mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

Les conflits en cours en ce début du mois de juin

Sobéca. Le conflit  a débuté le 21 mai dernier. Il s’enlise peu à peu. La section STKE demande simplement la réintégration d’un chauffeur. Elle réclame aussi une expertise des engins de travail. Les camarades de ce secteur ont le soutien de leur fédération. Les membres de la section ont établi leur QG devant l’enceinte de la société de fabrication de bétons. Une assemblée générale est prévue à 18 heures ce soir pour informer les camarades sur l’évolution des négociations.  

Les grévistes de Sobéca se sont employés à construire un abris plus sûr notamment à cause des pluies tombées la nuit dernière.

                                                                ---------------------------------------------

Casinos. Seul, la société installée aux abords du quai Jules Ferry est restée ouverte le week-end dernier car les deux autres établissements de jeux d’argent ont vu leurs portes bloquées par une intersyndicale. La section STKE faisant partie de ce mouvement de mécontentement demandait entre autres la mise en place d’un protocole d’accord signé en janvier dernier, et qui selon les camarades de l’intersyndicale cet accord n’aurait jamais été mise en place. « Près d’une centaine de personnes ont été refoulées aux abords du Casino du Surf Hôtel durant la journée de samedi », a signalé Taya Enoka, membre de la Fédération THT.  A croire que de nombreux clients de ces établissements aiment s’y rendre en fin de semaine. Une action pourrait être menée si les négociations n’aboutissent pas durant les prochains jours.                                                               -------------------------------------------------

Province Nord. 3 ème journée de grève. La section STKE province Nord ayant le soutien de la Fédération de la Fonction Publique a installé son piquet de grève dès lundi matin  devant l’hôtel de la province Nord. Elle arrive à sa 3ème journée de mobilisation. Les accès de la DDEE (Direction du Développement Economique et de l’Environnement) sont aussi bloqués. Pourquoi un tel mécontentement des adhérents de ce secteur. « Nous avons déposé un cahier de revendication l’an dernier et il n’a pas été suivi par le service de la DDEE où nous avions signalé des problèmes en interne », a expliqué Thierry Pouya, délégué syndical de la section de l’institution provinciale du Nord qui a déposé un préavis de grève illimité il y a 3 semaines. « Nous dénonçons l’utilisation du matériel à des fins personnels par deux mécanos.  Ils volent aussi du matériel appartenant à la province. Ils sont dans l'illégalité ce qui est contraire à la réglementation. Le chef de la cellule des eaux et forêts doit revoir sa copie au niveau du management du personnel, et ses compétences ne sont pas à la hauteur de ce qu’on lui demande ! »,  a-t-on indiqué. La section STKE souhaite «  des sanctions immédiates » pour les deux employés de l’atelier mécanique et espère une « mutation » du chef de la cellule des eaux et forêts. Mardi en cours de négociation, par la voix du délégué syndical, « un audit sur les 5 dernières années a été demandé sur ce service ayant une gestion opaque ». Aujourd’hui, les deux personnes accusées de détourner du matériel sont entendues par le directeur de la DDEE. Ce jeudi, des mesures devraient tombées concernant l’avenir des employés et « la section STKE est prête à signer le protocole d’accord. Nous souhaitons juste qu’ils prennent des sanctions immédiates », a relancé Thierry Pouya.

                                                                ------------------------------------------------

Banques. Revalorisation du point bancaire à 2 % pour l’intersyndicale (USTKE- FO – CFE CGC – SNB – Solidarité NC) qui est prête à durcir le mouvement. « Chaque année, on se voyait trois fois dans l’année et l’an dernier, il n’y a eu qu’une seule réunion ! Ils nous ont proposé un chiffre de 0 % puis 0,2 %. Les syndicats se sont regroupés en intersyndicale afin d’obtenir un meilleur pourcentage. La proposition était de 0,2 % plus 40 000 frs  au bout de 6 mois. Et par la suite 3 mois après. Pour nous, c’était donc insuffisant !  Le conflit dure depuis près d’une semaine et demie. Avant-hier soir, ils nous avaient proposé 1,1 % au mois de juin plus 0,2 % au mois de décembre avec l’étalement des jours de grève. Lorsque nous sommes revenus auprès de la base, elle a refusé cela ! Ce que nous regrettons c’est que les patrons ont fait passer cette info comme une acceptation de notre part ! Alors qu’en fin de compte, nous leur avons dit en face de vive voix que nous attendions la réponse de la base de l’intersyndicale. Et pour l’instant, nous en sommes là. Il y a eu un contact auprès de la DTE, nous attendons une réponse pour un rendez-vous », a précisé Léonard Lalié, secrétaire général de la Fédération des Banques USTKE  sur l’origine de ce conflit. Les grévistes réclament suite aux négociations  intervenues mardi 2 juin : « 1 % au mois de janvier de cette année, 0.5 % au mois de juillet, 0.5 % en décembre et prise en charge intégrale des jours de grève par le patronat. Cela ne leur coûte presque rien alors que leur chiffre d’affaire avoisine les 9 milliards CFP. Et 2 % des 9 milliards équivaut à 130 millions CFP d’augmentation de la masse salariale. On espère qu’ils vont aussi reconnaître les efforts consentis par tous les salariés des banques », a indiqué notre responsable syndical. Les représentants de l’AFB (Association Française des Banques) ont demandé un délai de réflexion suite à cette proposition. Une rencontre devrait avoir lieu ce mercredi en fin d’après-midi en présence des médiateurs de la direction du travail.  

                                                                   ---------------------------------------------- Caltrac. Une partie du personnel affiliée à notre organisation a débrayé la matinée du vendredi 29 mai. Principale raison de ce mécontentement : la venue d’un jeune stagiaire anglais  disposant de l’équivalence d’un BTS maintenance, sur une période de 3 mois. « Des jeunes du pays disposent des mêmes compétences que ce jeune étranger alors pourquoi lui payer un billet aller-retour. On ne sait même pas si la direction le prendra à la fin de son stage », s’est interrogé Rémy Léanga, secrétaire général de la Fédération des Commerces & Divers. Des négociations ont été entamées ce mercredi 3 juin en fin d'après-midi.   



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution