mardi 7 décembre 2021

A Actualité syndicale

La Périgourdine du Pacifique décerne des médailles de travail à cinq de ses employés

Mercredi 23 décembre. Une fois n’est pas coutume dans cette entreprise industrielle connue sous cette dénomination « La Périgourdine du Pacifique » installée aux abords des quais de Nouville, a procédé en toute discrétion, et c’est une première de décerner des médailles de travail à cinq de ses employés dont quatre femmes et un homme, pour honorer de leur présence, de leur attachement, de leur loyauté dans cette société qui s'est spécialisée au fil des ans dans la production de conserves alimentaires. 



Valérie Monin (à gauche) a effectué 35 ans de service. Elle a débuté sa carrière en décembre 1985, et elle la termine comme employée de production. Valérie, la plus ancienne a reçu sa grande médaille d’or et elle partira en mars prochain à la retraite. Très discrète, mais elle s'est affirmée ces derniers année en tant que déléguée syndicale STKE. " On a tenu à ce que les anciens soient reconnus pour leur travail. On a fait cette demande durant la NAO ", indique-t-elle. Zilo Wadrawane (à droite) s’est vue attribuer une médaille de travail pour ses 33 ans de présence. Elle a débuté dans cette société durant la  fin des années 80, plus précisément le 3 juillet 1987. Elle occupe le poste d'employé de production. Marguerite Pardan (à droite avant Zilo) a commencé à bosser dans cette entreprise, le 18 juillet 1988 soit 32 ans plus tard, elle reçoit également une médaille de travail. Elle est aussi employée de production. Viviane Oury (2ème à gauche), cela fait maintenant 27 ans qu’elle est à ''La Périgourdine du Pacifique". Elle a commencé comme femme de ménage le 15 septembre 1993, puis elle a évolué vers ce poste comme pilote agro-alimentaire. René Ouetcho a débuté sa carrière en juillet 1989, et il continuera à y être comme opérateur dans l’étiquetage. Cela fait 31 ans qu’il y travaille. Ils ont tous été très honorés et fiers d’avoir eu cette reconnaissance de leur employeur, et c’est sans compter aussi sur le dévouement des collègues de Valérie, Zilo, Marguerite, Viviane ou de René ;  ils ont pu leur offrir un rafraîchissement. Il a été pris en commun avant que les anciens n’aillent se désaltérer en toute modestie dans un lieu dédié pour ce genre d’occasion, et se rappeler des bons souvenirs.

Pierre Lucas (au milieu photo ci-dessus), président directeur général de «  La Périgourdine du Pacifique ». Il répond à nos questions …
Présentation de la société : Dénommée sous l’entité juridique « Convial SAS », la société emploie 25 personnes et commercialise ses produits sous l’entité « La Périgourdine du Pacifique », elle détient un savoir-faire local, des produits adaptés au marché local. Elle assure son engagement dans le paysage socio-économique et industriel calédonien, et elle offre aussi une qualité, une innovation essentiellement basées  sur le  ‘’renouvellement complet des lignes de production par des machines de dernière génération’’, assure son président directeur général, Pierre Lucas. Les machines outils ou de productions ont été entièrement renouvelés en 2014. 
Quel est le type d’activité ?  Production de conserves alimentaires. « Nous achetons des ingrédients locaux à chaque fois que c’est possibles. On importe des légumineuses, de la viande pour les cuisiner comme on le ferait chez soi des plats généralement de tradition française. Notamment du Sud-ouest de la France, du Périgueux. Notre métier, c’est de fabriquer et de vendre en Calédonie des conserves alimentaires. Donc, on a des conserves de légumineuses, les haricots secs, les haricots lingots, les pois chiches, les lentilles etc … On fabrique aussi des plats cuisinés à partir de ces mêmes ingrédients, des saucisses lentilles comme des cassoulets. On a une gamme de plats cuisinés et vendus en boîte de 300 grammes à 4 kilos. On fabrique aussi des produits à base de viande, des ‘’Corned beef’’ sous beaucoup marques qui représentent différentes qualités, différents types de viandes comme le  ‘’Ponu’’, le ‘’Ouaco’’ etc … Les Calédoniens connaissent bien et apprécient. On cuisine et on met en boîte du thon local depuis cinq ans maintenant. Nous les achetons aux pêcheries locales et nous les transformons en conserve sous différentes marques. La marque principale étant les ‘’Délices des mers du sud’’ qui est une marque patronnée par l’Agence rurale. Cette dernière couvre aussi du thon frais par les pêcheurs eux-mêmes. De notre côté, on fait également de la conserve de thon. On existe depuis 1981, on est là depuis 39 ans. Il y a cinq ans, on a beaucoup investi, reconstruit tout l’outil de travail qui était vétuste. Maintenant, il est très moderne qui n’a rien à envier aux plus grands fabricants mondiaux, en taille adapté au pays bien entendu mais la qualité, les machines, les processus sont tout à fait de très haute qualité. Nous avons démarré depuis quelques mois une démarche de certification, pour cette qualité ISO 9 000 et ISO 22 000 sur la sécurité alimentaire »
Dans quel cas peut-on recevoir les médailles de travail ? « Ces médailles de travail vont honorer nos anciens qui ont plus de 25 ans, 30 ans, voire même 35 ans pour l’un de nos employés. La date de l’ouverture de l’usine était en 1981, on a des employés qui étaient là pour certaines depuis l’ouverture pratiquement, une personne en particulier qui va partir dans quelques mois à la retraite, et d’autres pour lesquels on va les honorer aujourd’hui (mercredi)* pour leur présence, leur loyauté pendant toutes ces années. »
Est-ce les employés ou vous en tant qu’employeur qui ont (a) fait la demande ?  « Je ne me rappelle plus qui est à l’origine de la demande. Je pense que c’est dans les discussions avec les délégués du personnel que nous avons évoqué ce sujet. On s’est rendu compte que durant toutes ces années, on n’avait pas mis en place cette tradition que je connaissais dans d’autres entreprises que j’ai pu diriger. On a décidé de le faire en cette fin d’année. »
C’est la première fois alors ? « C’est la première fois, qu’on va décerner des médailles du travail. C’est ce que nous ferons ensuite à chaque fois que nous aurons des employés qui passeront les seuils de 25 ans 30 ans et 35 ans. »
Donc, c’est une démarche qui va être pérennisée dans le temps ? «  Tout à fait, c’est bien notre intention.On n’a pas souvent l’occasion, d’honorer et de remercier nos fidèles employés. Vous, vous rendez-compte 30 ou 35 ans dans une entreprise, on est tout à fait honorer de leur soutien et de leur loyauté. »

Après la remise des médailles de travail, les anciens ont partagé un petit moment convivial avec leurs collègues durant la pause de midi. 


(*) : Mercredi 23 décembre 2020. 

Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution.

Communiqué de soutien du syndicat LAB à l'USTKE

18 Nov 2021
   

> Lire la suite