lundi 26 février 2024

A Actualité syndicale

Caltrac : le rééquilibrage n'est pas du tout appliqué

A Caltrac comme à OCR, nos représentants syndicaux ne prennent pas à la légère l'embauche des immigrés. Dès ce matin,  le portail de la société a été bloqué par nos adhérents. Raison de leur blocage : l'emploi de 13 phillipins et d'une dizaine d'expatriés français. La section Caltrac/STKE réclame le retour du rééquilibrage au sein de leur société et plus de considération pour le personnel local.

« Nous bloquons l'entreprise car nous sommes bien devant un patron qui n'applique pas le rééquilibrage au sein de la société et qui ne le souhaite pas ! Mais il sera mis sur le fait accompli car nous sommes déterminés à ce que ces emplois reviennent aux locaux », a indiqué un membre de la section.  Effectivement depuis près de deux ans, Caltrac (concessionnaire de Caterpillar en N-C) a embauché plus de 10 phillipins et au moins 15 expatriés français, selon le délégué STKE. Les travailleurs phillipins occupent des postes de mécaniciens et les autres travailleurs sont à des postes à responsabilités ou bien ils occupent des postes de mécaniciens. Sachant que le sujet sur l'emploi local est au cœur de notre l'actualité, avec celui-ci (le cas de Caltrac) nous sommes bien servi. Un cas de plus à traiter alors que le texte sur l'emploi local n'est pas encore applicable. Contactée à ce sujet, la direction n'a pas souhaité répondre à nos questions. Nos responsables syndicaux ajoutent  que le recrutement des chefs mécaniciens ou autres employés (destinés à travailler au sein du réprésentant de Caterpillar sur les cinq sites de N-C) leur est avantageuse car pour les candidats retenus en France, le billet d'avion est pris en charge (mari- femme et enfants), un logement et une voiture pour au minimum un mois. « Des avantages en nature pour les expatriés alors que tout cet argent pourrait servir à la formation de nos employés locaux ! », s'est exclamé l'un des grévistes. En fin d'après-midi, un premier contact aura lieu avec la direction qui devra expliquer à  nos adhérents, à nos responsables syndicaux leur politique salariale.



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution