mardi 27 février 2024

A Actualité syndicale

Des débrayages effectués à la cantine du lycée Do Kamo et sur les sites de la NMC

A la cantine du lycée de Do Kamo, une partie du personnel affiliée à notre syndicat débrayent à l’heure du déjeuner depuis le début de la semaine. La section syndicale STKE s’élève contre les conditions de travail dans la cuisine et signale la mise en danger de la sécurité et de l’hygiène des élèves. Par leur action, la section STKE de cet établissement privé situé à la Vallée-des-Colons entend aussi dénoncer le non-respect du protocole d’accord signé en juin 2014, et interpelle la direction de l’ASEE sur l’immobilisme du conseil d’administration par rapport aux échéanciers fixés par les bailleurs de fonds. Le mouvement pourrait s’étendre jusqu’à la fin de la semaine, selon une source proche du mouvement.

Pas du tout content les camarades de la NMC

Autre mouvement de grogne des salariés, c'est celui de la NMC ce mercredi 11 mai.  Débrayage cet après-midi au laboratoire de NMC situé du 6ème km, sur le site de Ducos et sur quatre des cinq centres miniers du pays (Nakéty, Kouaoua, Poya et Nouméa) où la NMC est localisée. Tous ont suivi le mouvement de grogne du personnel affilié à l’Ustke. La section STKE de NMC souhaite qu’elle soit entendue par la direction.  « Depuis le 29 février, nous avons adressé un courrier dans lequel nous demandons une rencontre avec la direction de la NMC. Jusqu’à ce jour, c’est rester lettre morte. Nous avons décidé de réagir en faisant ce débrayage ici au laboratoire situé au 6ème km et au site de Ducos pour ce qui concerne Nouméa », a indiqué Bertin Boéré, délégué syndical STKE/NMC. « La direction entend prendre des mesures et on aimerait avoir plus de précisions afin que nous communiquions à notre tour aux salariés. Ce n’est pas le cas en ce moment », dit-il, agacé de l’attitude de la direction. « La direction a pu organiser deux pots de départ de deux collaborateurs alors qu’elle nous a mise de côté », ajoute-t-il, énervé. Les mesures concerneraient entre autres les mutations du personnel en interne à Nouméa, la situation des salariés protégés en poste aménagé … La section syndicale est prête à durcir le mouvement si aucune réponse n’est donnée d’ici la fin de la semaine.    



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution