lundi 9 décembre 2019

A Actualité syndicale

Mouvement de grogne devant Protection NC

Durant toute la matinée (1), la Fédération des Commerces & Divers USTKE a mobilisé une partie de ses membres devant le siège de Protection N-C qui est situé au cœur du centre-ville de Nouméa.

Objectif : Signaler les nombreuses irrégularités de cette société spécialisée dans la sécurité, la surveillance des personnes et des biens. 

  • Les raisons de la grogne. «  Le dialogue social, c’est bien sauf que cela fait plus d’un an qu’on a l’impression de le faire dans le vide », regrette un salarié affilié à la Fédération des Commerces & Divers USTKE. Pas d’avancées sur toutes les réclamations. « Il n’y a pas d’évolution des salariés. Un exemple, la direction dit qu’il n’y a pas de postes à pouvoir, et on s’aperçoit que des contrôleurs ont été embauchés. Il n’y a pas d’appel en interne afin de candidater sur un poste », ajoute-t-il contrarié par ces fautes de procédures de la part de sa direction ». Autre cas signalé, la direction pousserait-elle les salariés en situation précaire à commettre des fautes. « Souvent, ils mettent la pression aux salariés pour des fautes que nous estimons sans gravité, c’est comme cela qu’ils arrivent à les licencier directement. Hier (2) matin, ils ont appelé une collègue. Ils lui ont demandé de passer avant 11 heures pour signer son licenciement et  récupérer son solde tout compte », indique-t-on. « Alors qu’il y’a une procédure à respecter avant un licenciement ». Hormis ces nombreuses irrégularités soulevées notamment au dernier conseil syndical de la Fédération des Commerces & Divers, ses membres ne comptent pas laisser pourrir la situation mais attendent bien mieux de  la direction de cette société de protection, de gardiennage. Aucune transparence sur ce qui se passe. « Pas d'idée sur le nombre de salariés par rapport à la dernière audition, et il y a de nombreux salariés qui sont partis. Par conséquent des contrats ont été perdus par la société », apprend-t-on.
  • Mercredi 25 septembre, une entrevue avec la direction a été calée à cette date pour discuter des conditions et des horaires de travail des salariés, et surtout du licenciement abusif dont a fait l’objet l’une de nos adhérentes.
  •  
  • (1) : vendredi 20 septembre 2019
  • (2) : jeudi 19 septembre 2019
  •    

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrĂȘt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite