qu’après une période de test de 6 mois et une consultation, pour avis, du personnel . D'ailleurs toutes les sections STKE de la SLN dénoncent ces horaires imposées au travers d'un accord d'entreprise. 
  •  
  • STKE/SLN de Kouaoua et SGTINC en intersyndicale …
  • Une intersyndicale (STKE et SGTINC) du centre minier SLN de Kouaoua s’est composée la semaine dernière pour dénoncer le management actuel du chef de mine.  Dès vendredi dernier, ces deux syndicats ont déposé un préavis de grève, et il prend effet dès ce mardi 11 décembre à minuit. « C’est la majorité des travailleurs syndiqués qui a demandé son départ », indique Samuel Méréatu, délégué syndical STKE, en tempérant ces propos « on a quinze jours pour discuter ». Donc, le fil du dialogue n’est pas pour autant rompu entre les sections syndicales et la direction SLN de Kouaoua.
  •  
  • STKE/SLN de Thio et CSTNC réunie également en intersyndicale ...
  • Ces deux structures syndicales dénoncent la mise en place des 147 heures sur site minier qui ne tient pas compte de la représentativité des syndicats des mineurs. Ils étaient en grève depuis le jeudi 6 décembre, et aujourd'hui (1), ils suspendent leur grève. Une rencontre est prévue ce mardi 11 décembre avec la direction afin d'évoquer ce sujet lié à la réorganisation des horaires. 
  •  
  • (1)  : lundi 10 décembre 2018 
  • (Source photo : archives C.O USTKE)
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite