jeudi 22 février 2024

A Actualité syndicale

Conseil syndical de la Fédération des Industries et des Services

Plus d'une trentaine de délégués syndicaux des secteurs industriels étaient présents ce lundi en début semaine pour le premier conseil syndical de l'année. La séance a été animée par le 1er  secrétaire général adjoint, Fidel Malalua. Mise à part, la présence des secteurs habituels (Goodman Filder, Biscochoc, Bluescope Stell, Tokuyama N-C ex Holcim N-C, Teeprint etc ...), cette fois-ci trois nouveaux secteurs viennent de faire leur entrée (Boulangerie Perfecta, Véga, AMC Sud).

Concernant les prochaines réunions auxquelles les membres de bureau fédéral devront y assister et donner leur avis tels que l'accord de branche boulangerie/pâtisserie, le 24 février et l'accord de branche industrie, le 5 mars prochain. 

Avant d'évoquer ces dates importantes, le 1er secrétaire général est revenu sur la formation NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) qui se tiendra à la fin du mois durant trois jours (du 26 au 28/02/14) au siège du syndicat. « La NAO est liée aux accords de branche. En la maîtrisant, vous pouvez mettre en place une politique salariale », a-t-il insisté auprès des délégués syndicaux. Autres points évoqués :  « La prime d'intéressement » et « L'insertion par l'emploi » délibérés et validés par le congrès de la N-C,  le CQP HSE (Certificat de Qualification Professionnelle Hygiène, Sécurité & Environnement ) signé en fin d'année 2013 est en attente d'être définitivement valider par les différents instances paritaires. 

A noter dans l'agenda des camarades de l'industrie : la date du prochain conseil syndical, le lundi 7 avril 2014 au siège du syndicat, salle H. Krasucki. Par ailleurs, toutes les prochaines dates des conseils syndicaux ont été validées par les délégués présents.

Mouvement d'humeur à Calédovia

A Calédovia, une société de découpe de viande destinée aux boucheries et aux grandes distributions, située à l'entrée de Nouville a connu durant une journée à la mi-janvier une petite baisse d'activité. En cause, une grève d'une partie du personnel en grande majorité des adhérents de notre centrale syndicale. Ils réclamaient en priorité la mise en place des élections professionnelles et l'embauche d'un local à la place d'une personne d'origine africaine occupant le poste de boucher. Un protocole d'accord a été signé à la suite de ce mouvement d'humeur.

La section STKE/Vigiplis réclament de meilleures conditions de travail 

Vendredi 7 février, la section STKE/Vigiplis s'est retirée de son lieu de travail durant la journée. Occasion pour les membres de la section syndicale de faire valoir une liste de 18 points d'un cahier de doléances à leur directeur. « On réclame surtout le respect du protocole d'accord signé en 2012 et il n'y a pas de suivi du cahier de revendications depuis juillet 2013 », a soutenu Kenny Waloua, délégué du personnel de Vigiplis. Les conditions de sécurité ne sont pas optimales, selon les employés en colère. « On demande à ce que les voitures, les boosters soient régulièrement révisés. Certains n'ont pas de tenues de travail notamment  les collègues de Vigibrousse,  qui eux manquent également de véhicules, de matériels pour bien fonctionner. Ils font 15 heures de travail par jour ! C'est inacceptable ! Certains chauffeurs sont harcelés dans les circuits de Nouméa.». Un  manque de communication, de concertation entre les intéressés seraient à l'origine des problèmes rencontrés  au sein de cette société. Après l'entrevue faite entre nos représentants syndicaux et l'équipe dirigeante faite le jour même de la grève, il a été convenu une réunion de travail dès le mois prochain. « On est sorti de cette réunion avec un accord verbal. Si on n'a pas de tenues de travail et de véhicules qui marchent correctement d'ici un mois, on va bloquer la société », a prévenu notre responsable syndical. 



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution