mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

Un accord pour la démobilisation à CIS

Pas moins de dix adhérents de la section CIS/STKE dont six responsables élus CE/DP sont venus assister à la signature du protocole d'accord signé le 7 octobre au siège du syndicat où les trois phases de démobilisation concerneront la moité du personnel de CIS, soit 160 personnes démobilisées d'ici janvier 2014.

Sont inclus dans cet accord : les conditions de travail des employés, notamment le trajet pour un certain nombre d'entre eux qui sont obligés de passer 48 heures de récupération sur la route de leur domicile et de l'Usine de Vavouto ;  les procédures de débauches dans la société ; le 13ème mois ; la démobilisation. Concernant cette dernière partie, cette procédure suivra le seuil des résidents à partir de la moyenne des résidents d'un mois donné (par tranche de 500 résidents suivant les seuils contractuels, 3000 résidents, 2500 résidents, 1500 résidents, 1000 résidents, 500 résidents, fin de chantier). « Une fois atteint la limite inférieure des tranches cela entraînera la démobilisation », a-t-on expliqué. « La démobilisation proprement dite commencera le 1er novembre. Quatre-vingt personnes seront démobilisées durant la 1ère vague. Une cinquantaine durant la 2ème vague, ça sera en décembre. Et la 3ème vague concernera une trentaine de personnes », a affirmé Simonin Goa, délégué STKE/CIS, également satisfait d'avoir négocier il y a trois ans la prime d'intéressement. « Ceux qui ont un an dans l'entreprise, ils partiront avec 4 fois leur salaire (la prime d'intéressement, le 13ème mois, le solde tout compte et le mois de préavis) ». Des mesures non-négligeables qui vont satisfaire tout le personnel de CIS NC. « On a obtenu l'accompagnement pour la démobilisation avec l'aide du Cabinet Sodie qui suit ce plan », a soulevé la présidente de notre Organisation. Mais, également elle a encouragé les salariés dans leurs reconversions : « perdre un emploi ce n'est pas rien mais retrouver un autre travail ça représente autre chose ». 

(De gauche à droite). Au moment de la signature du protocole d'accord entre nos représentants syndicaux et la direction de CIS, le 7 octobre. Christiane Carrière, attachée de mission de CIS Marseille & chargée du plan de démobilisation, Gérard Schmitt, directeur  Pays CIS , Franck Apock, 4ème vice-président de l'USTKE, chargé du Nord, Nicole Goa, adhérente au syndicat, elle est à l'origine des revendications menées pour les salariés de CIS-NC, ancienne déléguée du personnel. 

Catering International Services Nouvelle-Calédonie (CIS-NC)

Depuis février 2008, suite à un appel d'offre international CIS Nouvelle-Calédonie gère pour les groupes miniers Xtrata et SMSP la base vie du projet Koniambo. En 2013, Vavouto représente le plus important complexe minier au monde. En à peine 4 ans (2008-2012), il s'est dressé une véritable mini-ville à la base vie de Vavouto. « Cette base vie qui à l'origine était constituée d'un camp pionnier avec 10 employés locaux pour une centaine de résidents. Aujourd'hui avec son pic de mobilisation, nous avons 6000 résidents, nous employons 520 employés locaux et 35 expatriés », avait déclaré Gérard Schmitt, directeur de CIS Nouvelle-Calédonie au moment où la base vie atteignait son plus fort taux d'occupation.

CIS (Catering International Services) a été fondé en 1992 par Régis Arnoux. C'est une entreprise marseillaise à l'origine puis le groupe CIS s'est spécialisé ensuite il s'est étendu dans le monde (présent dans 36 pays) dans des services de restauration et d'hôtellerie, mais aussi dans les activités multiservices, pour le compte de sociétés internationales réalisant des projets industriels, pétroliers, de BTP ou d'exploitation minière. Son domaine d'activité : les régions isolées ou les territoires en voie de développement. 

Ici, au pays, CIS-NC est donc présent depuis début 2008. Avec ces 550 employés, il y a moins de 2 ans CIS-NC représentait  une cinquantaine de métiers, de l'ingénieur à  la femme de chambre. 75 000 heures de travail étaient réalisés chaque mois. Une grande partie de ce temps étant consacré à la maintenance et à l'entretien de la base vie. 

En octobre  2013 CIS-NC compte 320 employés en moyenne sur le site de Vavouto. 

 

 Conseil syndical Fédération BTP

A cette 8ème réunion de l'année tenue le 14 octobre au siège du syndicat, les délégués des secteurs du BTP rassemblés autour de leur secrétaire général, Ernest Poeta et de José Bourgine, 2ème secrétaire général adjoint de la Fédération BTP USTKE ont fait le bilan de leur activité syndicale. Un compte-rendu plutôt mitigé dans les secteurs du bâtiment au regard de la crise qui touche ce secteur. Certaines entreprises parlent de « dégraissage du personnel », à l'exemple de Sobeca (Société des Bétons Calédoniens) qui prévoit une réduction de ses effectifs. 

Colas Bâtiment s'est également retrouvé  dans la même situation que Sobeca. Colas Route accuse un peu moins le coup par rapport à ceux qui travaillent dans les constructions de bâtiment, d'immeuble, de logement social, de logement intermédiaire... En juillet dernier, la multinationale Colas avait annoncé 105 licenciements. Ce chiffre n'est guère descendu : « 97 licenciements au total. On s'est battu par rapport à l'emploi local. On a pu reclasser certains d'entre eux avec le concours des autres syndicats (Usoenc, Cstnc). Nous n'avons plus d'intérimaire dans les grands chantiers. Je tiens aussi à remercier les dirigeants de l'USTKE qui nous ont aidé dans ce travail », a affirmé Eric Maken, 3ème secrétaire général en charge de ce dossier.

Les délégués des autres secteurs comme Electra, Interoute, Néabat ont dit avoir des chantiers en prévision jusqu'aux prochaines grandes vacances. Quand à la SCB (Société Calédonienne de Bâtiment), il est prévu 50 chômages partiels dans cette société affiliée au groupe Vinci Construction Dom-Tom. 

Des secteurs du bâtiment plus ou moins fortement touchés par la crise, à contrario du côté des travaux publics (voirie, infrastructures routières...) la voie semble sous de meilleurs auspices au moins jusqu'à la rentrée prochaine. 



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution