jeudi 22 février 2024

A Actualité syndicale

Rencontre avec la section STKE de KNS

Pas moins d’une vingtaine de jeunes sont venus à la rencontre du bureau fédéral de l'industrie, le jeudi 7 février, lors du déplacement de ce dernier à Vavouto. Objectifs de ce rendez-vous : préparer la section de KNS/STKE pour les élections du personnel d'avril prochain, mise en place de la propagande électorale avant le jour J (le 9 avril 2013). « Le fait de gagner une élection est une étape en soi, mais c'est le travail à effectuer après qui est primordial », a soulevé en substance Fidel Malalua auprès des adhérents et des quelques jeunes salariés venus s'informer sur la démarche entreprise par la fédération Industrie USTKE. Ce n’est pas une première pour cette fédération car d’autres initiatives ont été formulées durant ces deux dernières années : soit pour aller à la rencontre de la section de KNS, soit pour discuter avec le personnel de direction de l’opérateur du site industriel de Vavouto. « C’est important que nous rencontrons la section de KNS car c’est un secteur clé en terme de représentativité », a-t-il souligné, hormis le rappel historique de l’engagement de notre organisation syndicale à la mise en œuvre de l’usine du Nord.

 

L’immigration discutée en conseil syndical du BTP  Après une rentrée effective pour les secteurs du BTP le mois dernier, les responsables syndicaux du bâtiment se sont réunis le lundi 11 février pour leur deuxième conseil syndical de l’année. Présidé par son secrétaire général, Ernest Poéta qui a rassemblé une trentaine de délégués. Ils ont pris part aux discussions tournées essentiellement sur le manque de visibilité de l’embauche de travailleurs venus de France ou de la région Pacifique.  

« C’est vrai que l’on dit souvent que si le BTP va mal, l’économie du pays va mal. Et là, nous constatons que notre secteur d’activité est sur une pente un peu glissante. Des entreprises sont en situation de redressement et des sociétés embauchent des personnes venues de l’extérieur alors que nous avons de la main d’œuvre locale », a soulevé Ernest Poéta. « Notre délégué de SCB (Société Calédonienne de Bâtiment) a désigné son entreprise comme un lieu de recrutement d’ouvriers venant principalement de Portugal, de France ou de Tunisie, alors même nous avons des maçons coffreurs et des chefs d’équipe », a-t-il soutenu en rajoutant qu’il existe des structures de contrôle pour enrayer cette situation qui perdure dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics . « Nous avons prévenu le Medef par le biais d’un de ses représentants, Mr Oshida. Nous ne pouvons pas accepter cette situation alors qu’il y a une loi sur l’emploi local. Il faut l’appliquer avec les critères qui ont été définis et mis en place. Il existe pourtant un répertoire des gens qui ont ses compétences », a clamé le secrétaire général de la Fédération BTP USTKE.  

Par ailleurs, les délégués ont indiqué à leurs responsables de secteurs : les dates des prochaines élections : Semep, Electra, OCR. Egalement, la présidente de l’organisation syndicale a signalé aux délégués « l’état d’esprit dans lequel l’organisation évolue en ce moment : la concertation et la communication qui doivent être soutenus entre les différentes structures dans l’optique de 2014 ». Une observation que les responsables syndicaux ont tenu à faire transparaître prochainement au travers de leurs réunions mensuelles.  



Newsletter

Abonnez-vous et recevez les dernières actualités dès leur parution