samedi 27 mai 2017

I International

L'emploi stable est-il un luxe ?

Le nouveau rapport de l’OIT intitulé « Emploi et questions sociales dans le monde » constate la dégradation  continue de l’emploi salarié. Avoir un emploi stable est devenu un privilège, selon l’OIT. Mais rien dans ce rapport de 155 pages n’indique la possibilité d’améliorer quoi que ce soit dans un proche avenir. Implicitement, on admet donc que l’augmentation des inégalités, la fatalité du déclin des salaires, du chômage de masse et des emplois de plus en plus précaires constituent des traits essentiels de ce monde dominé par le capital. Le rapport montre que 75 % des travailleurs sont des employés à titre temporaire ou avec des contrats à durée déterminée, dans des emplois informels souvent sans aucun contrat, comme travailleurs indépendants ou dans des emplois familiaux non rémunérés. Le chômage est surtout dramatique pour les jeunes. Cette situation crée d’importants écarts de richesse, constate l’OIT. Cette énième constatation longue et compliquée découvre involontairement une OIT à double face : celle qui a des dents de loup quand il faut sanctionner un gouvernement qui ose maltraiter un libre du camp de la CSI ; celle qui a des dents de lait quand il s’agit de dénoncer le bilan des multinationales. Ceci pourrait expliquer pourquoi l’OIT n’a jamais adopté un document fondamental sur le droit au travail en tant que tel, ne dénonce pas les vraies causes du chômage, et pourquoi certains experts mettent l’OIT au rang des institutions du système de Bretton Woods, telle que le FMI, la Banque Mondiale et l’OMC. Quant aux constatations de l’OIT, ce n’est pas très compliqué d’en faire autant. Par exemple, que des milliers de fonctionnaires de l’OIT ont des emplois stables et des retraites dorées, ce qui n’est pas un luxe mais une « norme internationale du travail » …

Source : article extrait du Courrier de l'OIEM (Organisation Internationale de l'Energie et des Mines) Bulletin d'Information N° 114  Mai-Juin 2015

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Le PCQ interpelle les autorités internationales sur le conflit en Syrie

12 Avril 2017
  • Au nom du comité exécutif central du PCQ (Parti Communiste du Québec), André Parizeau, le chef du PCQ communique sur leur position concernant le conflit en Syrie, le "bourbier syrien" qui devient un évènement très préoccupant...


> Lire la suite