mardi 27 février 2024

A Actualité syndicale

Pas de médecine à deux vitesses aux îles !

 Après neuf jours de grève au dispensaire de Xepenehe (Lifou), la section STKE/PIL réclame davantage de considération pour le secteur médical de l'île qui est en souffrance depuis des années par manque de moyens humains.

Hormis le cahier de revendication que la section a déposé en juin 2011, le fil du dialogue vient de se rompre le mois dernier avec les dirigeants de la province : " par rapport au CTP (commission technique paritaire) de la province des Iles, l'USTKE n'a pas été convoquée ", soulève Robert Nyipie, secrétaire général de la section STKE/PIL. Un constat amère pour cette section qui tente depuis plus de deux ans d'alerter l'exécutif provincial sur le manque de ressources humaines dans le  secteur de la santé. 

Le dispensaire de Xepenehe est particulièrement touché par un défaut certain de médecins généralistes et de personnel médical. Ce centre de soins dessert quinze tribus. " Il nous faudrait trois médecins en poste à plein temps afin que nos populations soient prises en charge, un infirmier pour entre autre faire de la prévention et un aide-soignant pour l'hospitalisation des malades ", réclame Robert Nyipie en soulignant que les soins à domicile ont cessé depuis un mois. Outre l'insuffisance de médecins, d'infirmiers ou d'aide soignant, le transport des malades vers les centres hospitaliers de Nouméa ne reste pas moins une carence. " Nous demandons que sur les vols réguliers de Lifou vers Nouméa, que soit prise en compte le transport immédiat de nos malades c'est-à-dire que deux places leur soient affectés automatiquement sur les vols d'Aircal quand l'obligation se présente ", exige notre représentant syndical. S'agissant de la chambre funéraire et de la table réfrigérante (situés à Xepenehe) pour les personnes décédées, la section vient d'apprendre que cette activité n'est plus de leur compétence. " Il y a un manque de matériel dans cette activité et celle-ci va être de la compétence de la commune ", remarque notre secrétaire général STKE/PIL. 

Une dizaine de grévistes se relayent depuis la semaine dernière. D'autres secteurs affiliés à notre syndicat ont répondu présent sur le piquet de grève. A signaler qu'un comité de soutien s'est formé autour des protestataires, c'est celui des coutumiers du Wetr. Ils ont apporté leur soutien lundi matin à la section syndicale en soulignant aux camarades qu'ils allaient prendre contact avec la direction provinciale et agir à leur niveau afin de répondre aux attentes des camarades grévistes. " Entre nous et la province, il y a zéro dialogue social. On a tout fait, on a écrit à la province, on a patienté, on a attendu des réponses..Mais rien, c'est du pipeau ! ", dénonce-t-il en ajoutant qu'il y a un manque de considération de notre syndicat de la part des dirigeants de la province des Iles dans cette problématique liée à  la santé des populations des îles.  

Des propositions doivent émaner des représentants provinciaux chargés du secteur de la santé (DACAS – Direction de l'Action Communautaire et de l'Action Sanitaire) après les réunions faites ces deux derniers jours. Des négociations ont repris ce matin à 10 heures et elles viennent de s'achever vers 16 heures : " Globalement, ils sont d'accord sur les points de revendication mais nous devons nous revoir sur certaines formulations des phrases. Nous attendons des garanties de leur part !", souligne-t-il en observant que la sortie du conflit peut se décider d'ici la fin de la semaine. 



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution