jeudi 19 septembre 2019

A Archives

"Le peuple palestinien est pris en otage"

,


Journal l'Humanité


Rubrique International


Article paru dans l'édition du 30 juin 2006.


Que pensez-vous de cette offensive israélienne qui prend pour prétexte l'enlèvement d'un soldat israélien i


Hind Khoury. Chaque fois qu'Israël n'obtient pas ce qu'il veut il fait monter la tension. On a pu le voir ces dernières semaines avec les assassinats ciblés les punitions collectives les bombes sur Gaza. Puis ils sont passés au siège total en Cisjordanie et a Gaza. L'offensive n'est pas que militaire, il y a la construction du mur, la retenue des taxes palestiniennes. Et bien sûr il y a les tueries organisées contre des civils contre des enfants. Ce sont des actes qui indiquent très clairement que cet État torpille tous les efforts pour la paix et notamment tous les efforts faits par le président Mahmoud Abbas. Israël n'est intéressé que par sa politique unilatérale. C'est une politique traditionnelle israélienne : prendre du terrain et se débarrasser des Palestiniens. Surtout, Israël se sert de tous les prétextes pour poursuivre cette politique. Le Hamas n'est qu'un alibi. On sait bien que le peuple palestinien tout entier est l'otage d'Israël.


Qu'est-il possible de faire pour arrêter cet engrenage i


Hind Khoury. Le président palestinien, des membres du gouvernement, des personnalités de la société palestinienne essaient de faire libérer le soldat israélien, pour des raisons stratégiques. Nous sommes arrivés a cette entente interne qui est très importante. On sait très bien que ce sont ces efforts de paix qui, en réalité, menacent les Israéliens. On essaie de contrôler les éléments de la résistance, mais celle-ci est légitime. Avec tout ce qui se passe il n'est pas étonnant que certains éléments utilisent des voies violentes. Il faut la contrôler. Mais très franchement je ne sais pas si l'on va y arriver avec cette violence développée par Israël. Et je m'étonne du manque de réaction de l'UE face a cette violence d'État.


Le problème numéro 1, c'est l'occupation. Si l'occupation cesse, on peut avancer sur toutes les questions. Mais malheureusement il est clair qu'Israël n'a pas la volonté politique nécessaire pour arriver a cette paix. Nous n'accepterons jamais cette occupation et cette violence. Il y aura toujours une résistance...


Cette fois-ci il s'agit d'une attaque de la part de la résistance contre une cible militaire, pas une cible civile. Alors pourquoi une telle attitude de la communauté internationale i Israël a le droit de se défendre mais pas les Palestiniens i Pensez-vous vraiment que les Palestiniens menacent la sécurité d'Israël, un pays qui possède l'arme nucléaire, l'une des armées les plus puissantes du monde i N'est-ce pas plutôt l'inverse i N'est-ce pas Israël qui menace les Palestiniens leur existence même i Il y a deux poids deux mesures. La communauté internationale se sent concerné par un soldat israélien et pas par tout un peuple dont l'existence est menacée par l'occupation. N'est-ce pas la responsabilité de la communauté internationale de réagir quand nos femmes nos jeunes nos enfants sont assassinés tous les jours par les Israéliens i Finalement, la communauté internationale soutient l'occupation. C'est incompréhensible.


Que faut-il attendre de l'accord passé, mardi soir, entre les différentes factions palestiniennes i


Hind Khoury. C'est un accord très important puisqu'il parle de créer un État palestinien dans les frontières de 1967, de circonscrire la résistance dans les territoires occupés depuis 1967, de former un gouvernement d'unité nationale, de reconnaître l'OLP comme seul représentant du peuple palestinien et de reconnaître les accords passés. C'est un défi aux Israéliens qui continuent a dire qu'il n'y a pas de partenaire palestinien. Mais il faut qu'Israël reconnaisse les droits des Palestiniens. Ce qu'il ne fait pas pas plus qu'il ne respecte les accords signés. Israël veut torpiller par avance les résultats de cet accord.


Entretien réalisé par P. B.


Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite