lundi 26 février 2024

A Actualité syndicale

Fin du conflit à Géant Sainte-Marie : accord signé par F.O mais l'USTKE campe sur ces positions

Après dix jours de grève, un accord a été finalement trouvé entre la direction de Géant Sainte-Marie et les représentants des personnels en grève, notamment le personnel affilié à F.O et à l’USTKE. Seule Force Ouvrière a apposé sa signature dans le protocole d’accord de fin de conflit.  Nos représentants n’ont pas voulu signer car ils sont restés sur la revendication initiale à savoir l’augmentation du salaire de base à 2 %. «  La direction avait proposé 0,7 % d’augmentation salariale comprenant l’inflation à hauteur de 0,4 %.  Après la mission de l’expert comptable qui a démontré que le bénéfice engendré à la fin de l’exercice de fin 2014 par l’ensemble des enseignes de Casino valait 773 millions frs CFP. Pourquoi ne pas partager toute cette richesse ? Nous voulions intégrer cette augmentation salariale dans les différentes primes et avantages que nous percevions », a expliqué Eric Meité, délégué syndical STKE. Avant que n’intervienne cet accord, l’ensemble du personnel en grève avait formulé cette attente : « Notre proposition ne représente aucun coût supplémentaire pour l’employeur, elle s’inscrit pleinement dans les engagements prévus dans l’accord à la différence qu’il nous est plus favorable d’intégrer ces mesures dans le salaire de base, s’agissant des bons d’achats de Noël qui représentent 0,2 % et la mutuelle des salariés 0,42 %. Viens s’ajouter les 0,4% de l’inflation et 0,3 % d’augmentation prévu en mars 2015 ». Une revalorisation salariale qui plafonne à 1, 3 %, au 1er janvier 2015 c’est loin des 2 % réclamés. Vaut mieux peu que rien du tout ! Par contre, l’exécutif de la Fédération des Commerces & Divers s’est engagé à déposer un cahier de revendications dans les prochaines semaines. «  La mobilisation de la majorité du personnel de Géant Sainte-Marie reste un mouvement de grogne de l’ensemble des salariés, par contre nous, nous allons travailler sur nos revendications en tant que syndicat représentatif au sein de cet établissement  qui pourra s’étendre à l’ensemble du groupe Hayot », a indiqué Rémy Léanga, secrétaire général de la Fédération des Commerces & Divers. Au terme des discussions d'hier matin (*), « au final, on obtient  une hausse des salaires à 1,1 %  et pas de prise en charge des jours de grève par la direction. L’étalement se fera en juillet à savoir 6 jours, 2 jours en août et 2 jours en septembre », a soulevé le délégué syndical. Le travail devrait reprendre normalement ce mercredi (**) aux horaires habituels et la clientèle pourra y retrouver ses marques.  

(*) : mardi 7 juillet 2015

(**) : mercredi 8 juillet 2015



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution