mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

La section STKE du CHT réagit aux propos du député Polutélé

 La section syndicale STKE du CHT a tenu à réagir par rapport à l’intervention du député Napole Polutélé à l’Assemblée Nationale le 15 avril dernier.  Lors de la séance publique du 15 avril à l'Assemblée Nationale, Mr Napole Polutélé, le député pour le groupe socialiste, républicain et citoyen a réagit indirectement à notre manifestation du 7 avril dernier durant laquelle nous avons rappelé la lourde dette qui engage le territoire de Wallis-et- Futuna sur sa grosse facture qu'il doit régler auprès du CHT depuis plus de dix ans. Nous rappelons qu’il est important d’honorer cette dette qui à défaut est imputable au bon fonctionnement de notre centre hospitalier. La somme réclamée s’élève à 1 milliard 600 millions CFP, il est donc urgent de s’en tenir à un plan de règlement efficace avec un échéancier bien établi par l’Etat par le biais du ministère de la santé et des affaires sociales. Autre point que nous souhaitons soulever est la manière dont Mr Napole Polutélé à détourner la question en la posant comme une question interethnique alors qu'il n'en est rien ! Allant même à prendre la place des gens dans la rue, soit disant « que depuis quelques semaines, et spécialement à l'approche des échéances électorales, le problème est dans la rue. Une campagne violente contre les Wallisiens et les Futuniens se développe ». A aucun moment et même pendant la campagne électorale, il n'a été répandu et déversé quoi que ce soit sur cette communauté aussi bien dans la rue comme il l'a évoqué ou ailleurs. Il aurait fallu que le député se pose la bonne question, c'est à dire l'origine de cet endettement et pourquoi il s'en est suivi ce montant pharaonique que doit l'agence de santé de Wallis-et-Futuna au CHT Gaston Bourret. Avez-vous oublié, Mr le député Napole Polutélé que l’USTKE a été l’un des premiers avec l’Association Mégamiouz à envoyer des denrées alimentaires, des vêtements et des matériaux de constructions pour 18 maisons à Futuna après le passage désastreux du cyclone Toma. Mme Tarisol Touraine, ministre des affaires sociales dans le gouvernement Français actuel a répondu entre autres au député Mr Napole Polutélé en lui précisant qu'un plan d'action volontariste sera engagé afin d'offrir de meilleurs soins à ses compatriotes, promettant d'une manière solennelle que l'endettement sera maîtrisé ! Dans la foulée des intentions, des « premiers fonds ont été débloqués pour l'acquisition de matériels médicaux, dont un  mammographe, ou pour le développement de la télémédecine », a-t-elle indiqué dans sa réponse au député. Ce genre d’investissement sera sans aucun doute utile au bien être des populations des îles de Wallis-et-Futuna. Evidemment, cette politique interventionniste aurait dû se faire plutôt et non pas attendre dix ans plus tard ! Le ministère des affaires sociales se propose aussi de mettre en place « un plan d’apurement de la dette aux différents créanciers de l’agence… à ceux de la Nouvelle-Calédonie ». Quelle bonne nouvelle ! Merci qui ? Heureusement, que nous la section STKE du CHT avons secoué le cocotier, sinon la facture aurait encore gonflé ! La section STKE/CHT  



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution