lundi 15 juillet 2024

A Actualité syndicale

La Fédération Fonction Publique de l'Ustke se dote de 6 pôles

André Elia travaille à l’agence comptable de l’Office des Postes et des Télécommunications (OPT) au service « dépenses », tout en exerçant son activité en étroite collaboration avec la DRH pour tout ce qui concerne les traitements de salaires. Côté syndicat,  il occupe désormais depuis juillet dernier la fonction de secrétaire général de la Fédération Fonction Publique USTKE. Fin 2006, il adhère à notre centrale syndicale. Avril 2012 : il est nommé trésorier de la fédération. A l’assemblée générale du vendredi 18 juillet 2014, il est nommé secrétaire général. Vendredi 3 octobre 2014, il a présidé son premier conseil syndical aux côtés de ses secrétaires généraux adjoints. Une nouvelle organisation interne à la fédération fonction publique se met en place depuis près de 3 mois. On y trouve 6 pôles (pôle mairies, pôle santé-social-scientifiques, pôle fonction publique, pôle état, pôle services techniques, pôle provinces) qui sont gérés par 6 secrétaires généraux adjoints nommés à la dernière assemblée générale, et l’ensemble des affectations sont coordonnées par le secrétaire général. Nous revenons avec André Elia (ci-dessous) sur les problématiques intéressants leur domaine d’activité.    1/ Le nouveau texte de loi concernant l’intégration des contractuels dans la fonction publique (*), examiné au mois d’août au Congrès : avancement du dossier, les points de blocage ? André Elia : « Ce texte a déjà été présenté une première fois l’année dernière. Le contenu du texte est très intéressant pour nos camarades qui sont dans la fonction publique. Il y en a beaucoup qui sont des contractuels assimilés relevant de la convention collective. Donc ce texte serait le bienvenue pour nos adhérents afin qu’ils intègrent la fonction publique. Concernant les points de blocage, je dirai que ce texte favoriserait l’intégration des personnes qui viennent de l’hexagone ayant plus de 3 ans sur le territoire. Ils pourraient intégrer la fonction publique et c’est un problème. Il faut que ce texte s’applique d’abord aux citoyens calédoniens et voir  ensuite s’il faut l’élargir aux contractuels de l’hexagone. Ce texte a été voté au congrès mais apparemment il n’est pas encore en vigueur. Le groupe politique auquel appartient le Parti Travailliste a émis une réserve et par la même occasion ils ont fait un recours. Il va certainement passer en seconde lecture au congrès. Donc pour l’instant, ce texte n’est pas en vigueur. On attend que ça soit publié et mis en application. L’an dernier, nous avons eu la présentation de ce texte par un personnel de DRHFPNC lors d’un conseil syndical et en même temps que le directeur de la CLR (Caisse locale de Retraites de N-C), Thomas De Deckker qui lui est venu nous présenter  le texte sur les réformes de la retraite. Nous sommes bien au courant de la teneur de ce texte. J’ai demandé à tous les SGA de la Fonction Publique d’être très attentifs sur ce sujet pour que nos camarades ne soient pas lésés par rapport à ce texte. Autre point d’achoppement : ce sont tous les agents qui arrivent en fin de carrière. Il faut voir si pour eux si c’est plus intéressant d’intégrer ce nouveau dispositif ou sinon de rester dans la convention collective en étant un contractuel assimilé, et donc partir à la retraite avec une indemnité de départ à la retraite. L’étude du cas par cas serait nécessaire. »  2/ La question de l’emploi local dans la fonction publique, où en est-on ? A.E. : « En tant que secrétaire général, je n’ai pas assez de recul pour parler au nom de la fonction publique en général. Tout simplement par exemple à l’OPT, je considère que le kanak a toujours des difficultés à intégrer le circuit normal. Quand il arrive de la métropole avec des diplômes, il faut qu’il fasse ses preuves avant qu’il soit reconnu au sein de l’Office des Postes. Je pense que ça doit être général dans la fonction publique non seulement, il faut avoir des diplômes et en plus il faut encore faire ses preuves. J’attends de la loi sur l’emploi local qu’elle soit en vigueur dans notre secteur d’activité. Dans l’administration en général, il y a beaucoup de kanak et d’océaniens qui travaillent dans les catégories C et B ou sinon relèvent de la convention collective. Quand il faut monter d’un échelon vers les catégories A, et là on commence à voir moins de kanak, moins d’océaniens. Quand les locaux ne sont pas dans toutes les catégories de la fonction publique, il y a un mauvais rééquilibrage. »

3/ Quelles sont vos dernières statistiques concernant votre fédération : nombre de secteurs, nombre de cotisants ? A.E. : « Au 31 décembre 2013, on a eu une moyenne 477 cotisants dans la fonction publique pour des secteurs qui varient entre 40 à 45. Entre 2012-2013, on a eu une augmentation du nombre de cotisants. Cela se caractérise au budget c'est-à-dire à la quote-part qui est versée par la confédération à la fédération et le budget annuel. C’est une comparaison entre 2012 et 2013. »  

4/ L’organisation des secteurs en pôle à l’intérieur de la Fédération. Quelle est sa finalité ? Quels sont les critères qui permettent le regroupement des secteurs ? A.E. : « Ce fonctionnement en pôle avait été acté lors d’un conseil syndical dans lequel le camarade André Forest était encore secrétaire général de notre fédération. Lorsqu’il est parti en juillet dernier, il nous a laissé cette nouvelle organisation en nous disant qu’il fallait qu’on fonctionne en pôle. Pourquoi fonctionner en pôle ? Parce que beaucoup de secteurs au sein de la fonction publique sont isolés. Je pense à l’IRD par exemple où il y a très peu d’adhérents. Ce qui serait bien : c’est de regrouper tous ces secteurs dans un pôle de même métier afin qu’ils traitent des mêmes problématiques. On a donc créé 6 pôles avec 6 secrétaires généraux adjoints (SGA). Du coup, cette  nouvelle organisation me décharge un peu au niveau du travail. Ainsi, le travail est aux mains des 6 SGA. Depuis ma nomination du 18 juillet, on a une réunion hebdomadaire d’une heure et demie pour faire le point sur l’état des lieux, sur l’avancement des contacts par les SGA. Et ce n’est pas évident de mettre en place tout ce fonctionnement. On est déjà au mois d’octobre, et visiblement il y a un seul pôle qui a réussi à organiser une réunion. Sinon pour le reste, ils sont en cours de traitement, de mise en place. Je pense et j’espère que d’ici la fin de l’année ça sera fait. Sinon, j’ai a cœur que ce fonctionnement soit opérationnel. Je travaille avec un bureau en ce moment. Donc les SGA sont conviés dans les réunions afin qu’ils  puissent me remonter les informations de leurs secteurs. Ce mode de fonctionnement est nouveau en soi puisque ce n’est pas prévu dans les statuts de l’Ustke, en tous les cas c’est interne à notre fédération. Je trouve que c’est une bonne organisation encore faut-il le mettre en place pour que ça soit opérationnel à tous les niveaux ! Par exemple : le pôle « provinces », il y a la province nord, sud, îles ; il faut se déplacer. Ce n’est pas évident ! Tout ça pour permettre que la même problématique soit réglée au sein du même pôle, et deuxièmement permettre aux secteurs isolés de se regrouper dans le même pôle. Par exemple, l’OPT se retrouve avec la météo, l’aviation civile et TDF au sein du pôle «  services techniques » C’est bien de fédérer ! »  5/ Vous avez envoyé dernièrement un de vos camarades à la Fête de l’Huma ? Avez-vous un retour de son déplacement ? A.E. : « J’ai eu un retour d’information uniquement par téléphone mais il va certainement le faire à la prochaine réunion hebdomadaire de notre fédération. C’est vrai que cette année, c’est une première d’envoyer un camarade de la fonction publique en plus, c’est l’un des SGA d’un des pôles. Pour voir un peu cette fête de l’Huma, et pour nous quel est notre intérêt d’envoyer une personne à cette grande fête. Je veux dire en termes de contacts là-bas etc.… On attend tout ça avec impatience pour voir si l’année prochaine ou l’année d’après, on reconduit la même opération. C’est envisageable à condition que le budget nous le permette. »

 

 (*) : Loi du pays relative à l'accès à l'emploi titulaire des fonctions publiques de Nouvelle-Calédonie a été adoptée à l'unanimité le 21 janvier 2014 au Congrès de la N-C (source : http://congres.nc)



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution