samedi 15 dcembre 2018

A Actualité politique

Communiqué de presse du Parti Travailliste

  • Le Parti Travailliste a pris acte de la décision de l'Union Calédonienne de rompre le lien les unissant au sein du Groupe UC-FLNKS et NATIONALISTES au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, ses deux élus Marie-Pierre GOYETCHE et Louis Kotra UREGEI siégeant désormais en tant qu'élus non inscrits à compter du lundi 30 juillet 2018. 
  •  
  • Le Parti Travailliste tient à préciser que ses élus ont été des partenaires loyaux et assidus au sein du Groupe UCFN tant dans la défense des positions politiques que dans le travail institutionnel au Congrès. Au sein des Comités des Signataires auxquels il a participé à savoir Juin 2015 et Novembre 2017, le représentant du Parti Travailliste a été le seul à défendre les positions du groupe alors même que les élus de l'Union Calédonienne ont renié ces positions initiales pour s'aligner derrière celle de Paul Néaoutyne et de l'état colonial pour des modifications successives de la Loi Organique afin de permettre et de faciliter toujours davantage les inscriptions de non kanak. 
  •  
  • Le Parti Travailliste souligne aussi avoir immmédiatement dénoncé et continue de le faire, le fameux "politiquement clos" sur les fraudes électorales que le FLNKS dont les représentants UC du groupe ont accepté de signer en Février 2016. 
  •  
  • Cette rupture intervient alors même que deux représentants du groupe UCFN associés aux représentants de l'UNI-PALIKA ont apposé leurs signatures aux côtés des représentants des partis pro-colonialistes et de l'état colonial au bas d'un document baptisé "Charte des valeurs communes", fruit d'une nouvelle couillonnade issue d'un G10 illégitime devenu le G7 encore plus illégitime puisque les représentants indépendantistes n'ont jamais été mandatés par le peuple Kanak.
  •  
  • Cette simutanéité des évènements permet de constater que les Esprits des Combattants de la Liberté ont préservé le Parti Travailliste en le retirant de cette proximité avec les bradeurs de la cause kanak et nous en mesurons toute l'importance. 
  •  
  • C'est pour cela que, malgré les sollicitations du Président du Groupe UCFN auprès de nos élus, à la participation au vote lors de l'élection du bureau du Congrès moyennant une récompense pour préserver les emplois de deux collaborateurs du Parti Travailliste, nous avons décliné préférant ne pas siéger et montrer que, contrairement à d'autres (suivez mon regard), nous ne marchons pas à la carotte institutionnelle. Si nos deux camarades perdent leur emploi, ils s'incriront au chômage et seront soutenus par notre parti sans perdre notre dignité à tous. Nous précisons que cette sollicitation au vote est intervenue après la rupture du groupe.
  •  
  • Là, encore, les Esprits des Frères et Sœurs nous ont à nouveau préservé de la manipulation parce-que le piège était de faire voter nos élus avec eux pour nous impliquer dans un contexte d'élections déjà combinées avec Calédonie Ensemble. N'en déplaise à nos détracteurs, le soutien des Esprits que l'on évoque s'exprime vis à vis de celles et ceux avec qui ils ont combattu et surtout pas aux guerriers du verbe dans les médias. 
  •  
  • Nous ne les avons pas oublié, les sacrifices de leurs vies pour que vive Kanaky et ils sont toujours présents dans nos mémoires, nous inspirent et nous guident dans nos choix politiques. 
  •  
  • C'est dans la dignité que nous assumons avec détermination et confiance notre choix de ne pas participer le 04 novembre au parachèvement de l'œuvre commencée avec l'Accord de Nouméa, de négation du Peuple Kanak au profit d'un pseudo peuple calédonien bricolé cher à Philippe GOMES pied-noir d'origine qui malgré ses allégations intéressées, n'est pas victime de l'histoire au sens de Nainvilles-Les-Roches, ainsi qu'à l'état colonial et à leurs complices indépendantistes !
  •  
  •  
  •                                                                                                                                                             A Nouméa le 02 Août 2018
  •  
  •  
  •                                                                                                                                       Le Bureau Politique du Parti Travailliste
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

La PSNSE dénonce l'archarnement judiciaire à l'encontre d'Elie Domota

30 Nov 2018
  • Les syndicats CSC (Catalogna), CSS (Sardigna), LAB (Pays Basque), SAVT (Val d’Aosta), SLB (Bretagne), STC (Corsica), UGTG (Guadeloupe), USTKE (Kanaky), UGTM (Martinique) et CUT (Galice), tous membres de la PSNSE (Plateforme des Syndicats des Nations Sans Etat),...


> Lire la suite