vendredi 31 mars 2017

B B.C

Le Bureau confédéral se positionne par rapport à la manifestation de l'Intersyndicale Vie Chère

  • Communiqué du Bureau confédéral de l’USTKE sur la manifestation de l’Intersyndicale « Vie Chère » prévue le 01/09/2016
  • Suite à l’appel à la grève générale lancée par l’intersyndicale  « Vie Chère » pour le 01/09/2016, le Bureau confédéral de l’USTKE tient à faire connaître sa position.
  •  
  • S’agissant de la TGC (Taxe Générale sur la Consommation), l’USTKE constate qu’il s’agit d’un dossier relevant de la fiscalité et donc de la responsabilité des élus du Congrès. Ce texte a pour objectif d’instaurer la transparence fiscale et la simplicité pour l’entreprise et le consommateur par la mise en place d’une taxe unique avec en bout de piste la perception par le budget de la NC de 52 milliards de francs montant déjà perçu aujourd’hui mais à travers plusieurs taxes.
  •  
  • La marche à blanc sur une période de 18 mois permettra d’évaluer le rendement du dispositif et de l’ajuster au besoin.
  •  
  • L’USTKE y est favorable.
  •  
  • S’agissant du dossier compétitivité-productivité, l’USTKE considère qu’il a pris aujourd’hui une tournure politique dont les enjeux sont très éloignés des intérêts des populations concernées par la cherté de la vie.
  •  
  • L’USTKE propose que ce dossier soit de nouveau confié au CDS (Conseil du Dialogue Social) qui a déjà travaillé sur ce dossier et a produit un projet d’accord interprofessionnel en août 2013 dans le cadre d’une commission paritaire. Ce projet d’accord avait pour objet :
  •  
  • - D’encadrer une évolution des pratiques dans les entreprises de Nouvelle Calédonie, en vue d’une amélioration de leur productivité et de leur compétitivité,
  • - D’organiser par avance le partage des gains de productivité attendus de cette évolution des pratiques.
  •  
  • L’USTKE réaffirme que la lutte contre la vie chère, c’est d’abord la lutte contre la pauvreté et pour l’emploi. La priorité aujourd’hui, c’est de donner du travail aux 8.500 chômeurs dont la grande partie, sont des jeunes kanak ou océaniens.
  •  
  • La priorité aujourd’hui, c’est l’insertion professionnelle dans l’emploi de la jeunesse kanak abandonnée et livrée à elle-même.
  • La priorité aujourd’hui, à 2 ans de la sortie de l’accord de Nouméa, c’est de renforcer tous les dispositifs qui participent à faire accéder la jeunesse kanak aux postes à responsabilité.
  •  
  • C’est pour cela que l’USTKE a organisé la grande mobilisation du 03/08/2016 à Nouméa dans le cadre d’une grève générale et a contribué de manière à ce que  la thématique du rééquilibrage dans l’emploi fasse l’objet d’un Colloque qui a été organisé le 19/08/2016 à l’UNC - Nouville.
  •  
  • La problématique de la vie chère interpelle l’ensemble des acteurs économiques et sociaux du pays. Elle ne doit pas occulter l’autre réalité qui est celle de l’accession des kanak à l’emploi et aux postes à responsabilité, fondement même des accords politiques qui ont permis le développement économique et la prospérité dans ce pays.
  •  
  • L’USTKE a toujours dénoncé la politique des flux migratoires, source des problèmes d’emploi et de pouvoir d’achat, ce dont ne parle jamais l’intersyndicale, fermant les yeux sur une politique de peuplement qui se poursuit au détriment des kanak et des calédoniens d’une manière générale, présents dans le pays depuis des générations.
  •  
  • Par conséquent, le Bureau confédéral de l’USTKE appelle l’ensemble de ses adhérents et sympathisants à ne pas participer au mouvement de grève initié par l’intersyndicale « Vie Chère » le 01/09/2016.
  •   
  • Nouméa, le 30 août 2016
  • Le Bureau confédéral de l'USTKE
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Fè pou fè, fouté fè !

27 Mars 2017
  • Un mouvement social très puissant secoue la Guyane depuis plusieurs semaines et une nouvelle fois la société française tout entière politiques de tous bords, médias et société civile sont bouche cousue afin de tenter par la...


> Lire la suite