jeudi 22 aoŻt 2019

A Archives

LIBAN-PALESTINE SOLIDARITE

,

Corinne Perron (Paris 17 juillet 2006):


Nous n’avons pas tous retenu son nom – Huda Ghalia –, mais on se souvient tous de « la petite fille de la plage ». Le visage ravag√© par la douleur et les larmes Huda √©tait cette petite fille qui hurlait vers le ciel en soulevant fr√©n√©tiquement le sable de ses mains fines. Du ciel √©taient arriv√©s les obus isra√©liens qui venaient de d√©cimer toute sa famille, ses parents ses fr√®res ses saurs. Corps d√©chiquet√©s dans le sable ensanglant√© que Huda n’en finissait pas de fouiller, comme pour retrouver un peu de ces vies qu’elle venait de perdre. Nous n’oublierons pas son regard, a ce moment la , captur√© par l’objectif d’un photographe habile. Un regard o√Ļ percait a travers les larmes l’√©tonnement de l’enfant de subir la folie des grands.


Le lendemain, ailleurs dans Gaza, on d√©couvrait le regard d’une autre petite fille – Nide Roqqa –, empreint de ce m√™me √©tonnement. Il n’en restait plus effectivement que l’empreinte puisque la vie avait quitt√© les yeux et tout le corps de la fillette, mais quelle empreinte ! Ind√©l√©bile dans nos m√©moires. Nide, 6 ans gardait les yeux ouverts ces yeux terribles et bouleversants pourtant elle ne pouvait plus voir son petit fr√®re, Mohammed, 5 ans √©tendu a c√īt√© d’elle, mort lui aussi. L’ambulance qui foncait a leur secours fut stopp√©e net par un obus l’ambulancier fut tu√©, lui aussi…


Tous ces morts par dizaines ! Tous ces enfants a peine vivants pulv√©ris√©s chaque jour par l’arm√©e isra√©lienne. Et comme si cela ne suffisait pas l’Union Europ√©enne leur coupe les vivres!


Pourtant le peuple palestinien r√©siste encore et encore. L’occupant enl√®ve ses ministres tue ses enfants emprisonne par centaines ses femmes et ses hommes d√©truit ses ressources ses routes et ses b√Ętiments….


Les Palestiniens sont trait√©s de terroristes tout comme l’√©taient les dix neuf kanak d’Ouv√©a qui avaient enlev√© des gendarmes francais et tout comme l’√©taient les maquisards qui combattaient les Allemands. Aujourd’hui, longtemps apr√®s certains √©v√®nements on parle de « r√©sistants ». La s√©mantique qui pr√©vaut en temps de guerre est toujours celle de l’occupant et du dominant. Il serait temps pourtant d’analyser les √©v√®nements au pr√©sent et de les d√©finir avec le plus de v√©rit√© possible. Il en va de la vie de tout un peuple, de l’√©quilibre de toute une r√©gion et m√™me au-dela .


L’enl√®vement du soldat isra√©lien a Gaza est un acte de r√©sistance des Palestiniens contre une arm√©e qui n’en finit pas de les √©craser.


L’enl√®vement des deux soldats isra√©liens par le Hezbolla est un acte de soutien a cette r√©sistance et un message a la communaut√© internationale complice de la politique isra√©lienne.


Ce que l’arm√©e isra√©lienne est en train de faire actuellement au Liban est une suite logique (sa logique a elle) de son travail destructeur, tel un rouleau compresseur a l’image de ces bulldozers monstrueux qui d√©truisent tout sur leur passage a J√©nine, Rafah ou Balata…


Les Etats-Unis et Isra√ęl ont le chic pour d√©truire, an√©antir des pays entiers sans se soucier des populations civiles. M√™me go√Ľt de l’h√©g√©monie, m√™me arrogance, m√™me manque de sang froid, m√™me folie… Ce n’est pas pour rien que ces deux la s’entendent si bien. Mais que les autres diplomaties les suivent, alors la , on nage en plein d√©lire !


Il nous faut esp√©rer que les peuples r√©agissent au plus vite contre la folie des dirigeants de ce monde pour leur faire recouvrer la raison. La mobilisation s’organise en France et ailleurs avec les mots d’ordre suivants :


· Arr√™t imm√©diat des bombardements


· Solidarit√© avec les peuples Palestiniens et Libanais


· M√©diation internationale pour l’√©change des prisonniers


· Non a l’alignement de la France sur la politique am√©ricaine


· Respect et application des droits nationaux du peuple Palestinien


Pour plus d’√©claircissements sur la situation, je vous invite a lire les articles suivants de Walid Charara (journaliste libanais et auteur du livre « Le Hezbolla » publi√© chez Fayard, dont je vous recommande aussi la lecture), et Nahla Chahal (universitaire libanaise) :



"Le Hezbollah ne cédera pas !"


Entretien avec Walid Charara


La dignité retrouvée...


dimanche 16 juillet 2006


Depuis 1948, la Palestine est occup√©e et l’Etat d’Isra√ęl m√®ne une guerre contre le monde arabe. Le Liban est l’un des sites majeurs de cette confrontation. Alors que l’arm√©e isra√©lienne menait de nouvelles op√©rations sanglantes a Gaza, le Hezbollah, principale composante de la r√©sistance libanaise, a engag√© une contre-offensive militaire en enlevant deux soldats isra√©liens. De passage a Paris Walid Charara, responsable des pages Opinions du nouveau quotidien Al Akhbar et auteur de « Hezbollah, un mouvement islamo-nationaliste » paru en 2004 aux √©ditions Fayard, a r√©pondu aux questions d’Olfa Lamloum pour le site du Mouvement des indig√®nes de la r√©publique.


Dans quelles conditions le Hezbollah a-t-il d√©cid√© d’enlever les deux soldats isra√©liens i Cette op√©ration √©tait-elle programm√©e i Quels en sont les objectifs i


Depuis plusieurs ann√©es le Hezbollah exige la lib√©ration des otages libanais d√©tenus en Isra√ęl, comme Samir el Kantar, emprisonn√© depuis 1978, Nassim Nisr et Yahia Skaff qui est enferm√© depuis 1982. Le Hezbollah a toujours affirm√© que si la voie de la diplomatie et de la n√©gociation ne permettait pas d’obtenir leur lib√©ration, il n’h√©siterait pas a utiliser tous les moyens y compris la capture de soldats isra√©liens pour les √©changer contre les otages libanais d’Isra√ęl. C’est ce qu’il a fait avec cette op√©ration. Je pense que le timing de l’op√©ration √©tait li√© a des consid√©rations de terrain mais aussi a des consid√©rations politiques.


On parle aujourd’hui d’une provocation de la part de Hezbollah puisque Isra√ęl s’est retir√© depuis 2000. Le fait d’enlever deux soldats isra√©liens dans le territoire isra√©lien est consid√©r√© comme un acte de guerre contre Isra√ęl...


Il faut d’abord rectifier un point. Isra√ęl ne s’est pas retir√©e de tout le territoire. Il y a toujours une zone libanaise occup√©e par l’arm√©e : les fermes de Shebaa. Le Hezbollah a toujours dit qu’il continuerait la lutte jusqu’a la lib√©ration de ces fermes. Ensuite, depuis le retrait en mai 2000, l’aviation isra√©lienne viole quotidiennement l’espace a√©rien libanais. N’est-ce pas un acte de guerre i La marine isra√©lienne viole quotidiennement l’espace maritime libanais. N’est-ce pas un acte de guerre i Des p√™cheurs libanais ont √©t√© kidnapp√©s et emmen√©s en Isra√ęl. N’est-ce pas un acte de guerre i Des bergers libanais ont √©t√© tu√©s a la fronti√®re par l’arm√©e isra√©lienne. N’est-ce pas un acte de guerre i Le probl√®me, c’est que l’Etat libanais et son arm√©e n’ont pas les moyens de s’opposer frontalement a l’arm√©e isra√©lienne qui a une sup√©riorit√© technologique et militaire connue. C’est pourquoi la r√©sistance libanaise, incarn√©e par le Hezbollah, prend en charge la riposte aux agressions isra√©liennes lorsqu’elle pense que l’occasion se pr√©sente. Lorsqu’on parle de provocations c’est qu’on cherche a d√©douaner l’occupation isra√©lienne et les provocations quotidiennes qu’Isra√ęl effectue depuis mai 2000.


Cette opération a-t-elle un lien avec ce qui se passe a Gaza i


Effectivement, l’op√©ration du Hezbollah est aussi une mani√®re de manifester une solidarit√© concr√®te avec les Palestiniens qui sont plus isol√©s que jamais alors qu’ils subissent une guerre ouverte men√©e par les Isra√©liens avec la complicit√© directe des puissances occidentales et une indiff√©rence complice de la part de la plupart des r√©gimes arabes. Le second front qui s’est ouvert au Liban va peut-√™tre all√©ger un peu la pression qui est exerc√©e sur Gaza depuis maintenant plusieurs semaines.


Comment expliques-tu l’ampleur de la riposte isra√©lienne i


L’arm√©e isra√©lienne est consciente qu’elle ne pourra pas lib√©rer ses deux soldats. Les objectifs qu’elle s’est fix√©e ne sont plus li√©s a la seule lib√©ration des deux soldats. Le ministre de la d√©fense a d’ailleurs d√©clar√© que les objectifs d’Isra√ęl √©tait aussi le d√©ploiement d’une force internationale et l’√©loignement des combattants du Hezbollah le plus au nord possible de la fronti√®re. C’est un objectif qu’Isra√ęl cherche a atteindre depuis longtemps. A ce jour, l’arm√©e isra√©lienne a √©vit√© de lancer une offensive terrestre qui serait extr√™mement co√Ľteuse. Ce qu’elle cherche a faire, c’est intensifier la pression sur la population civile ainsi que sur le gouvernement libanais pour provoquer une dissension nationale interne au Liban. Il s’agit de cr√©er un contexte politique d√©favorable au Hezbollah qui forcerait le gouvernement et les courants de l’opinion publique qui sont hostiles a ce mouvement a exercer des pressions pour que le Hezbollah accepte de s’√©loigner de la fronti√®re pour permettre a l’arm√©e libanaise et a des forces multinationales de se d√©ployer le long de la fronti√®re. L’objectif N° 2 serait a terme un d√©sarmement du Hezbollah. Isra√ęl s’en prend donc d√©lib√©r√©ment aux civiles pour retourner la population contre la r√©sistance libanaise et faire pression sur le gouvernement pour qu’il agisse contre le Hezbollah. Il y a deux ministres du Hezbollah au gouvernement mais celui-ci est aussi constitu√© de forces politiques qui ont des points de vue diff√©rents sur la r√©sistance. Isra√ęl essaie donc d’instrumentaliser les diff√©rends internes libanais pour exercer une pression maximale sur le Hezbollah.


Ne penses-tu pas qu’Isra√ęl est en mesure d’emporter cette bataille i Les autorit√©s saoudiennes ont d√©nonc√© l’initiative du Hezbollah. Par ailleurs quand on lit les √©ditoriaux de la presse libanaise, cette initiative ne semble pas non plus faire consensus i Ennahar, par exemple, critique le Hezbollah. C’est le cas √©galement de dirigeants comme Walid Joumblatt. Quelles sont les chances de Hezbollah de r√©unir un vrai consensus et de ne pas se retrouver isol√© i


Il faut d’abord savoir que, s’agissant des rapports de forces internes au Liban, le Hezbollah est largement repr√©sentatif d’une des composantes les plus importantes d√©mographiquement de la population libanaise. Le Hezbollah est un parti qui est principalement enracin√© dans la communaut√© chiite qui est la plus grande communaut√© du point de vue num√©rique. C’est un premier point. Deuxi√®me point, le Hezbollah dispose d’un r√©seau d’alliances tr√®s important avec des forces politiques repr√©sentatives. Il est alli√© au courant politique de Michel Aoun, avec des partis transcommunautaires comme le PC libanais le Parti national social syrien, le d√©put√© Sleiman Frangi√© qui repr√©sente une force importante au nord Liban, Omar Karam√© repr√©sentatif qui a une base importante a Tripoli, Oussama Saad qui repr√©sente une force √©galement importante dans la ville de Sa√Įda. Le Hezbollah dispose donc d’un r√©seau d’alliances communautaires ou transcommunautaires qui lui permet d’avoir une majorit√© relative a ses c√īt√©s dans la bataille qu’il m√®ne face a l’occupation isra√©lienne. Evidemment d’autres points de vue peuvent se manifester au Liban. De toutes mani√®res lorsque, dans le pass√©, le combat a √©t√© men√© pour la lib√©ration du sud Liban - lib√©ration qui s’est r√©alis√©e avec le retrait isra√©lien de la majeure partie du territoire libanais en mai 2000 -, il y avait d√©ja un consensus mou autour de la r√©sistance. Durant les agressions isra√©liennes de 1993 et 1996, certains hommes politiques au Liban, en partie les m√™mes qui s’expriment aujourd’hui, commencaient a r√©clamer l’envoi de l’arm√©e au sud Liban pour se positionner entre la partie lib√©r√©e du sud Liban et la partie occup√©e. C’est-a -dire que, m√™me avant la lib√©ration du sud Liban, une partie de ces hommes politiques voulaient que l’arm√©e se d√©ploie pour que la r√©sistance s’arr√™te dans les zones encore occup√©es. Avant la lib√©ration, un homme politique comme Amin Gemayel, avait publi√© une tribune dans Le Monde intitul√©e « halte a un Kosovo libanais ! ». Il annoncait que le Hezbollah allait entrer dans la zone occup√©e et massacrer les populations chr√©tiennes. Rien de tout cela n’a eu lieu et, quelques mois plus tard apr√®s la lib√©ration, Amin Gemayel a √©t√© contraint de revenir sur ses positions et de f√©liciter le Hezbollah pour son comportement exemplaire durant la lib√©ration Les dissensions internes ne sont pas un fait nouveau ; il n’en reste pas moins qu’une majorit√© relative au Liban est favorable au Hezbollah. Il est vrai, par ailleurs que le contexte r√©gional a chang√©. Les am√©ricains sont dans la r√©gion depuis maintenant trois ans. Ils ont envahi l’Irak et sont devenu avec 140 000 soldats bas√©s en Irak une puissance moyen-orientale. Ils sont cependant dans une situation extr√™mement difficile en Irak o√Ļ ils font face a une r√©sistance acharn√©e. Il est vrai aussi que malheureusement une guerre intercommunautaire a d√©ja commenc√© en Irak. Mais il faut signaler que le Hezbollah dispose, en Irak, d’une r√©elle base de sympathie aupr√®s de la population qu’elle soit chiite ou sunnite. Ce capital de sympathie pourrait a terme pousser certaines organisations chiites irakiennes a s’en prendre aux forces am√©ricaines si les USA continuent leur politique de soutien inconditionnel a l’agression isra√©lienne. La d√©claration de Georges Bush, hier, a √©t√© interpr√©t√©e par tous les observateurs comme un feu vert donn√© aux Isra√©liens pour continuer leur action. Il est donc vrai que les Am√©ricains sont pr√©sents dans la r√©gion mais dans le contexte actuel, leur pr√©sence n’est pas n√©cessairement un atout. C’est peut-√™tre m√™me un point de faiblesse parce qu’ils sont plus vuln√©rables. En ce qui concerne le positionnement officiel des r√©gimes arabes : ils ont √©t√© en principe favorables aux droits du peuple libanais a r√©sister a l’occupation mais ce soutien verbal n’a jamais √©t√© accompagn√© d’une politique concr√®te de soutien a la r√©sistance. Qu’ils fassent porter aujourd’hui la responsabilit√© de la d√©gradation de la situation a la r√©sistance libanaise ne change pas grand chose a la donne sur le terrain. Dans les faits ils n’ont jamais √©t√© des soutiens r√©els de la r√©sistance men√©e ni au sud Liban ni en Palestine.


Une grande partie de la presse occidentale accuse le Hezbollah d’√™tre manipul√© par l’Iran et/ou la Syrie...


Face au comportement belliqueux d’Isra√ęl et a la politique am√©ricaine d’h√©g√©monie sur la r√©gion, l’alliance entre le Hezbollah, la Syrie et l’Iran est de nature strat√©gique. Mais le Hezbollah est aussi alli√© du Hamas aux diff√©rentes organisations palestiniennes comme avec toutes les organisations politiques dans la r√©gion et dans le monde qui s’opposent a l’h√©g√©monie am√©ricaine. Dans un discours qu’il a prononc√© il y a quelques mois le secr√©taire g√©n√©ral du Hezbollah, Hassan Nasrallah a affirm√© que l’axe anti-am√©ricain s’√©tendait de Beyrouth jusqu’au Venezuela et que, par cons√©quent, le Hezbollah √©tait alli√© avec Chavez au Venezuela, aux FARC en Colombie, a Morales en Bolivie. Cela ne signifie pas √©videmment que ces forces dictent la politique que le Hezbollah met en auvre. Le Hezbollah agit en partant d’abord de consid√©rations nationales libanaises. Dans le cas pr√©cis de cette op√©ration, il a estim√© que le contexte actuel √©tait favorable et surtout que tout autre moyen pour faire lib√©rer les otages libanais d√©tenus en Isra√ęl √©tait devenu inefficace. Il est donc pass√© a l’action.


Depuis l’assassinat de Hariri, on assiste au Liban a la mont√©e des contradictions inter-communautaires. En visant le sud et les infrastructures civiles l’intervention militaire isra√©lienne ne risque-t-elle pas d’isoler confessionnellement le Hezbollah, d’alimenter, d’entretenir voire de provoquer la d√©g√©n√©rescence totale du rapport de force i


Encore une fois quand on parle de d√©g√©n√©rescence de quoi parle-t-on i De guerre civile i Il faut analyser les rapports de force concrets sur le terrain. Quelles sont les lignes de clivage actuelles i Les lignes de clivages n’opposent pas musulmans et chr√©tiens. Elles traversent les diff√©rentes communaut√©s. Une grande partie des chr√©tiens se consid√®re repr√©sent√©e par le g√©n√©ral Aoun qui est aujourd’hui l’alli√© du Hezbollah. D’autres chr√©tiens estiment √™tre repr√©sent√©s par des leaders locaux comme Suleiman Frangi√©, par le Parti national social syrien, tr√®s implant√© parmi les chr√©tiens orthodoxes au Liban... On ne peut pas dire que le Hezbollah fait face a d’autres communaut√©s qui lui sont hostiles. Il n’y a pas de consensus parmi les chr√©tiens contre le Hezbollah, bien au contraire. Aujourd’hui, une grande partie des formations politiques chr√©tiennes est de fait alli√©e au Hezbollah et la m√™me chose s’applique a la communaut√© sunnite. Il est vrai qu’un vrai diff√©rend existe entre le Hezbollah et la principale force repr√©sentant la communaut√© sunnite au Liban, c’est-a -dire le Courant du Futur, fond√© par Rafik Hariri, en ce qui concerne les relations avec la Syrie. Mais il faut savoir par ailleurs que la rue sunnite libanaise est tr√®s sensible a ce qui se passe en Palestine et en Irak. Historiquement, au Liban, les sunnites ont port√© le nationalisme arabe et ont toujours √©t√© tr√®s sensibles a la question palestinienne. Ce qui se passe a Gaza a des r√©percussions et des implications tr√®s importantes sur l’opinion publique sunnite. Or, aujourd’hui, le Hezbollah appara√ģt comme le seul mouvement en mesure d’apporter un soutien concret aux Palestiniens. Un autre point important qu’il faut prendre en consid√©ration, c’est le sens politique que le Hezbollah a voulu donner a l’op√©ration au cours de laquelle il a captur√© deux soldats isra√©lien. Lors d’une conf√©rence de presse, le secr√©taire g√©n√©ral du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a exig√© l’√©change des prisonniers isra√©liens contre les otages libanais ; il a parl√© √©galement de la situation en Palestine mais il a surtout conclu son intervention en √©voquant la situation en Irak. Il a appel√© les Irakiens a s’unir contre l’occupation et a ne pas suivre ceux qu’il a qualifi√© d’agents du Mossad et de la CIA qui cherchent a diviser les Irakiens entre sunnites et chiites. Les sunnites et les chiites au Liban sont tr√®s sensibles a ces arguments. Dans les deux communaut√©s il y a la tr√®s forte conscience que les USA et Isra√ęl cherchent a instrumentaliser les contradictions intercommunautaires pour affaiblir davantage les peuples de la r√©gion et leur capacit√© de r√©sistance. S’il y a une discorde au Liban, qui va-t-elle opposer i A mon avis si on essaie d’appr√©cier les rapports de force, il y a une nette majorit√© qui est favorable au Hezbollah. La d√©claration de Walid Joumblatt hier (le chef druze du Parti socialiste progressiste) n’est pas une d√©claration hostile au Hezbollah. Tout en signifiant par ailleurs sa diff√©rence avec le Hezbollah, il a clairement dit qu’il fallait maintenir l’unit√© nationale contre Isra√ęl, que les diff√©rends devaient √™tre mis de c√īt√© et que du point de vue de la logique du Hezbollah cette op√©ration √©tait parfaitement compr√©hensible.


La direction du Hezbollah est directement menac√©e par Isra√ęl qui a d√©ja bombard√© le si√®ge de la t√©l√©vision El Manar et la radio ainsi que le QG du Hezbollah. Quelle est la marge de manauvre d’Isra√ęl i


Pour paraphraser un chef r√©volutionnaire tr√®s connu, « le Hezbollah est dans la population libanaise, comme un poisson dans l’eau ». Le Hezbollah a beau avoir son QG dans la banlieue sud, ce ne sont pas ces bombardements qui vont l’affaiblir. D’un point de vue strictement militaire, l’op√©ration isra√©lienne prend jusqu’a pr√©sent pour cible des civiles des infrastructures civiles et quelques institutions. Militairement le Hezbollah n’a aucune perte. Il y a eu un martyr hier, c’est tout. Par ailleurs jusque-la , le Hezbollah n’a pas utilis√© toutes ses capacit√©s de riposte et les jours qui viennent vont montrer que celles-ci sont loin d’√™tre n√©gligeables. Par ailleurs Hassan Nasrallah est depuis tr√®s longtemps sur la liste noire des isra√©liens. Ils l’ont dit et r√©p√©t√© et ont d√©ja tent√© de l’assassiner comme ils ont tu√© l’ancien Secr√©taire g√©n√©ral Abbas el Moussaoui en 1992. Jusqu’a pr√©sent le Hezbollah a pris des mesures de s√©curit√© exceptionnelles ce qui lui a permis de prot√©ger ses dirigeants. Ce parti, qui a une grande exp√©rience politique, qui est tr√®s bien structur√©, a une telle popularit√© au Liban que m√™me si Isra√ęl r√©ussissait a atteindre tel ou tel dirigeant, cela n’affecterait pas r√©ellement sa capacit√© d’action. Regardez le Hamas. Isra√ęl a assassin√© une grande partie de ses dirigeants historiques : cheikh Ahmad Yassin, el Rantissi, Smain Abou Charab et bien d’autres sans pouvoir l’affaiblir. L’assassinat de dirigeants de vrais partis de masse ne change pas fondamentalement la donne.


Ils peuvent toucher la logistique...


Oui, mais cela suppose que le Hezbollah a une logistique qui vient de l’ext√©rieur. Il est vrai que l’Iran a soutenu le Hezbollah et que la Syrie a achemin√© l’aide de l’Iran vers le Hezbollah mais le Hezbollah a aujourd’hui suffisamment de moyens dispers√©s sur le territoire libanais pour pouvoir tenir assez longtemps en cas de guerre. Tout le discours politique du Hezbollah et toute sa strat√©gie apr√®s le retrait d’Isra√ęl de la majeure partie du territoire libanais a consist√© a dire « nous sommes un mouvement de dissuasion des vell√©it√©s d’agression d’Isra√ęl ». Il a donc pris toutes ses dispositions en fonction de l’√©ventualit√© de telles agressions. Et parmi les dispositions il y a la dispersion des moyens logistiques du potentiel militaire...


Selon toi, est-ce qu’on s’oriente vers un affrontement durable qui pourrait entra√ģner l’ouverture d’autres fronts tel que le front syrien i


En ce qui me concerne, je pensais que la riposte isra√©lienne n’aurait pas une telle ampleur, que la partie isra√©lienne mesurait les dangers d’une telle agression. Mais la , oui je crains que le conflit ne se prolonge sur le moyen voire le long terme. Il faut voir jusqu’a quand la partie isra√©lienne va supporter cette situation. N’oublions pas qu’en face de l’arm√©e isra√©lienne, il y a un mouvement de gu√©rilla qui pourrait s’accommoder de cette situation pendant des mois voire des ann√©es. Il a fait ses preuves dans le pass√©. Maintenant est-ce que les Isra√©liens pourraient se lancer dans une aventure militaire contre la Syrie i La Syrie a beaucoup de cartes a jouer. D’abord la fronti√®re syrienne avec le Golan occup√© est l’une des fronti√®res les plus stables depuis 1973. La d√©cision d’ouvrir la fronti√®re en cas d’agression pourrait √™tre prise. Et la , les Isra√©liens se retrouveront aux prises avec les organisations populaires palestiniennes et syriennes. N’oublions pas qu’en Syrie, il y a 600 000 palestiniens environ qui sont organis√©s. Cette carte pourrait √™tre utilis√©e. Les Syriens pourraient tr√®s bien √™tre moins vigilants sur la fronti√®re avec l’Irak et permettre aux volontaires arabes et syriens d√©sireux de combattre l’occupation am√©ricaine en Irak, de s’y rendre et aggraver ainsi la situation des troupes am√©ricaines qui se trouvent d√©ja dans un bourbier. Si les Isra√©liens et les Am√©ricains se trouvent aux prises directement avec les populations et non pas avec les r√©gimes leur situation est bien plus difficile que lorsqu’ils sont confront√©s aux r√©gimes. C’est ce qu’a montr√© l’exp√©rience palestinienne, libanaise et irakienne. La Syrie a donc une « capacit√© de nuisance » qu’elle n’a pas encore utilis√©. Si elle est forc√©e a l’utiliser, les cons√©quences pour les Am√©ricains et les Isra√©liens seront extr√™mement n√©gatives.


Chirac a fait une d√©claration aujourd’hui, 14 juillet, o√Ļ il a √©voqu√© la situation au Liban. Quels commentaires ces d√©clarations te sugg√®rent-elles i


Il s’agit d’un entretien que le pr√©sident Chirac a accord√© a deux journalistes francais. Apr√®s avoir condamn√© la r√©action isra√©lienne qu’il a qualifi√© de « disproportionn√©e », il a fait porter aux mouvements de r√©sistance libanais et palestiniens la responsabilit√© de la d√©gradation de la situation au Liban et a Gaza en qualifiant leurs politiques d’« irresponsables ». Par ailleurs les objectifs politiques qu’il a fix√©s aux √©ventuelles m√©diations internationales et europ√©ennes reprennent pour l’essentiel les revendications isra√©liennes. Il a √©voqu√© 3 objectifs a atteindre :


  • la lib√©ration des soldats isra√©liens
  • un cessez-le-feu a la fronti√®re libanaise
  • le d√©ploiement d’une force de protection internationale a la fronti√®re libano-isra√©lienne c’est-a -dire, √©videmment, une force de protection internationale d’Isra√ęl et un red√©ploiement vers le nord de la r√©sistance libanaise.

Ainsi, la d√©claration de Chirac manifeste une fois de plus l’alignement de la France et de l’UE sur la politique am√©ricaine. Il n’y a plus de « politique arabe de la France ». Plus g√©n√©ralement, il n’y a plus de politique ind√©pendante de la France au Moyen-Orient. Dans d’autres r√©gions il y a encore des diff√©rends avec les USA mais ce n’est plus le cas au Moyen-Orient. La France ne d√©fend plus ses positions traditionnelles concernant les conditions d’une paix r√©elle au Moyen-Orient. La France a purement et simplement l√Ęch√© les Palestiniens. Regardez la faiblesse des r√©actions francaises voire l’absence totale de r√©actions face a l’agression et la guerre isra√©lienne contre les palestiniens. La France est quasiment sur la m√™me longueur d’onde que les USA sur le dossier iranien. Dans les faits elle reprend a son compte les exigences isra√©liennes et ignore totalement les exigences libanaises qui sont tout simplement la lib√©ration des otages d√©tenus en Isra√ęl. Je pense que tout le capital de sympathie dont la France a joui dans le monde arabe est perdu, dilapid√© et je crois que cela aura des cons√©quences politiques et id√©ologiques et m√™me a l’avenir √©conomiques. La France n’est plus percue aujourd’hui comme un pays ami du monde arabe.


Quelles sont aujourd’hui les conditions de victoire dans cette guerre in√©gale i


Je pense que la victoire du Hezbollah serait la lib√©ration des prisonniers libanais. Evidemment, atteindre cet objectif va √™tre extr√™mement co√Ľteux en raison du d√©s√©quilibre des force militaires sur le terrain et du d√©s√©quilibre du rapport de forces politique qui est due principalement a la complicit√© ou a la l√Ęchet√© de la communaut√© internationale et des r√©gimes arabes. Je pense que de toutes facons la confrontation militairement sur le terrain ne pourra pas √™tre remport√©e par la partie isra√©lienne car le Hezbollah a montr√© dans le pass√© qu’il √©tait capable de tenir t√™te a l’arm√©e isra√©lienne malgr√© sa sup√©riorit√© en terme de puissance de feu, de technologie, etc... Jusqu’a pr√©sent, l’arm√©e isra√©lienne m√®ne une campagne de bombardements. Je ne crois pas qu’elle ira jusqu’a une invasion militaire a grande √©chelle. C’est une bataille qui sera excessivement co√Ľteuse pour le Liban mais elle le sera aussi pour Isra√ęl. C’est un conflit des volont√©s. Celui qui c√®de le premier a perdu. Je ne crois pas que le Hezbollah c√©dera.


Ne crois-tu pas que le calcul du Hezbollah est un peu déséquilibré. Pour libérer des prisonniers libanais il prend le risque de voir des dizaines ou des centaines de civils tués i


L’enjeu des prisonniers est un enjeu d’une tr√®s grande importance du point de vue politique et symbolique. C’est un enjeu qui est li√© au conflit qui oppose le Liban et Isra√ęl depuis la cr√©ation de l’Etat d’Isra√ęl. La principale victime de la cr√©ation d’Isra√ęl a √©t√© le peuple palestinien qui a √©t√© chass√© de sa terre. Mais depuis l’expulsion des Palestiniens les libanais vivent au rythme des agressions isra√©liennes. Une partie du sud Liban a √©t√© envahie en 1978, une autre partie en 1982. Le sud Liban est rest√© pendant plus de18 ans sous occupation isra√©lienne. Le fait de tenir bon sur la question des prisonniers dans ce conflit de volont√©s a une tr√®s grande importante strat√©gique et symbolique. Cela participe de la capacit√© du Liban a dissuader dans l’avenir de futures agressions isra√©liennes et surtout de rester un Etat ind√©pendant et souverain.


Propos recueillis le 14 juillet 06 par Olfa Lamloum



Un peu de pudeur !


Comme si ca avait commenc√© la , il y a quelques jours avec l’enl√®vement des deux soldats isra√©liens a la fronti√®re du Liban. Tout √©tait si serein, si calme avant cet acte perp√©tr√© par le Hezbollah. Et le pire concernerait l’ambigu√Įt√© des motivations de ce parti, probablement li√©es a sa nature meurtri√®re et barbare, ou au fait qu’il soit une organisation terroriste, ou pourquoi pas antis√©mite qui aspire a tuer les juifs si sa motivation n’√©tait pas de servir les bas int√©r√™ts politiques et machiav√©liques de la Syrie ou de l’Iran...enfin, un m√©lange de tout ca.


Comme s’il n’y avait pas eu, il y a juste un mois a la mi-juin, le crime de la plage de Gaza o√Ļ une famille enti√®re a √©t√© assassin√©e, un vendredi, pendant une sortie promise aux enfants s’ils « r√©ussissaient leur ann√©e scolaire », d’apr√®s Hoda, une fillette de 9 ans la seule survivante. Une commission d’enqu√™te internationale i pas question !! Isra√ęl n’accepte pas.


Comme s’il n’y avait pas eu cette indiff√©rence internationale a l’√©gard de la Palestine qui dure depuis des ann√©es depuis qu’Isra√ęl, justement Isra√ęl, a d√©cid√© de quitter le processus de paix, lueur d’espoir √©ph√©m√®re d’une solution n√©goci√©e, n√©e en 1993 et assassin√©e mille fois depuis. Nous n’allons pas refaire l’histoire, mais rappelons au moins que le Quartet ne fait rien, strictement rien, depuis des ann√©es que cette fameuse commission laisse Isra√ęl prendre les mesures unilat√©rales qui lui semblent bonnes que le mur continue de s’√©riger malgr√© l’avis de la Cour internationale de justice sur son ill√©galit√©, que le cort√®ge du malheur palestinien n’en finit pas de se d√©rouler devant les yeux du monde entier qui n’a pas envie de voir.


Comme s’il n’y avait pas eu la coupure de l’aide europ√©enne a l’Autorit√© palestinienne, depuis que le peuple palestinien a √©lu au parlement les candidats du Hamas cette autre organisation terroriste, barbare, antis√©mite et tout. Les observateurs europ√©ens √©taient la , ils attestent de la v√©racit√© de ces √©lections. Mais enfin, pourquoi les Palestiniens ont fait un si mauvais choix i Peut-√™tre sont-ils eux aussi barbares terroristes et antis√©mites !! Alors il faut r√©duire a la soumission absolue les Palestiniens les Libanais les Irakiens et tous ceux qui oseraient contester l’ordre √©tabli.


Car ordre √©tabli il y a. Georges Bush a d√©fini l’axe du Bien, et ses caract√©ristiques et ses membres. Sa supr√©matie est l√©gitime du fait m√™me qu’il repr√©sente le Bien, et il m√®ne une guerre totale et permanente aux mauvais. Ni Nations unies ni r√®gles internationales. Invasion et occupation de l’Irak. Guantanamo et centres de d√©tention secrets. Isra√ęl kidnappe des ministres du gouvernements palestiniens i Allons donc, on ne fera pas un drame pour ceux-la , de surcro√ģt des palestiniens du Hamas certainement moins bons que les Palestiniens tu√©s par dizaines tous les jours enlev√©s et d√©tenus administrativement pendant des ann√©es humili√©s et laiss√©s pour compte, sans aucun avenir perceptible, sans horizon, sans m√™me une promesse de recherche de solution, sans rien. RIEN. Et ils osent tenir t√™te, ces barbares i Ils ne se soumettent pas mais enl√®vent un soldat pour demander la lib√©ration des femmes et des enfants prisonniers en Isra√ęl i Etonnant quand m√™me. Cet ent√™tement doit √™tre une arme secr√®te! D√©capitons alors pour voir ce qu’il y a derri√®re ou dedans ! Cela faisait plus de deux semaines que Gaza √©tait bombard√©e nuit et jour, des centaines de civils tu√©s dont une grande partie des enfants la centrale √©lectrique de la ville d√©truite par Isra√ęl qui menace de couper l’eau aussi. Qu’est ce qu’on faisait ailleurs i Rien, sinon exiger que les Palestiniens restituent sans conditions le soldat enlev√©. Car un membre respectable de l’axe du Bien n’allait quand m√™me pas n√©gocier avec ces barbares et leur donner satisfaction.


Si le Hezbollah n’avait pas entrepris l’enl√®vement des deux soldats la situation en Palestine se trouverait devant une impasse totale. Impasse due a l’absence de recherche de solution au dernier √©pisode, celui de l’enl√®vement du soldat a c√īt√© de Gaza et des revendications palestiniennes mais absence de recherche de solution, tout court.


D’avoir laiss√© la situation en Palestine atteindre ce degr√© de pourriture, d’avoir laiss√© a Isra√ęl la totale libert√© sur tous les plans y compris celle d’organiser les tueries incessantes de balayer d’un revers de main les r√©solutions internationales et de jouir d’une totale impunit√©, voila ce qui a conduit a l’engrenage actuel. Bizarrement, et sans pudeur aucune, Condoleeza Rice s’est soudain souvenue de la « feuille de route » et annonce qu’il faudrait la reprendre et l’appliquer. La feuille de route ! la version N des plans d’application du processus de paix, version revisit√©e, r√©duite a souhait au profit d’Isra√ęl et malgr√© cela n√©glig√©e et jet√©e aux oubliettes. Tant qu’il n’y avait rien qui obligeait le monde a s’en souvenir, les EU, l’ONU, l’Europe et les pays arabes laissaient Isra√ęl a son bon vouloir.


Mais de quoi se m√™le le Hezbollah i N’est-il pas un parti libanais et non palestinien i Cet argument est tout a fait √©tonnant. Pourquoi les EU seraient en droit d’intervenir partout dans le monde, de concevoir le plan du « grand Moyen-Orient », et de pr√©tendre que l’invasion et l’occupation de l’Irak visent a mettre ce plan en application, et un parti libanais n’aurait pas le droit de se m√™ler de la situation en Palestine, tout a c√īt√© du Liban. Comment y aura-t-il mondialisation d’une part et cantonnement dans la localit√© la plus stricte d’autre part i L’ordre √©tabli serait-il la mondialisation de la supr√©matie militaire et √©conomique am√©ricaine qui vassalise le reste du monde a des degr√©s diff√©rents jusqu’au morcellement ethnique, confessionnel, r√©gional, la o√Ļ ca sert les « int√©r√™ts nationaux des EU » qui sont devenus le seul crit√®re valable pour g√©rer les relations internationales. Un concours de circonstances a rendu puissant le Hezbollah, parti populaire qui a fait ses preuves durant les ann√©es de lutte pour la lib√©ration du Sud Liban occup√© par Isra√ęl - de 1978 a 2000 – et parti arm√©. Le Hezbollah entretient des relations avec la Syrie et l’Iran i Ceci ressemble a l’argument am√©ricain qui accuse l’Iran d’intervenir en Irak ! Les EU qui ont travers√© des dizaines de milliers de km pour arriver en Irak, qui y ont d√©ploy√© plus de cent mille soldats qui occupent le pays et y font la pluie et le beau temps n’admettent pas que son voisin s’y m√™le. Voila le nouvel ordre mondial.


Mais non ! c’est une question de rapport de force. Alors pourquoi le Hezbollah se priverait de garder les outils de sa force, dont ses armes et pourquoi se priverait-il d’essayer de modifier ce rapport de force, ne serait-ce que partiellement, pour un r√©√©quilibrage de la situation i Le prix a payer est trop √©lev√©, dira-t-on. Faut-il pour autant accepter la soumission totale devant ceux qui usent de la force brutale. N’est-ce pas la la d√©finition de la servitude i Certains Libanais ne sont pas d’accord avec cette aspiration du Hezbollah a modifier le rapport de force global avec Isra√ęl. Il n’y a pas consensus national nous dit-on. C’est vrai, mais y a-t-il jamais eu consensus national pour bouger i Celui-ci est pr√©cieux durant les p√©riodes de stabilit√©, ou pour installer la stabilit√©, et non pas tout au long de l’histoire et a chacun de ses instants.


Et la r√©solution 1559, a laquelle tient si fortement le gouvernement francais qui fut un de ses artisans et qui r√©clame actuellement son application pour une sortie de la crisei Si seulement Isra√ęl appliquait une seule des r√©solutions internationales. Une contre dix, ca serait acceptable. Mais z√©ro contre tout, ca s’appelle de la soumission. Et un d√©ni de tout droit a l’Autre. Il se trouve que des Palestiniens des Arabes et des Libres du monde entier n’arrivent pas a int√©rioriser cette loi de la soumission et oeuvrent pour limiter ses effets. Ca s’appelle de la r√©sistance. Et c’est l√©gitime.


C’est exactement la peur du succ√®s m√™me minime, d’un r√©√©quilibrage du rapport de force qui pousse Isra√ęl a r√©agir avec cette violence d√©mesur√©e d√®s qu’un acte signifie la contestation de sa totale supr√©matie et libert√© d’action. Isra√ęl est a la fois puissant et vuln√©rable. Puissant gr√Ęce aux armes au soutien inconditionnel des administrations am√©ricaines successives a l’absence de plus en plus prononc√©e d’une quelconque volont√© internationale autre. Vuln√©rabilit√© li√©e a la condition m√™me de la cr√©ation d’Isra√ęl, entit√© artificielle implant√©e dans cette partie du monde par la volont√© occidentale qui cherchait a y installer une base avanc√©e, et surtout a r√©soudre la question juive de la facon la plus antis√©mite qui soit ( en tentant une nouvelle fois de se d√©barrasser des juifs d’Europe, et en les entassant dans un nouveau ghetto, cage dor√©e, mais cage quand m√™me). Et vuln√©rabilit√© parce que Etat cr√©√© sur une injustice flagrante, celle de la d√©cision de sacrifier le peuple palestinien pour r√©aliser ces objectifs. Isra√ęl est prisonnier de ses conditions d’existence. Il lui faut exercer a chaque instant sa totale supr√©matie, sinon il se sent menac√© de disparition !! Il se trouve qu’il y a un hic dans l’affaire, qui est l’existence des Palestiniens. Le slogan sioniste « une terre sans peuple pour un peuple sans terre » est tellement mensonger qu’il n’arr√™te pas de jouer des mauvais tours a ses inventeurs autre impasse que l’usage de la brutalit√© et de l’arrogance envenime, alors que des approches sages humaines respectueuses du drame que l’histoire a fait subir aux Palestiniens auraient pu r√©duire…


Voila que l’impasse de la situation en Palestine g√©n√®re encore une fois une explosion. Tout indique qu’elle n’est qu’a ses d√©buts et que l’ensemble de la r√©gion du Moyen Orient peut basculer dans la violence la plus d√©cha√ģn√©e, aux cons√©quences les moins pr√©visibles.


Il serait irresponsable de croire que la situation est ma√ģtris√©e, que des jours ou des semaines de pressions meurtri√®res sur le Liban viendraient a bout de cette volont√© de r√©√©quilibrer ne serait-ce que tr√®s partiellement le rapport de force, en vue de v√©ritables solutions politiques qui tiennent quelque peu la route. Il ne s’agit pas ou plus de la r√©solution 1559. L’explosion la d√©passe de loin. Et de toute mani√®re, l’arm√©e isra√©lienne, l’agression isra√©lienne ne peuvent en aucun cas √™tre les outils de l’application de la r√©solution 1559. L’unique r√©sultat de cette politique que pr√©conise les EU et que fait sienne la France serait la catastrophe : elle conduirait au renouveau de la guerre civile au Liban. Les EU sont bien capables d’une telle cr√©tinerie, on le constate tous les jours en Irak. Mais quel int√©r√™t a la France a suivre cette voie. Une reprise plus que probl√©matique de sa place dans la r√©gion i Il n’y a pas que les EU qui manquent de pudeur !!


Nahla Chahal


17 juillet 2006


Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Un premier coup d'arrêt

6 Avril 2019
  • Les dérives autoritaires du gouvernement sanctionnées 
  •  
  • Le Conseil Constitutionnel a rendu sa décision hier (*) en jugeant inconstitutionnelle l’une des mesures emblématique les plus contestée : les interdictions...


> Lire la suite