mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

Conseil syndical de la Fédération de l'Enseignement

Venus en majorité de Nouméa pour le conseil syndical, les délégués des secteurs de l’enseignement du privé et du public ont revu « Le projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie ». Un atelier animé conjointement par Jacques Wabete et Victor Wéjième. La formation, la jeunesse, l’emploi local, la citoyenneté  étaient au centre des débats le vendredi 24 juillet dernier à la maison commune de la tribu de Grondu à Ponérihouen avec comme axe principal «  Le projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie ». Les thèmes cités auparavant ont permis de décortiquer le projet du gouvernement local sur l’école de demain. En préambule, «  La démarche d’élaboration du projet éducatif se veut participative. Le principe de co-élaboration retenu permettra la prise en compte de toutes les parties prenantes alliant intérêt global et spécificités locales. L’enjeu est de construire - une Ecole de la réussite pour tous –», a souligné Jacques Wabete chargé de suivre ce dossier en citant dans son intervention que « chaque partenaire sollicité pourra ainsi nous communiquer ses observations concernant notre analyse et proposer dans le cadre des perspectives, des actions complémentaires ou de mise en œuvre ». Mise en application, l’intérêt de cette concertation avec la base, notamment avec les délégués présents dans les établissements du pays, qu’ils soient dans le privé ou dans le public, permet aux cadres du gouvernement de mesurer l’avancée de leurs travaux. Il est prévu que ce projet passe dans les bannettes du Congrès à la fin de l’année. « On a cinq mois jusqu’au vote au Congrès », a précisé Jacques Wabete, insistant sur le fait qu’il reste peu de temps pour travailler sur ce projet mais il est à la fois propice pour avancer dans les réflexions.

Après les discussions et les débats entre les membres de cette fédération, trois grands axes ont été couchés : le premier porte sur « la formation des cadres de haut niveau », le second évoque « un institut des arts kanak », le troisième s’aligne sur « le maintien des ALP » et prévoit « un statut unique pour l’enseignement privé ». Des propositions ont été retenues et vont être travaillées en commission. Une rencontre va être programmée avec les membres du gouvernement en charge de ce projet ambitieux dont l’objectif reste « la réussite éducative et scolaire pour tous ».  



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution