samedi 25 mai 2019

A Actualité syndicale

En bref .... Socalog et Rabot à nouveau bloqués ... En bref ... Signature du protocole de fin de conflit à Arbé ...

  • Ce matin, les membres de la Fédération des Commerces sont à nouveau devant les grilles de Socalog et de Rabot. Ces deux sociétés s’occupent essentiellement de transporter, de commercialiser des marchandises en partance de la zone d’aménagement concerté de Panda situé dans la commune de Dumbéa. Ils reviennent une énième fois dénoncer le cas d'une salariée d'origine allemande en situation irrégulière depuis 2010, soit huit ans sans papiers à travailler chez Rabot.(*)
  • Une rencontre a eu lieu le 3 octobre dernier entre la direction et les représentants syndicaux de la Fédération des Commerces USTKE mais visiblement ce rendez-vous n’a pas donné de suite puisque cinq blocages alternés ont eu lieu ces deux derniers mois. Pierrick Wahéo, délégué syndical STKE à Rabot rappelle les raisons de ce blocage : «  On a alerté notre direction sur la situation irrégulière d’une personne salariée à Rabot depuis 22 ans. C’est-à-dire que depuis 2010, elle n’a pas de papier pour travailler, une forme de travail au noir depuis 8 ans dans notre société ! Par rapport à ça, on a émis le souhait soit de la licencier ou soit de lui faire une rupture de contrat avec le motif insistant sur l’irrégularité de sa situation de présence dans notre pays ». Cela permettrait de mettre en évidence les thématiques chères à notre Organisation syndicale : le rééquilibrage et l’emploi local. « Cette personne est titulaire au niveau du commercial. On a deux locaux remplaçants, donc deux kanak qui peuvent prétendre à ce poste », insiste le délégué syndical STKE. « Ce poste est vacant », ajoute-t-il.
  •  

  • Une médiation a été demandée à la DTE concernant ce sujet, et « la direction n’a jamais voulu venir à la table des discussions », regrette Pierrick Wahéo. Et pourtant l’Ustke est un partenaire incontournable dans le dialogue social. 
  • Les accès aux zones de stockage ont été libérés en début d'après-midi vers 13 heures. Une autre revendication de la section STKE de Socalog s’ajoute à celle évoquée précédemment dont la section syndicale refuse la décision prise par sa direction concernant la prime de fin d’année. Cette dernière va être scindée en deux par rapport aux deux entités : le 13ème mois et prime exceptionnelle.
  •  
  •  (*) : Cf article paru le 15 novembre 2018 
  •  
  •                                      --------------------------------------------------------------------------------------------
  •  
  • Une prime d'intéressement malgré le contexte économique difficile
  •  
  •  
  • Une satisfaction en demi-teinte pour la quarantaine de grévistes de la section de Arbé qui s’est fortement mobilisée durant la semaine du 26 novembre aux abords du siège de cette société spécialisée dans la construction de bâtiment. Objectif : avoir une prime d’intéressement de 60 000 frs. Mais celle-ci a été réduite de moitié durant les négociations entre les responsables syndicaux STKE et la direction. «  Le supplément leur sera versé au mois de mai, au prorata du bilan comptable de l’année 2018 », indique José Bourgine, secrétaire général adjoint de la Fédération BTP USTKE, qui a participé aux négociations dont le protocole d’accord a été signé vendredi dernier (*) entre les parties prenantes engagées dans ce conflit.
  •  
  • (*) vendredi 7 décembre 2018
  • (Source photo : J.B.)
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite