mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

L'esprit de concertation règne à l'ouverture du XIVe congrès

Depuis hier matin, notre organisation syndicale tient son XIVe congrès à Nouméa. Après celui de Mou à Ponérihouen qui était placé sous le signe de la scission avec l'ancienne mandature, le XIVe congrès se veut ouverte avec plus de dialogue social avec le patronat et de concertation sur le terrain des conflits sociaux. A l'ouverture des débats, ce ne sont pas moins de 400 délégués qui ont assisté à la lecture des rapports des fédérations. 

 Avant la traditionnelle séance des rapports des onze fédérations que compte l'USTKE, notre présidente a dressé le premier bilan de sa mandature (avril 2010-décembre 2012) après la crise traversée par notre organisation syndicale en 2010. Un bilan essentiellement basé sur la reconquête du terrain, ou la recherche de la concertation à tous les niveaux. " C'est vrai que nous avons baissé en nombre de cotisants mais on se rend compte qu'au niveau des élections professionnelles nous avons une grande confiance de nos délégués au moment des votes ", a déclaré notre Marie-Pierre Goyetche, qui également souligné l'importance des actions syndicales sur le terrain. " Plus de 70 accords collectifs ont été signés en 2011. Le syndicat est donc revenu sur la table des négociations ", a-t-elle insisté auprès des congressistes sur le fait que les conflits non résolus n'étaient plus d'actualité durant ces deux dernières années. " Réintégrer le dialogue social, récupérer les chaises vides ", deux idées claires que la Fédération Industrie la retraduite sur le terrain, a indiqué René Waikédré, secrétaire général de la Fédération Industrie lors de la lecture de son rapport. " Depuis le congrès de Mou, nous avons dû à deux reprises renouveler le bureau de la fédération pour plus d'efficacité ", a-t-il souligné ce qui a permis à la fédération d'occuper plusieurs sous-commissions dont celle sur la " productivité et la compétitivité ". Autre constat du secrétaire général : celle du retour à la concertation avec les partenaires sociaux mais qui ne reste pas moins un combat quotidien pour les responsables syndicaux.  Ce matin, les travaux en atelier ont débuté avec le dossier clé de cette fin d'année : la réforme sur les IRP au sein du CDS (Conseil du dialogue social). Les délégués ont aussi apporté leurs réflexions sur les Accords Economiques et Sociaux (commission vie chère), sur le projet éducatif, ou voire même sur la situation politique du pays. Un dernier atelier a permis aux congressistes d'avoir une perspective sur les différents projets miniers. Des motions devront être adoptées demain matin à la suite des débats constructifs de cet après-midi.   



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution