dimanche 16 dcembre 2018

A Actualité syndicale

La section STKE de NMC interpelle sa direction sur la sécurité des salariés

  • Une grève de 24 heures est en cours à NMC (Nickel Mining Corporation). Très tôt depuis ce matin (*), la section STKE de NMC, notamment celle basée à Nouméa se mobilise devant le siège de la direction situé au quartier Latin. Principale raison de leur mobilisation : la sécurité des employés mise à mal. 
  • Cette section n’est pas à sa première grève depuis le début de l’année, elle n’a pas cessé d’interpeller sa direction sur des soucis liés à la sécurité des salariés de la NMC qui ont été dénoncés à plusieurs reprises lors des réunions paritaires. «  Cette problématique de la sécurité a été maintes fois évoquée dans les IRP mais nous constatons très peu d'avancée », soulève Bertin Boéré, délégué syndical STKE NMC.
  • « Des vols de véhicules, des dégradations, des intrusions des personnes dans les locaux de la NMC, des agressions, des vols etc … ». La liste des méfaits est longue, signale-t-on.  Ces actes de violences sont commis sur les différents sites miniers du pays où la NMC est implantée (Ouaco, Nakéty, Kouaoua, Poya), et les travailleurs sur site observent également ce droit de grève durant cette journée.
  •  
  •  
  • « En tant que partenaire social, on ne va pas rester les bras croisés. On ne va pas laisser notre outil de travail se dégrader. Et laisser certains commettre des actes d’incivilité depuis l’année dernière », indique Bertin Boéré qui avec ses camarades adhérents sont postés à l'entrée du siège de la direction générale, en attendant la rencontre de cet après-midi avec les membres de la direction générale, et où ils auront l'occasion de revenir sur les incidents soulevés depuis un moment. 
  •  
  • (*) : Mercredi 8 août 2018
  •  
  •                                                ----------------------------------------------------------------------------------------
  • Blocage d'une enseigne à Ducos afin de dénoncer les pressions et les agissements exercés à l'encontre d'une déléguée syndicale STKE
  •  
  • Durant une bonne partie de la journée d’hier (*), des camarades se sont mobilisés devant un établissement situé à Ducos (zone industrielle de Nouméa) vendant essentiellement de l'ameublement, du textile, des outils de bricolage ... Motif de ce blocage : dénoncer les pressions et les agissements orchestrés à l'encontre de la déléguée syndicale STKE, et qui est également déléguée du personnel.
  •  
  •  
  •  
  • « Notre déléguée syndicale est harcelée par sa direction, elle est mise de côté par son équipe. Sa direction fait en sorte que les autres employés ne discutent pas avec elle. Elle est souvent en congé maladie. Elle subit une pression constante du fait qu'elle a un mandat de délégué syndical. Nous sommes là pour montrer que nous la soutenons », a indiqué Léandry Caeat, secrétaire fédéral de la Fédération des Commerces & Divers USTKE.  Une rencontre devait se tenir entre la direction hier en début d'après-midi avec les responsables syndicaux mais ce rendez-vous n’a pas eu lieu. Un autre est prévu en fin de semaine pour mettre à plat les discussions déjà entamées, il y a quelques semaines.
  •  
  • (*) : Mardi 7 août 2018
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

La PSNSE dénonce l'archarnement judiciaire à l'encontre d'Elie Domota

30 Nov 2018
  • Les syndicats CSC (Catalogna), CSS (Sardigna), LAB (Pays Basque), SAVT (Val d’Aosta), SLB (Bretagne), STC (Corsica), UGTG (Guadeloupe), USTKE (Kanaky), UGTM (Martinique) et CUT (Galice), tous membres de la PSNSE (Plateforme des Syndicats des Nations Sans Etat),...


> Lire la suite