samedi 13 juillet 2024

A Actualité syndicale

Deuxième tour d'horizon pour la Fédération de l'Enseignement

Depuis le renouvellement du bureau de l'enseignement, la fédération est à son deuxième conseil syndical de l'année. Une phase importante pour les membres du bureau qui tiennent à maintenir le cap des décisions prises en début d'année. 

« Depuis la dernière assemblée générale à Azareu (Bourail), on a du travail. L'essentiel pour nous, c'est d'avoir des résultats non seulement sur le terrain mais aussi dans les négociations avec les directions des établissements et le Vice-rectorat », a d'emblée soulevé Victor Wéjième, le secrétaire général de la Fédération l'Enseignement. Et de rajouter en terme de conclusion avant que les représentants des sections n'interviennent. « La réalité est sur le terrain, à chacun d'entre-vous, à chaque syndicaliste de faire son travail à son niveau. Vous êtes autant responsables que nous, les membres du bureau ». 

Tour à tour, les délégués des établissements du secondaire pour la majorité d'entre eux ont indiqué leur situation, leur problématique ; à noter la présence des délégués syndicaux  (ou de leurs représentants ) du Grand Nouméa : les collèges de Magenta, de Mariotti, de Normandie, de Kaméré, de Katiramona, des lycées du Grand-Nouméa et de Jules Garnier et du collège de Maré – La Roche concernant les îles qui étaient là vendredi dernier (19/07/13) à la maison commune de la tribu de N'Dé à Païta. 

Mise à part les sujets qui intéressent la fédération comme la titularisation des agents, des adjoints d'éducation ou bien encore l'avancement de carrière pour certaines catégories du personnel de l'enseignement, les responsables ont noté la fermeture prochaine de deux ALEP (Annexe de lycée d'enseignement professionnel), la première à la Vallée-du-Tir qui dépend du collège de Kaméré et la seconde est celle de Maré qui se rattache au collège public de La Roche. Les responsables craignent une déperdition de ces élèves vers les SEGPA ( Section d'enseignement général et professionnel adapté) ou d'autres orientations qui ne mèneraient à rien. A Maré, cette situation est très préoccupante pour les parents d'élèves qui espèrent un fléchissement de la décision du ministère de l'enseignement. Ils souhaitent la création d'un CAP horticole et un CAP des gros œuvres en caractérisant fortement les besoins de l'île dans ces deux domaines (agriculture et bâtiment). 

Autres sujets évoqués : le projet de statut des établissements du pays, la préparation aux concours nationaux pour des postes territoriaux qui nécessite une formation intense selon les camarades et sans compter la position du syndicat sur le retour à des listes d'aptitude afin d'être nommés à des postes d'encadrement... 

La fédération a également fait le tour des sujets qui touchent à l'enseignement privé par le biais de Franck Apock, secrétaire général adjoint qui s'occupe essentiellement de cette partie. 

Pour appuyer les observations des délégués, Victor Wéjième est revenu sur la nécessité d'être présent dans les instances de décisions du corps enseignant comme « dans  le conseil d'administration où l'emploi, les plans de carrières des adjoints d'éducation, des CPE (Conseiller principal d'Éducation), des chef d'établissement se décident... La formation reste la phase importante dans une carrière ». 

             



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution