jeudi 22 février 2024

A Actualité syndicale

Sept syndicats se mobilisent ce samedi 11 février... Non au départ à la retraite à 64 ans !

🛑 Mobilisation des syndicats du pays... Non au départ à la retraite à 64 ans ! 


🛑 Retrait du projet actuel de réforme des retraites 

🛑 Appel à la mobilisation ce samedi 11 février 2023 devant le Haussariat 

 


Les dirigeants des organisations syndicales en France appellent pour la quatrième fois les travailleurs à se mobiliser le samedi 11 février.

L'USTKE a répondu à l'appel national de la CGT le 31 janvier dernier en mobilisant la section STKE du pôle État de la Fédération de la Fonction Publique USTKE devant le Haussariat.



De gauche à droite - Steeve Teriitehau (Fédération des Fonctionnaires), Mélanie Atapo (USTKE), Jean-Louis Guilleme (F.O Enseignement N.C) Eric Duffour (SNETAA), Christophe Coulson (UT-CFE CGC), Wazana Naxue (COGETRA), Paul-François Lo (FSU).

Cette fois-ci, les sept organisations syndicales du pays (F.O, SNETAA, FSU, Fédération des Fonctionnaires, COGETRA, USOENC) rejoignent l'USTKE dans cette démarche de solidarité et elles appellent aussi leurs adhérents, les salariés du pays à faire entendre leurs voix devant le siège du Haussariat ce samedi dès 8 heures. 

" Et maintenant, que faut-il faire pour obliger Macron au retrait de cette réforme de l'allongement de départ à la retraite à l'âge de 64 ans ? ", se demandent les confédérations nationales, ici les syndicats se posent aussi les mêmes questions. " C'est une réforme particulièrement injuste pour les femmes. Le taux d'emploi se réduit à partir de 55 ans. Dès  cet âge, il faut penser à un départ, à une cessation d'activité. Cette réforme aura pour effet une réduction de la pension en Outre-mer, la Nouvelle-Calédonie n'est pas épargnée ", soulève Jean-Louis Guilleme de F.O Enseignement de N.C. Mélanie Atapo, 1ère vice-présidente de l'USTKE, également secrétaire générale de la Fédération de l'Enseignant dénonce avec ses collègues ce projet de réforme actuel des retraites. " On s'aligne sur les positions de la CGT ", indique-t-elle en rappelant la pénibilité et l'usure au travail de certaines professions.

Les concernés partiront à la retraite avec une décote et une durée de cotisation de 43 ans, ce qui est impensable pour les représentants des sept syndicats locaux. " Les partenaires sociaux sont là pour être consultés ", rappelle Steeve Teriitehau de la Fédération des Fonctionnaires. " Donc, on dit stop à cette réforme ! ", ajoute-t-il.

 

➡️10 % de la population active du pays est concernée par le projet de réforme des retraites (soit environ 8000 personnes/corps de police, enseignement, aviation civile, justice, armée, service hospitalier...), selon les représentants des organisations syndicales du pays. 

 





Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution