mardi 23 avril 2024

A Actualité politique

Quatre experts électoraux des Nations Unies ont rencontré l'exécutif du Bureau confédéral

Mercredi 8 décembre de 14 h à 16 h 30, en salle Ana Tafono à la centrale syndicale.Tadjoudine Ali-Diabacté (au milieu-chemise jaune), chef du groupe d'expert a conduit une équipe d'experts électoraux qui est venue à la rencontre de l'exécutif du bureau confédéral de l'USTKE. Ce dernier était soutenu dans sa démarche par deux membres du Collège honoraire, Marie-Pierre Goyetche, vice-présidente et Hnalaïne Uregei, membre.  



Quatre experts électoraux des Nations Unies ont rencontré l'exécutif du Bureau confédéral de l'USTKE.

A l'invitation des autorités de la République française, la secrétaire générale adjointe de l'ONU, chef du département du Maintien de la paix et des Affaires politiques, et les Affaires électorales, a approuvé le déploiement, du 19 novembre au 15 décembre 2021, d'un groupe d'experts dans le cadre du référendum sur l'accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté prévu le 12 décembre 2021.

L'objectif de cette mission est de suivre le déroulement du processus, puis de faire un rapport au secrétaire général des Nations Unies sur le contexte et les aspects techniques de la consultation. A la différence d'une mission d'observation électorale, le panel d'experts de l'ONU ne fera aucune déclaration publique, ni sur le processus, ni sur les résultats de cette consultation référendaire. 

Dirigée par monsieur Tadjoudine Ali- Diabacté, ancien directeur adjoint de la division de l'assistance électorale des Nations Unies, la mission est composée de 15 experts électoraux qui seront déployés dans les trois provinces du pays afin de suivre le déroulement du processus, depuis la campagne électorale jusqu'à l'annonce des résultats. Dans le cadre de leur mandat, les experts de l'ONU vont tenir des rencontres avec les principaux acteurs du processus, notamment : les autorités politiques, administratives et coutumières du pays, ainsi que les forces politiques, les membres des organisations de la société civile, les membres du comité des sages et ceux de la Commission de contrôle des opérations. 

C'est dans ce cadre que quatre experts dont le chef du groupe, Tajoudine Ali-Diabacté ont rencontré mercredi après-midi le bureau exécutif de l'USTKE et deuxmembres du collège honoraire. Les responsables syndicaux de la confédération syndicale ont pu exposer les problématiques liées à la dernière consultation référendaire et leur opposition face au maintien de la date au 12 décembre. Alors que les indépendantistes, à savoir le FLNKS et les diverses mouvances (syndicats, associations, églises) avaient demandé expressément à l'Etat français le report de la 3ème consultation référendaire au second semestre 2023, notamment après les élections présidentielles et législatives françaises. Dans le but de mieux préparer, en tous les cas pour le peuple premier de Kanaky, le peuple Kanak et les communautés océaniennes, le deuil des nombreux décès (280 morts liés au Covid-19/variant Delta en septembre-octobre 2021 dont 80 % sont issus de la population Kanak et Océanienne). Et notamment de pratiquer le deuil kanak, un temps est nécessaire pour parfaire le chemin coutumier envers les oncles utérins et les clans alliés aux défunts. 

Le déploiement de ce panel d'experts complète l'accompagnement des Nations Unies pour la préparation et la tenue du référendum, prévu par l'Accord de Nouméa de 1998, sur l'accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté. Cette coopération, initiée suite à la requête du gouvernement français adressée au secrétaire général de l'ONU en 2016, s'est notamment matérialisée par le déploiement d'experts de l'ONU de 2016 à 2021 dans les Commissions administratives spéciales pour accompagner le processus de révision des listes électorales. 

 



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution