lundi 26 février 2024

A Actualité syndicale

Priorité à un comité d'entreprise unique à la SLN

L'inquiétude face à l'éclatement des comités d'entreprise de la SLN ne s'est pas estompée... La section STKE/SLN ne s'est pas rendue au travail aujourd'hui. Motifs de leur grève générale : pour un comité d'entreprise unique, dénonciations des accords d'entreprise datant de plus de trente ans pour certains... A la mi-journée, 87 personnes avaient suivi le mouvement de grève sur l'ensemble des sites miniers.

" On se retrouve avec cinq comités d'entreprise sur l'ensemble du pays. Un à Thio, un à Kouaoua, un à Népoui, un à Tiébaghi et un à Doniambo sachant que le site de Poum est rattaché à Tiébaghi. Nous sommes inquiets face à l'éclatement des comités d'entreprise. Prenons l'exemple de la mine de Tiébaghi qui recevra une dotation moindre pour ses œuvres sociales par rapport à l'usine de Doniambo. On disposait aussi mensuellement  par le biais du C.E unique de la situation de l'entreprise et ce n'est plus le cas aujourd'hui. Chacun travaille dans son coin ", s'inquiète Léonard Wahmetu, représentant STKE au CCE et CE/SLN Doniambo. Ainsi la section STKE souhaite le retour à l'ancien système car elle estime que c'est une seule direction qui gère l'ensemble de la SLN.  Il n'en efface pas pour autant les problèmes concernant " la prime de productivité, les intempéries, les maladies " qui génèrent un impact sur le salaire du 1er collège et surtout du 2ème collège. Nos  délégués syndicaux dénoncent des accords d'entreprise datant de plus trente ans et qui ne tiennent pas compte des réalités actuelles." Cela a un impact sur nos salaires, soit  moins de 20 à 30 % ! ", ajoute-il. La direction de la SLN réaffirme son souhait de trouver, en concertation avec ses partenaires sociaux, un accord sur la modernisation des accords d'entreprise. Dans cette optique, des réunions seront organisées avec les partenaires sociaux dans le courant de ce mois-ci. Autre problématique majeur, il concerne la grille salariale du 2ème collège." Depuis plus de 20 ans rien n'a évolué, les indices de bases sont figés voire bloqués alors que le SMIG a progressé " , a réclamé notre représentant syndical. Selon la direction, " une trentaine de salariés sur les 2 200 salariés de l'entreprise pourrait être concernée par une réévaluation en 2012. Une réévaluation de tous les salaires d'un montant jusqu'à  1,5 fois le SMIG " . La direction devrait s'attacher à appliquer la réglementation en vigueur. Pour ce qui concerne le cahier de revendications du site minier de Tiébaghi, la section STKE/SLN examinera les propositions de la direction le 17 juin prochain.



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution