dimanche 24 septembre 2017

E Espace de parole

Les femmes témoignent au 8 mars

La journée internationale de la femme est célébrée chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier et, ici on n’échappe pas à la règle. Ainsi les deux organes représentants les femmes, issus de notre syndicat et celui de son bras politique, le Parti Travailliste affirment et montrent chaque année, notamment depuis 6 ans, l’intérêt de s’occuper des femmes et de lui donner une image à l’égal de l’homme. Même si ce n’est pas le cas dans le quotidien des gens, et le 8 mars est là pour le rappeler.  Evoquer toutes les inégalités, les avancées sociales,  se souvenir des luttes des femmes, c’est en quelque sorte un cran d’arrêt pour mieux sauter vers un avenir meilleur … 

Meilleur, peut-être, qu’il a été durant la journée du 8 mars au lieu-dit « Bétoé » où près d’une centaine de femmes issues du monde associatif et religieux s'est donnée rendez-vous à Nouville. Pas de thème phare cette année, si ce n’est la place de la femme au centre des témoignages déroulés pour l’occasion durant près de deux heures devant un parterre de femmes. Les hommes présents, en somme, une petite dizaine en comptant les coutumiers de l’endroit qui, une fois que la parole de bienvenue annoncée sur les terres de Djubéa mè Kapuné, on ne retiendra que celle-ci « Eduquer un homme, c’est éduquer un citoyen. Eduquer une femme, c’est éduquer une nation ». Une citation d’un président africain, et prononcée pour l’occasion par Justin Gaïa, vice-président de l’aire Djubéa-Kaponé. Sur la parcelle bordant la plage des « Bétoé », assises à l’ombre sous les chapiteaux, les femmes écoutent attentivement les interventions successives. Celle de Clémence, habitante de Saint-Louis qui ne mâche pas ses mots et s’élève contre le fait que la Croix Rouge aille jusqu’en tribu pour distribuer à manger et de quoi se vêtir. « Mais quoi, on ne travaille pas ! Mais que font les mamans ? Les coutumiers, les politiques ? On n’est pas pauvre ! Il faut juste se bouger ! », martèle Clémence au micro. Suzanne, originaire de la tribu de N’Dé à Païta, se préoccupe des jeunes. « Je voudrais les aider, ils ont tellement besoin de nous ! Maintenant que je suis à la retraite, je vais pouvoir le faire «, s’attache-t-elle à le dire. A l’île Ouen, sa représentante clame à l’assemblée que leur préoccupation reste leur environnement. « On n’a pas le nickel, mais on a la mer et nos terres. Ce sont nos ressources naturelles ! » De plus, Margot venant de l’île de Pentecôte. Cela fait 35 ans qu’elle vit ici, elle travaille à l’institut Pasteur. Elle se bat depuis des années pour l’emploi local. Elle-même déléguée syndicale, elle s’attache particulièrement à l’embauche de jeunes techniciens locaux. Son bonheur depuis peu, c’est l’intégration de trois locaux. Deux jeunes kanak et un jeune caldoche. Margot veut pouvoir aider ses siens au Vanuatu. Elle souhaite se rendre utile pour son pays, à condition qu’un nouvel laboratoire s’ouvre à Port-Vila. « Il faut qu’on s’occupe de nos enfants », soulève Mara, mariée au pasteur Méli Tuméli originaire de Fidji. Elle s’insurge contre le désœuvrement de la jeunesse de la Vallée-du-Tir.  Le couple accueille par moment des jeunes chez eux quand des rixes éclatent près de leur maison. « Mais que font les parents ? Les mamans sont au bingo de 13 heures à 18 heures. Je n’ai rien contre le bingo ! Les papas, on ne sait pas où ils sont ! », s’interroge Mara qui s’appuie sur sa foi pour trouver du réconfort.

Mais pour égayer tout ce beau monde, et aplanir les témoignages apportés ce jour-là, quelques jeunes hommes de l’association Black Pearl, ont dansé, chanté et après leur prestation des petits sourires en coins sont revenus. Autre moment fort, le défilé de mode, avec le style mélanésien. Cela va de l’habit traditionnel porté par les mamans au XIXème siècle et jusqu’à l’apparition de la robe popinée, et même la robe portée de nos jours  avec des couleurs apaisantes voire éclatantes pour certaines, avec des couturières hors-paires comme Denise ou Wadrus, ou les couturières de Eseka implantées à Ducos.

L’évènement qui se répète une fois chaque année, aura encore une fois trouvé un écho auprès des femmes du Sud. Leur souhait à toutes, c’est que la pirogue qui a embarqué toutes ces femmes voilà six ans du côté de la Vallée-du-Tir, débarque l’an prochain au Nord et pourquoi pas aux îles.  

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Solidarité avec les travailleurs et les peuples touchés par le cyclone Irma

11 Sept 2017
  • Les Organisations CGTG, FO,UNSA, SUDPTT GWA, UGTG, KDLO, DLONOWBASTE, TRAVAYE E PEYIZAN, SPEG, MOUVMAN NONM, LKP, DOUBOUT POU DLO AN NOU, SPA :
  •  
  • - Apportent leur pleine et entière solidarité aux Travailleurs et aux Peuples de l’ensemble des
  • îles...


> Lire la suite