lundi 19 novembre 2018

A Actualité syndicale

L'ouverture du XVIème congrès est lancée ...

  • Le XVIème Congrès de l’Ustke s’est ouvert ce vendredi au Kowé Kara. Plus de 500 adhérents participent à ce rendez-vous. Ce rassemblement triennal sera marqué par plusieurs temps fort : la présentation des bilans de chaque fédération et la prise de position de notre Organisation syndicale au référendum du 4 novembre.
  •  
  •  
  • Le micro à la main, Louis Kotra Uregei sonne l’appel des troupes. Dans la grande salle de Kowé Kara, les camarades s’activent. Un à un, chaque adhérent s’installe sur les chaises soigneusement placées par l’équipe de la logistique, pilotée par Fidel Malalua, 4ème vice-président. D’emblée le président du Collège Honoraire, à l’origine de la création de l’Ustke en 1981 procède à l’ouverture du XVIème Congrès par un geste coutumier auprès des dignitaires de l’aire Djubéa Kapomé. « C’est avec toute humilité et avec respect que je m’adresse à vous les gens du sud », indique Louis Kotra Uregei, « cette coutume, c’est pour remercier de nous accueillir dans cet endroit. Ce congrès arrive dans un contexte important. Ce lieu va devenir un espace de discussion et d’échange. » Le geste coutumier a été remercié par Augustin Katé, responsable coutumier de la tribu de Saint-Louis. Un bouquet et des ignames ont ainsi été offerts par les bureaux, le collège  honoraire et confédéral.
  • Passés les gestes coutumiers, la troupe de « Black Pearl », originaire du Pays « Nengone » a procédé à une danse traditionnelle devant une salle comble. En plus des congressistes, plusieurs invités de marque ont répondu à l’invitation de notre organisation à l’image de Sylvain Goldstein de la CGT, Cristofanou Pistorozzi du syndicat corse de la STC et David Dusslam de la CNT. Chaque invité a été remercié chaleureusement.
  • Vient, le moment de l’ouverture de ce congrès faite par le président Honoraire de notre Organisation syndicale, Louis Kotra Uregei. « On m’a demandé d’ouvrir ce congrès » indique le leader du Parti Travailliste, « parce que vu les enjeux, c’est important que le Président Honoraire et à l’initiative de la création de l’Ustke ouvre ses travaux. » Il  a donné le ton de ce congrès. Il a ainsi rappelé l’historique de la création de l’Ustke et la motivation indéfectible de syndicalistes kanak prêts à défendre les intérêts des travailleurs kanak. « Il fallait se mobiliser. On ne pouvait pas rester inactif face à la situation des kanak » conscient le président du Collège Honoraire, « En créant l’Ustke, c’'était de donner la priorité dans ce syndicat à l’emploi local et aux kanak en particulier », assure-t-il. Dans un contexte d’évolution de la Nouvelle-Calédonie, la question des flux migratoires n’a pas changé, « depuis 1984, nous nous sommes battus contre ces flux migratoires. Il ne cesse d’évoluer et elle continue de nuire à la situation des kanak », insiste-il.
  •  
  •  
  • Ainsi en fixant la date de ce congrès en début de septembre au lieu de décembre, le bureau confédéral de l’Ustke a pris à bras le corps la question du référendum du 4 novembre 2018. « L’Ustke doit se positionner sur la participation ou à la non-participation à ce scrutin d’autodétermination », indique le président de l’Ustke, André Forest. Le sujet est mis à l’ordre du jour et sera débattu ce samedi après-midi. « Nous avons voulu un débat démocratique », insiste le leader de notre Organisation syndicale, « il va constituer un des moments forts de ce congrès ». Sur le déroulé, l’Ustke a choisi de faire le bilan des 30ans des accords de 1988 à 2018 et d’en tirer toutes les conclusions. « Ainsi chaque rapport de chaque fédération devra mettre en évidence la persistance des inégalités sociales et les insuffisances des politiques publiques en matière de rééquilibrage et d’accès des kanak aux postes à responsabilité », poursuit-il. A la fin de son discours, André Forest, a émis le souhait que « l’Ustke sorte encore plus forte à l’issue de ce congrès. Les réflexions et les décisions prisent à l’issue des travaux soient porteuses d’espoir et d’espérance pour notre pays. 
  •  
  • (Texte & Photos : C.W./ I.C.)
  •  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

La lutte du peuple kanak continue ! Solidarité internationaliste !

12 Nov 2018
  • Les résultats du référendum organisé le dimanche 4 novembre en Kanaky sont désormais connus. Le « Non » l’a emporté avec 57 % des voix, la Kanaky restera sous le joug colonial français. Pourtant, les résultats dans les...


> Lire la suite