mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

Loi sur la protection et la promotion de l'emploi local en N-C : les propositions de l'USTKE

Dans le cadre des travaux de la CIPEL pour la mise en oeuvre de la Loi de Pays sur la protection et promotion de l'emploi local, l’USTKE souhaite faire les propositions suivantes :

Après plusieurs constats de difficultés rencontrées au niveau de la CIPEL sur les durées de résidence, il est impératif que des mesures parallèles d’accompagnement soient envisagées pour que les métiers, pour lesquels une durée inférieure à 10 ans de résidence, soient occupés à terme par les citoyens du pays.

 Dispositif envisagé 

1 Primauté à la promotion interne dans l'entreprise       l’USTKE demande que cette disposition rende obligatoire dans les entreprises qui recruteront un salarié non citoyen d’apporter la preuve qu'aucun des salariés actuellement présent dans l'entreprise ne pouvait occuper le poste proposé.

Public visé : Les salariés actuellement en poste et ayant acquis une expérience professionnelle dans l'entreprise.

2 Accélération de la mise en place du processus de validation des acquis par l'expérience   L’USTKE demande : 1/ que la possibilité de bénéficier d'une VAE soit largement ouverte à tous les salariés qui en feront la demande dans le cadre de leurs entretien annuel d'évaluation 2/ qu'une VAE accélérée soit mise en place pour les métiers qui ont fait l'objet d'un alourdissement des conditions réglementaires d'exercice (ambulanciers, veilleurs de nuit...)

Public visé : Les salariés risquant de ne pas pouvoir postuler sur un poste pour un métier qu'ils occupent déjà en raison d'une modification des conditions règlementaires d'exercice de la profession. 

3 Actions de formation professionnelle:

3.1 Obligation annuelle de négociation sur la formation professionnelle A l'image de la négociation annuelle obligatoire sur les salaires, l’USTKE demande qu'une négociation annuelle obligatoire sur le plan de formation de l'entreprise soit instituée. Cette négociation devra permettre d'apprécier le besoin de formation exprimé par les salariés et l’entreprise de façon à répondre en fonction des évolutions des métiers que l’entreprise anticipera.

Public visé : Tous les salariés actuels des entreprises.

3.2 Tutorat pour les postes juniors en entreprise Pour résoudre le problème du manque d'expérience des jeunes diplômés, qui les empêche parfois de prétendre à des postes, l’USTKE demande que soit créée une obligation de recruter ces jeunes et de les faire travailler sous la tutelle d'un salarié plus expérimenté pendant un temps défini d'expérience professionnelle.

Public visé : Les jeunes diplômés rencontrant des difficultés à occuper un emploi en raison de leur manque d'expérience professionnelle. 

3.3 Développement des contrats de qualification Le constat a été fait que le recours aux contrats de qualification restait rare en Nouvelle Calédonie, malgré son efficacité évidente pour l'insertion dans le marché du travail. L’USTKE demande que soient mises en place des mesures fortement incitatives au développement de ces contrats et que ce contrat de qualification soit complété par une obligation pour l'employeur de proposer un poste en CDI à l'issue de la période de qualification.

Public visé : Les jeunes diplômés rencontrant des difficultés à occuper un emploi en raison de leur manque d'expérience professionnelle.

3.4 Recours accru à l'alternance La formation en alternance est un autre dispositif qui a fait la preuve de son efficacité, et qui reste peu usité en Nouvelle Calédonie. L’USTKE demande  que des mesures incitatives vigoureuses soient prises pour accélérer le recours à ce type d'apprentissage.

Public visé : Les jeunes en cours de formation diplômante

4 Mise en place d'un nouveau type de contrat de travail L’USTKE demande que, dès lors qu'une tension aura été attestée sur un métier ne nécessitant pas de formations longues, l'autorisation d'embaucher des personnes avec des durées de résidence courtes ne soit accordée que pour une période déterminée renouvelable une seule fois. Ce contrat sera assorti pour celui qui en bénéficie d'une obligation de procéder à un transfert de compétence vers un jeune diplômé de ce métier, cette obligation étant transférée à l'entreprise. En parallèle, les dispositifs de formation initiale et continue devront être mis en place très rapidement, avec un contrôle de la CIPEL.

Public visé : Les métiers pour lesquels la ressource est manifestement insuffisante en 2012 en N-C, mais dont on estime qu'il est possible de former un nombre important de calédoniens sur ces métiers.

5 Constitution d’une base de données des jeunes diplômés L’USTKE constate qu'il est difficile de mesurer la capacité du Pays à réduire les tensions actuellement observées sur le marché du travail parce qu'il n'existe pas d'inventaire exhaustif du vivier de jeunes actuellement en formation. L’USTKE demande par conséquent que la réalisation de cet inventaire fasse l'objet d'une mission sous la responsabilité d’une institution, dans les meilleurs délais.

Public visé : Différents organismes.

Ces propositions citées plus-haut vont être examinées par les partenaires sociaux. Seul F.O, représenté par son secrétaire général, Didier Kadour (à gauche) était présent à cette rencontre ce matin dans nos locaux.



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution