mardi 27 février 2024

A Actualité syndicale

La section STKE Mairie de Païta en grève devant l'institution communale

En grève depuis lundi, la section STKE mairie de Païta avec le soutien de la fédération Fonction Publique USTKE demandent la réintégration d’une camarade dont son contrat n’a pas été reconduit depuis fin mai. Après plusieurs négociations ces dernières semaines, un protocole de fin de conflit devait être signé le 9 juin dernier, mais le 1er adjoint au maire en a décidé autrement en voulant rajouter un paragraphe au texte initial. Ce qui a conduit à une nouvelle entrevue qui s’est soldée par un échec puisque « le marionnettiste » comme le désigne la section STKE a fait une proposition malhonnête pour racheter le silence des dirigeants de la section, c’est-à-dire en leur proposant le reclassement de leurs postes. Bien entendu, nos camarades ont refusé très nettement et clairement cet arrangement de façade. Une pratique courante au vue des témoignages apportés par la dizaine d’employés municipaux qui sont en grève depuis le début de la semaine. Le mouvement s’est durci depuis mardi matin. Très tôt, les accès de la route menant à la mairie et au dock socioculturel sont bloqués par des branches de jameloniers, des palettes, des pneus empêchant les véhicules d’y accéder. Par contre les accès restent libres aux piétons, aux employés non grévistes et aux administrés. Les banderoles et les drapeaux de l’Organisation posés aux abords de la mairie, ont fleuri un peu partout en donnant clairement un signal d’alarme en direction du 1er adjoint à la mairie, celui de respecter l’Ustke en tant que structure syndicale et partenaire social incontournable.

 

« La section STKE Païta est à son 3ème jour de grève pour dénoncer la non-reconduction d’un contrat de travail d’une camarade. Ce qui arrive à cette camarade peut également concerner tous nos camarades au sein de cette mairie, car la plupart sont des contractuels », a indiqué André Elia, le secrétaire général de la fédération de la Fonction Publique. « Entre les prises de positions pour une partie des employés et la non considération de certains de nos camarades qui n’ont jamais obtenu un reclassement après 14 années d’activité, alors que d’autres obtiennent un sur-classement au bout de 4 ans d’ancienneté. On ne peut pas laisser passer ces pratiques arbitraires et inacceptables au sein d’une collectivité de proximité. La mairie doit prendre ses responsabilités, le mouvement de grève actuellement n’est simplement que la résultante de l’attitude et le comportement méprisable du 1er adjoint », a souligné clairement le responsable fédéral. « Nous luttons pour une justice sociale dans les services publics. Si le dialogue ne marche pas, dommage de l’évoquer mais le terrain est une possibilité pour se faire entendre », a-t-il rappelé. 

La fédération THT avec quelques un de ses membres, après leur conseil syndical tenu à Nouméa hier matin, s'est rendue à Païta dans l'après-midi pour apporter leur soutien et leur solidarité aux grévistes. Le piquet de grève est implanté en contrebas de la mairie derrière la salle omnisport où une grande partie de la logistique est en place.

Les accès menant à la mairie et au dock socioculturel ont été libérés en milieu de matinée * par les gendarmes. Pour l'heure, aucune reprise des négociations n'est entreprise par les deux parties. 

(*) : mercredi 22 juin 2016



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution