mardi 11 août 2020

A Actualité politique

Le regard de quatre femmes

Quatre femmes ont livré leurs témoignages parmi la centaine de femmes présentes à Sarraméa le 8 mars dernier. Entre Suzanne Ounei (femme Kanak d'Iaaï), Cécile Cauchy (femme métropolitaine) et Karina Jimmy (femme du Vanuatu), elles ont toutes les trois livré leurs impressions. Regard sur le passé avec Suzanne, avec Cécile le regard s'est arrêté à Saint-Louis et avec l'œil observateur de Karina, le regard s'est tourné vers l'autre. Enfin, la mairesse de Sarraméa nous a fait part de ses souhaits concernant l'émancipation de la femme dans sa commune, elle fait partie des 32 maires que compte le pays.

« Je n'ai rien à cirer de leur université bourgeoise ! Même si je me suis servie en lisant beaucoup de livre à Cantuburry... Et beaucoup de chose m'ont révolutionné ! », a soufflé cette petite bout de femme venue spécialement de Nouvelle Zélande pour témoigner de son parcours de militante. La « grande sœur Suzanne » est à la fois une tante, une amie, une grande dame pour les anciennes qui l'ont connues. Suzanne Ounei fait partie de ses anciennes activistes du GFKEL (Groupe de Femmes Kanak Exploitées en Lutte) – groupe de pression du FLNKS dans les années 80. « Ce n'est pas quelque chose de nouveau que les femmes soient organisées, on a connu des moments difficiles mais aujourd'hui d'être à Sarraméa, ça me donne envie de revenir pour 2014 ! ».

Née le 15 Août 1945, Suzanne Ounei, une ancienne militante indépendantiste qui a beaucoup œuvré pour la cause kanak et dans les années 70 & 80. Son militantisme a dépassé les frontières de Kanaky. Dans les années 90, elle est  partie vivre avec son mari et ses enfants au pays du nuage blanc. Une fois installée avec sa famille, elle a étudié à l'Université de Canterbury en Nouvelle-Zélande (île du Sud). Elle s'était inscrite au département de sociologie et science politique.

Qui êtes-vous ?

Suzanne Ounei : je suis une femme kanak de ce pays. Je suis née à Iaaï. J'ai été élevé à Tyé à Poindimié avec le vieux Ostromoine Paola (issu de la famille de Poindi Poinda ). Il était marié avec la soeur de ma mère. J'ai grandi dans les barrières des colons là-haut aussi et dans les caféries. Mon père a travaillé à la gendarmerie de Païta, c'est là-bas que j'allais attraper en cachette des crabes avec mes petits copains, avec les Bernanos. Il fallait passer sous les barrières des colons ..."

Quel est le but de votre présence ici à Sarraméa ?

Suzanne Ounei : "Je me sens entièrement solidaire avec les femmes kanak de chez moi. C'est vraiment un honneur d'être là ! Elles croient que c'est un honneur de m'avoir alors que c'est tout le contraire pour moi ! J'ai fait beaucoup de travail dans ma vie. Concernant le grand-chef qui est là et qui est parti. (référence au grand chef Ataï). J'aimerai bien être là quand sa tête va revenir.

En tant qu'ancienne militante kanak, je voulais à tout prix revenir quand les femmes m'ont invité ... Je lutte depuis le 2 septembre 1969 et j'ai toujours été sur le terrain. J'étais là quand il y avait les foulards rouges. J'étais là quand Nidoish Naisseline avait été incarcéré.

En tant que femme kanak (je suis arrière grand-mère , grand-mère et mère). C'était important pour moi de revenir et d'être là, de participer à cette rencontre avec les femmes du pays, de les aider. J'espère que mon intervention va les aider pour continuer leur travail. Mais de toute façon, j'ai l'intention de revenir l'année prochaine ! ". 

Qu'est-ce que ça vous inspire le thème : «  les femmes en marche pour 2014 » ?

Suzanne Ounei : " C'est important que les femmes prennent des décisions. Elles n'ont pas été intimidées par les autres. C'est important que les femmes s'affirment à travers le syndicat, l'USTKE et le Parti Travailliste. Elles ont décidé qu'elles auront leur indépendance à travers le syndicat et le Parti Travailliste. C'est important car sinon quand est-ce qu'on va être prêt ? La France dit que nous ne sommes pas prêts mais ce n'est pas à elle de décider pour nous ! C'est à nous Femmes Kanak de décider avec le peuple Kanak ! ". 

Le fait d'avoir une journée consacrée à la femme et de la célébrer à travers le monde. Par rapport à ce que vous avez connu dans les années 70 & 80, que ressentez-vous aujourd'hui ?

Suzanne Ounei : "Il y a eu une sacrée évolution. J'ai été la première à barbouiller partout «  féministe ». Je ne dis pas « féminine » car pour moi, c'est trop petit « féminine ». On devrait arrêter de dire « section féminine » car c'est comme si on disait « Fais toi belle et tais-toi ! ». Il faut dire simplement «  féministe »".

Votre combat à travers la zone Pacifique et en Chine équivaut à mettre la femme au devant de la scène ?

Suzanne Ounei : " C'est un combat à triple niveau : Le respect de la femme en elle-même, la femme colonisée et la femme dans le néo-colonialisme. Avec le développement de toutes les sociétés multinationales, les problèmes sont soulevés aussi bien pour les femmes qui sont en Kanaky. Et je veux être là pour lutter contre toutes les formes d'injustices qui touchent à la femme. Je suis contre la globalisation ou la mondialisation. Je me dissocie de la bourgeoisie. Je ne parle pas des gens qui sont obligés de vendre leur sueur. Réellement, il faut qu'on arrive à se décoloniser, à se décoloniser l'esprit ! "

Vous êtes partis vivre en Nouvelle-Zélande. Pour quelles raisons ?

Suzanne Ounei :Je me suis plutôt exilée. Je suis partie avec mon mari y vivre là-bas. Il m'a présenté ses enfants. Maintenant, nous ne sommes plus ensembles mais nous sommes restés amis. Pour ainsi dire, j'étais presque exilée car ils l'ont stopppé trois fois en cinq ans pour venir me voir. C'était un grand militant néo-zélandais. On a gardé nos relations par rapport aux activités de l'époque. D'ailleurs quand on s'était quitté, lui il était à-bas. On a besoin des camarades comme lui pour nous soutenir. Il a fait une thèse sur la Kanaky : « L'éducation française en N-C ». Il travaille actuellement à l'Université de Canterbury. Mon son ex-mari est à la fois professeur et avocat. "

Que faisiez-vous en Nouvelle-Zélande pour vous occuper ?

Suzanne Ounei : " Après, je suis repartie en Nouvelle-Zélande avec mes enfants. Pour mes enfants, je voulais leur donner une nationalité kiwi au cas où … On ne sait jamais ! Ils sont jeunes. Ma petite-fille a 18 ans, c'est une kiwi. Le fils de mon frère , mon neveu a la double nationalité. Je voulais que mes enfants aient la nationalité anglaise et qu'ils aient la paix pour étudier. Mon neveu avait 2 ans et 7 mois quand je l'avais pris. "

Suzanne conclut l'échange en se remémorant ses années de lutte avec d'autres femmes telles que Yvette Bouquet, Clémence Wamytan et d'autres jeunes qui militaient à ses côtés avant qu'elle ne parte pour la Nouvelle-Zélande

Cécile Cauchy, 40 ans, sans emploi. Elle a trois enfants.   

Vos impressions à la mi-journée ?

Cécile Cauchy : " J'ai trouvé ça très intéressant, surtout l'intervention de Suzanne Ounei parce que ça remettait un peu toute l'histoire en perspective. J'ai trouvé cela intéressant de voir à la fois, une histoire d'une militante depuis son enfance et à la fois la cause qu'elle défendait. Elle a commencé très tôt à se battre. Elle a beaucoup défendu la cause des femmes dans une société qui n'était sans doute pas facile dans le contexte qu'elle a connu. Ce n'était pas facile pour les femmes. "

Il y a deux ans, vous étiez à Saint-Louis et à présent vous êtes à Sarraméa. Avez-vous ressenti une évolution dans ce qu'elles ont dit ?

Cécile Cauchy : " Disant qu'à Saint-Louis, c'était à la fois riche et intense. Je venais d'arriver, il y avait à peine un mois, il y a 2 ans . Je suis une métropolitaine et je découvrais le monde kanak et celui de l'USTKE. Et c'était pas neutre (rire). J'avais trouvé cela passionnant et j'étais plongée complètement dans un autre monde. Donc aujourd'hui, c'est un monde qui ne m'est plus habituel.

Ce que j'ai entendu aujourd'hui (le 8 mars) et en deux ans, le discours est plus réflechi ; Je pense qu'à Saint-Louis, il y avait beaucoup d'émotion aussi. Lorsque il y avait la prise de parole des femmes dans la grande-chefferie, ça a apporté beaucoup d'émotion pour elles. Il y avait des choses que je n'avais pas forcément compris. "

Vous avez également pris la parole à ce moment là ?

Cécile Cauchy : " On ne s'y attendait pas. Concernant les sujets des femmes évoqués à Saint-Louis, c'est vrai qu'on les a comprises car nous sommes aussi des femmes. On avait aussi des choses à dire. J'étais avec Alex, une copine. On a toute une copine qui a été battue et les problématiques soulevées à Saint-Louis, on les retrouve partout dans le monde. Ce sont des sujets internationaux. "

Avant de venir ici, avez-vous milité dans une association de femmes ou autre ?

Cécile Cauchy : " Non, j'ai milité dans une association pour une école laïque et républicaine en métropole qui s'appelle l'AFCPE. J'ai aussi milité dans une association qui défendait l'indépendance du Tibet. C'est clair que je me retrouve dans les combats des femmes qui se posent ici. Je dirais malheureusement que c'est dans le monde entier que les femmes gagnent moins que les hommes, qu'il y a des femmes battues... Elles se font des doubles journées avec leur travail et les enfants à s'en occuper à la maison, le ménage etc... C'est dommage qu'on en parle une fois par an entre nous les femmes ! " (rire aux éclats)

Karina Jimmy, présidente de l'association inter-église (l'assemblée de dieu, protestante, apostolique) du Grand-Nouméa a participé à sa manière à cette manifestation du côté de Sarraméa, elle regrette simplement que l'ensemble de sa communauté ne soit pas venue nombreuse à cette rencontre. 

Prisca Holéro, premier magistrat municipal de l'une des plus petites communes du pays, Sarraméa. 

En tant que 1er magistrat de la commune de Sarraméa, qu'est-ce que ça représente pour vous de recevoir les femmes à la Grande-Chefferie de Petit-Couli ?

Prisca Holéro : " D'une part c'est un grand honneur pour nous de recevoir la délégation des femmes ici à la commune de Sarraméa. En tant que femme, je suis flattée que vous ayez choisi notre commune pour cette journée dédiée à la femme.

D'autre part, le gouvernement de la N-C avait organisé aussi de son côté une journée sur Maré. En tous les cas, nous sommes très heureux de vous recevoir. Je pense que le grand-chef se joint à moi dans ce sens. D'autant plus que nous sommes à l'honneur, ce n'est que positif . "

Est-ce que vous avez prévu une intervention particulière à cette rencontre ?

Prisca Holéro : " C'est vrai que l'on ne m'a pas invité à y participer car nous n'avons pas eu d'information à ce sujet. Au départ, cette journée devait se dérouler à Petit-Couli puis en même temps, il était prévu au départ que j'aille à Maré. Puis Finalement, la journée se passe au foyer socio-culturel ".

Que souhaitez-vous pour les femmes aujourd'hui ?

Prisca Holéro : " On peut leur souhaiter une bonne journée de travail et une bonne journée de réflexion. J'encourage les mamans en tous les cas en tant que femme à prendre des postes à responsabilités. Je pense que nous sommes mieux à même à avoir un pouvoir décisionnel que ce soit dans la lutte ou dans le développement de notre pays ".

Est-ce qu'il y a un programme spécifique ou une commission pour les femmes dans votre commune ?

Prisca Holéro : " Pas du tout. J'essaye de faire en sorte que les mamans se constituent en association pour leur besoins. Autre chose : sur 15 élus, je suis la seule femme assise autour de la table ! J'ai la fonction de Mme Le Maire en étant la plus jeune au sein du conseil municipal ! Et croyez-moi, ce n'est pas facile ! Je suis entourée de machos ! Il faut d'une part arriver à se faire entendre et d'autre part, il faut se faire respecter. J'encourage d'ailleurs les mamans à tenir tête quand elles ont des idées. Et, j'ai aussi un fort caractère et ça fait avancer les choses dans ma commune.

C'est vrai qu'il faudrait plus de femmes qui se lancent dans le domaine de la gestion d'une commune par exemple. Mais, il faut y aller, il faut s'accrocher ! Et c'est vrai, même si on a demandé la parité et il n'y a que quelques femmes dans les conseils municipaux du pays. C'est quand même compliqué pour les hommes d'admettre que l'on peut faire aussi bien qu'eux . "

Clémence Wamytan (en robe verte) également, elle a partagé à sa manière son expérience du terrain. Elle a surtout salué le courage de Suzanne Ounei dans ses multiples combats. 

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Solidarité avec la CGT et le front syndical contre la réforme des retraites et pour son retrait

26 Déc 2019
  • Les 2 grandes mobilisations sur le dossier des retraites, celle du 5 décembre et celle du 17 décembre2019 ont démontré que des millions de salarié-es- du privé comme du public - refusent cette retraite avec son système universel à points,...


> Lire la suite