jeudi 22 février 2024

A Actualité syndicale

Les sections STKE de SLF et du groupe SIB ALINE ont protesté devant leurs établissements cette semaine

Arrêt de la prime exceptionnelle à la Société Le Froid dès décembre 2023. La section STKE SLF réclame sa réactivation. 

La section STKE de la Société Le Froid a décidé de faire une journée de grève devant l’établissement industriel spécialisé dans la production, la commercialisation et la distribution de boissons qui est situé à Montravel. Une prime exceptionnelle n’a pas été versée depuis la fin de l’année dernière, et la section syndicale STKE la réclame. Explications de Peter Togiaki, délégué syndical STKE/SLF. 


Pourquoi cette journée de grève ce jeudi 1er février ? : «  C’est par rapport à prime mensuelle de 10 000 frs que nous avons bénéficié depuis 3 ans. Aujourd’hui, la direction a décidé de la retirer sans se concerter avec les délégués syndicaux. La direction n’a pas respecté la procédure de dénonciation », indique Peter Togiaki, délégué syndical STKE à la société Le Froid. Dans quelles mesures, les salariés ont obtenu cette prime exceptionnelle ? « Cela a été mise en place par rapport à une réorganisation du rythme de travail dans l’industrie de l’usine, et suite aussi au plan social. Tout ceci était lié. Cinq personnes ont été licenciées. En 2019, nous avons dû réorganiser l’industrie avec des journées de travail de 10 heures sur 4 jours. A cette période-là, notre section syndicale avait demandé une compensation par rapport à ce changement de rythme de travail qui a duré 8 mois. Au bout de ces 8 mois, ils ont arrêté les quarts de 10 heures mais les salariés ont continué de bénéficier de cette prime depuis sa mise en place », signale-t-il. Le principal argument de la direction de retirer cette prime : « Les salariés ne font plus les quarts de 10 heures. » Pourquoi la section STKE réclame-t-elle sa réactivation ? « C’est lié au plan social, et dans la procédure il n’y pas eu d’accord signé mais un usage a été instauré. Les délégués syndicaux n’ont pas été prévenus sauf les membres du comité d’entreprise. Nous demandons juste donc à la direction, notamment la DRH qu’elle assume la décision prise en 2019, celle de nous octroyer cette prime par rapport aux mesures compensatoires du plan social », ajoute-t-il. La date du mouvement de protestation n'est pas choisi au hasard car elle se déroule à la veille de l'arrêt annuel de l'usine, et ce durant une semaine. « Ce qui permettra à la direction d'entamer de nouvelles négociations avec les délégués syndicaux », selon le porte-parole des grévistes.  

 

Mouvement de mécontentement de la section STKE du groupe Aline… Le mardi 30 janvier 2024 au 4ème km – Nouméa…


La section STKE du groupe Aline a débrayé durant la matinée de mardi. Une dizaine de salariés ont montré leur désaccord face à l’installation d’un nouveau logiciel, Scan-NC. Des dysfonctionnements perceptibles au sein des services - logistique et contrôle des produits-, également dans le back-office.

Pourquoi ce mouvement d’humeur ? « On fait un débrayage ce matin car notre direction a installé un programme, un nouveau logiciel appelé, Scan-NC. Nous avions trois mois pour effectuer des essais. Les trois mois sont passés, et nous avons eu que des soucis avec ce nouveau logiciel. C’est-à-dire des bugs informatiques, des soucis au niveau de la logistique. Notre section syndicale est saturée par tous ces soucis qui ne sont pas réglés. Nous n’avons pas eu de formations concernant ce nouveau programme ! Nous avons appris sur le champ, pratiquement dans l’urgence », signale Guy Wel, représentant syndical STKE, découragé par le manque de planification de la part de sa direction. « On nous a imposé ce programme », regrette-t-il. « On nous a dit que nous utiliserons l’outil pour l’inventaire sauf que les salariés n’ont pas eu de formations, et chacun a appris sur le tas. ». Le service logistique, la partie des contrôles des marchandises, et le back office sont concernés par ce nouvel outil installé dans cette société de distributions de marchandises. Une rencontre s’est tenue ce matin entre l’équipe de direction et le prestataire, Scan-NC. Normalement, la reprise du travail se fera à condition qu’ils aient des réponses à leurs interrogations.

A signaler : un salarié encarté à l'UTCFE-CGC a rejoint le mouvement de protestation en solidarité avec les camarades STKE car il s'est senti concerné par cette problématique en étant au service " contrôle " des marchandises. Le service contrôle est la dernière étape avant l'envoie des marchandises.

 


Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution