lundi 26 février 2024

A Actualité syndicale

La section USTKE du CHT appelle à la grève ce lundi 7 avril 2014

Pourquoi la section USTKE du CHT appelle-t-elle à la grève ? Elle explique dans un tract les raisons qui les poussent à faire une grève ce lundi 7 avril de 12 h 30 à 16 heures dans le hall du centre hospitalier. Explications.

" L'hôpital de Wallis doit 1, 6 milliard au CHT Gaston Bourret ... Chaque année (et ce depuis 10 ans) le CHT implore l'État d’honorer sa dette pour les malades de Wallis. Malgré de belles promesses nous ne voyons toujours rien venir. L’année dernière, le directeur, faute de trésorerie menaçait de ne pas nous payer nos primes de fin d’année ainsi que les fournisseurs.

Aujourd’hui on nous annonce que faute de budget le restaurant du personnel sera privatisé. En somme, il nous demande de renoncer à nos acquis pour des raisons financières.

On nous dit que la France ne pourra plus payer la dette de l’hôpital de Wallis car depuis 3 ans il y a une crise en Europe, sauf que, cela fait 10 ans qu’elle n’honore pas sa dette, c’est à dire bien avant la crise (proverbe Lifou : Traqa pë la girip a öne la ka girip).

L’USTKE/CHT réaffirme haut et fort que :

1. Il faut que l'État (d’Hollande et de Jean-Jacques Brot) paie sa dette ;

2. Ce n’est pas la Nouvelle-Calédonie qui colonise Wallis ; 

3. Il faut évasaner les malades de Wallis vers la France d’abord parce qu’on a plus de sous et aussi parce que l’on a plus de place au CHT pour les gens du pays (qui paient) ;

4. Le CHT n’est pas la “mère Thérésa” du Vanuatu, de Tahiti et de Wallis ;

5. La Direction doit cesser de voyager au frais de la princesse vers Wallis et la France soit disant pour réclamer la dette tout en sachant qu’ils ne paieront pas. Stop ! "

La section USTKE du CHT rappelle que " le restaurant est un acquis de la lutte des travailleurs en particulier de Mr Alain Luiggi qui était à l'époque délégué F.O ". Elle signale aussi que " le restaurant est un lieu où le personnel peut prendre un repas équilibré pour 650 frs, les travailleurs se mélangent sans distinction de classe sauf peut-être les services de la DSSI ou DCS." 

Elle dénonce également le fait que l'entreprise C.I.S qui aura donc les commandes du futur restaurant servira des repas sur une base de 1200 frs et le restaurant sera divisé en deux, dont une partie sera réservée uniquement aux médecins et une autre partie pour le simple personnel. Il sera interdit de manger dans les services etc... 

Par conséquent l'USTKE a demandé que ce projet de privatisation du restaurant du personnel au Médipôle de Koutio ne soit pas voté au C.A ainsi que les autres syndicats F.O, SFAONC et Mr Piochaud sans étiquette qui ont suivi le mouvement. De son côté la direction a demandé le report du vote. 

(NDLR : photo archives USTKE-octobre 2012)



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution