vendredi 23 aot 2019

A Archives

Communiqués des syndicats SOLIDAIRES SUD, CGT, la CONFEDERATION PAYSANNE

,

Solidaires Union syndicale


Paris le 9 juin 2006


Non a la répression contre le syndicat USTKE


Ce jeudi 8 juin, les forces de l'ordre ont attaqué les syndicalistes de l'USTKE qui sont en lutte sur le port de Nouméa (Nouvelle Calédonie) depuis 20 jours pour défendre leurs droits leurs emplois et refuser la main mise de multinationales sur l'activité portuaire


L'attaque de l'armée a été particulièrement violente : bateaux ultra rapides hélicoptères tirs tendus de balles en caoutchouc et au flash-ball... un déchaînement répressif extrêmement grave qui s'est accompagné de l'arrestation de 17 personnes dont les dirigeants de l'USTKE, Gérard Jodar et Alain Boewa, président et vice-président du syndicat.


L'Union syndicale condamne cette répression inadmissible, dénonce les méthodes de l'Etat francais et exige la libération immédiate des syndicalistes arrêtés.



Le syndicat SUD Education Aquitaine exprime sa solidarité envers les camarades de l'USTKE victimes de la répression policière d'Etat mise au service du patronat. SUD éducation Aquitaine soutient les camarades de l'USTKE dans le combat qu'ils mènent avec les moyens qu'ils se sont donnés contre MSC.


SUD Education Aquitaine.



Déclaraton du 8 juin 2006


La Cgt soutient les travailleurs de Nouvelle Calédonie dans la défense de leurs droits et de leurs emplois.


Alors que des négociations difficiles étaient engagées avec l'USTKE pour sortir du conflit existant sur le port de Nouméa, suite a l'arrivée de nouveaux concurrents mondiaux du transport maritime : MSC, Maersk, les pouvoirs publics ont fait le choix d'une intervention policière brutale et violente pour évacuer les grévistes.


La répression, a la suite des affrontements sur le port et dans la ville, a fait plusieurs blessés parmi les grévistes et les passants.


17 militants de l'USTKE dont Gérard Jodar et Alain Boéwa a Président et Vice-président de l'USTKE a ont été interpellés.


La Cgt condamne cette attitude de répression qui nourrit une nouvelle escalade des tensions dans le territoire.


La Cgt soutient les travailleurs de Nouvelle Calédonie dans la défense de leurs droits et de leurs emplois.


Elle exige la libération immédiate des dirigeants syndicaux et appelle a l'ouverture de véritables négociations.



Bagnolet, le 9 juin 2006


Communiqué de presse


Répression syndicale


Soutien a l'USTKE


Suite a un mouvement social sur le port de Nouméa (Nouvelle Calédonie a Kanaky) initié par l'USTKE pour défendre l'emploi local et les entreprises du territoire face aux multinationales du transport maritime, pour dénoncer une nouvelle fois la répression inacceptable de l'Etat francais sur cette action syndicale,


Suite a l'arrestation de 17 syndicalistes de l'USTKE, dont le président Gérard Jodar et le vice-président, Alain Boewa,


La Confédération paysanne exige la libération immédiate des syndicalistes ainsi que l'arrêt des poursuites judiciaires.


La Confédération paysanne dénonce le coup de force de l'Etat francais au moment même où les négociations s'ouvraient entre l'USTKE et le gouvernement calédonien.


La Confédération paysanne apporte son soutien total et entier a l'USTKE et a ses militants emprisonnés.



DE GUADELOUPE


Par : PLAISIR ALAIN <alain.plaisir@wanadoo.fr> Site Web : http://ctu-guadeloupe.fr


la Centrale des Travailleurs Unis dont je suis le secrétaire général a l'organisation a envoyé un communiqué a la presse pour dénoncer la répression anti-syndicale qui prend des effets de répression coloniale dans l'Outre-mer.


la CTU APPORTE SON TOTAL SOUTIEN A NOS CAMARADES DE L'USTKE


Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite