mercredi 28 février 2024

A Actualité syndicale

Un mouvement d'humeur devant le Camp Est

Réunis en intersyndicale la section STKE/ Centre Pénitentiaire et le SLP-FO Nouvelle-Calédonie entendaient protester hier contre l'attitude inqualifiable de la direction envers les personnels du Centre Pénitentiaire de Nouméa. L'intersyndicale tente d'alerter le Ministère de la Justice notamment sur les conditions de travail des agents, en plus de la surpopulation carcérale. 

«  Nous engageons cette action aujourd'hui car nous profitons du passage de la secrétaire générale des services pénitentiaires d'Outre-Mer dans nos locaux pour lui remettre nos revendications », a indiqué un des agents, solidaire avec une vingtaine d'adhérents de l'intersyndicale. La principale revendication porte notamment sur le recrutement d'agents supplémentaires (sur 39 surveillants recrutés, 8 ont reçu leurs concours). « Ceux qui ont reçu leur concours ne seront opérationnels qu'en avril 2012 », s'est-il inquiété. « Il faut remplacer les vacataires reçus au dernier concours », a-t-il ajouté. Autres points que l'intersyndicale appelle à l'amélioration : les conditions de travail, la sécurité des personnels au sein de l'établissement, l'hygiène et la sécurité de services, la formation continue des personnels...

Pourquoi une telle agitation en musique devant le Centre Pénitentier situé à Nouville ?  L'intersyndicale présente l'attitude de la direction comme inqualifiable. « (... ) les seuls accès carrossables à la Plage Ouest sont interdits aux agents, une pancarte stipule que seuls les véhicules de services et d'intervention sont autorisés à prendre ces pistes. Bien entendu, cette note ne s'applique pas aux personnels de direction et agents logés par « nécessité de service », qui les emprunte chaque jour avec leurs véhicules personnels . Dernier épisode de cette navrante attitude, qui démontre que la mégalomanie peut-être liée à la fonction où au caprice des individus,  le 29 juillet 2011, deux agents féminins du SPIP * (en plein travaux d'aménagement des nouveaux locaux au C.P.**), en pause déjeuner, décident de s'octroyer quelques minutes de soleil au bord du lagon. N'ayant pas eu le temps de poser leurs serviettes sur le sable, ces dernières se sont fait hélées par chacun des directeurs, leur rappelant qu'elles ne pouvaient pas accéder au domaine sous prétexte que par le passé, il y eut des évasions (...) ». Extrait tiré du tract de l'intersyndical. D'où ce mouvement d'humeur de l'intersyndicale.

(*) SPIP  : Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation (**) C.P   : Centre Pénitentiaire 



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution